Rentrée culturelle 2024-2025 : la Galerie de l’UQAM dévoile sa programmation

Le 2 juillet 2024 — La saison 2024-2025 de la Galerie de l’UQAM débute en force avec une programmation automnale d’envergure consacrée au dialogue entre art et savoirs, présence et absence, objets et mémoire.

Dès septembre, la Galerie lancera Faux plis par hypothèses, un projet ambitieux commissarié par Louise Déry, directrice de la Galerie de l’UQAM, et Marie-Hélène Leblanc, directrice de la Galerie UQO, réunissant treize corpus artistiques dans cinq lieux d’exposition et de recherche sur le territoire québécois : la Galerie de l’UQAM, la Galerie UQO, la Galerie l’Œuvre de l’Autre (UQAC), les Jardins de Métis et la Galerie d’art Foreman (Université Bishop’s).

En novembre, le public est invité à découvrir Inventaires d’une collection, une exposition conçue par les chercheures en muséologie Lisa Bouraly, doctorante, et Marie Fraser, professeure au Département d’histoire de l’art, révélant l’histoire invisible de la Collection d’œuvres d’art de l’UQAM à travers le prisme de ses inventaires. Cette exposition est présentée dans le cadre des activités du Groupe de recherche et de réflexion Collections et impératif évènementiel/The Convulsive Collections (CIÉCO) et du Partenariat Des nouveaux usages des collections dans les musées d’art. Au même moment, Sarah-Jeanne Landry, finissante de la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, présente À propos de la parole, une exposition déployant la constitution d’un récit auto-ethnographique par l’entremise du livre d’artiste.

S’ajoutent également à ce programme l’exposition virtuelle Françoise Sullivan. Une ligne imaginaire, accessible en ligne jusqu’en mai 2028, ainsi que L’art cultive, une série de trousses éducatives numériques offertes gratuitement aux corps enseignants du Québec pour initier les jeunes à l’art contemporain.

EXPOSITIONS EN SALLE

6 septembre — 26 octobre 2024
Vernissage : le jeudi 5 septembre, 17 h 30

Geneviève Chevalier, Colonie d’hirondelles de rivage de Price, 2024. Photo : Geneviève Chevalier

Faux plis par hypothèses
Commissaires : Louise Déry, Marie-Hélène Leblanc

Artistes : Eruoma Awashish, Geneviève Chevalier, Club de prospection figurée, Anna Binta Diallo, Caroline Fillion, Maryse Goudreau, Richard Ibghy & Marilou Lemmens, Sophie Jodoin, Emmanuelle Léonard, Mélanie Myers, Kosisochukwu Nnebe, Anahita Norouzi, Leila Zelli

Le projet Faux plis par hypothèses s’intéresse au rôle singulier de la galerie universitaire en engageant une réflexion sur la relation entre art et science. Il propose de rencontrer l’art contemporain par le biais des faux plis, ici considérés comme des biais parfois imposés, parfois acquis, parfois transmis. Ces faux plis immanquablement présents dans le contexte universitaire, mais pas uniquement, s’infiltrent dans la recherche et la création. Comment les identifier, les défaire, les transformer ?

Une exposition produite par la Galerie de l’UQAM et la Galerie UQO dans le cadre de Faux plis par hypothèses, un projet soutenu par l’UQAM, l’UQO, le scientifique en chef du Québec et les Fonds de recherche du Québec.

15 novembre 2024 – 18 janvier 2025
Vernissage : le jeudi 14 novembre, 17 h 30

Documents d’archives de la Collection d’œuvres d’art de l’UQAM. Photo : Galerie de l’UQAM

Inventaires d’une collection
Commissaires : Lisa Bouraly, Marie Fraser

Cette exposition raconte l’histoire invisible de la Collection d’œuvres d’art de l’UQAM à partir des inventaires qui l’ont constituée et structurée au cours du temps. Elle met en évidence la vie des objets, leur provenance, parfois même leur disparition ou leur destruction. Les inventaires sont de précieux témoins de la manière dont une collection se crée, s’enrichit, se transforme, s’expose. En regroupant une centaine d’œuvres et de documents d’archives, l’idée de ce projet est de révéler des récits souterrains depuis les premiers objets rassemblés dans les espaces de l’École des beaux-arts de Montréal, entre 1924 et 1968, jusqu’aux bases de données numériques actuelles. Pensée comme un exercice collaboratif, cette exposition cherche également à faire coexister plusieurs voix et à imaginer des rencontres improbables entre des œuvres d’art.

Cette exposition est présentée dans le cadre des activités du Groupe de recherche et de réflexion CIÉCO et du Partenariat Des nouveaux usages des collections dans les musées d’art.

À propos de la parole

Sarah-Jeanne Landry, À propos de la parole, 2023, livre d’artiste. Photo : Sarah-Jeanne Landry

Artiste : Sarah-Jeanne Landry
Finissante de la maîtrise en arts visuels et médiatiques, UQAM

« Il arrive que ma capacité à parler s’évanouisse. Que ma gorge se noue, que ma tête se vide, que les mots s’enchevêtrent. Ça m’a intriguée. Je me suis dit qu’il y avait là quelque nœud à explorer. Pour ce faire, j’ai entrepris de m’enregistrer chaque jour pour réfléchir à mon rapport à la parole. »

L’exposition À propos de la parole de Sarah-Jeanne Landry propose de mener une analyse de cette pensée qui réfléchit à elle-même : une entreprise zélée, qui frôle la folie, et qui embrasse ses débordements. Elle représente l’aboutissement des recherches de l’artiste sur les possibilités de documenter la microperformance par le texte, d’un point de vue intérieur et subjectif autant que possible, et de donner forme aux archives dans une série de livres d’artiste.

EXPOSITION VIRTUELLE

Jusqu’en mai 2028

Vue de l’exposition Françoise Sullivan. Les années 1970, 2021, Galerie de l’UQAM. Photo : Paul Litherland

Françoise Sullivan. Une ligne imaginaire
Commissaire : Louise Déry
sullivan-uneligneimaginaire.ca

Prenant le relais de l’exposition Françoise Sullivan. Les années 1970 présentée en juin 2021 à la Galerie de l’UQAM, l’exposition virtuelle Françoise Sullivan. Une ligne imaginaire résulte de la découverte de nouveaux éléments de connaissance et de plusieurs œuvres inédites réalisées pendant les années 1970. Au cours de cette période, Françoise Sullivan découvre en Italie plusieurs artistes de l’art conceptuel et de l’arte povera qui l’incitent à explorer des correspondances novatrices entre le travail de la pensée, l’image et le geste. Son travail s’ancre alors dans la photographie, le film, le texte et les actions performatives ouvrant sur des réalités qui témoignent d’un regard prolongeant l’impulsion du Refus global de 1948 : les luttes étudiantes, féministes, syndicales, sociales et politiques se déroulent sous ses yeux et infusent sa démarche. Sous le commissariat de Louise Déry, une « ligne imaginaire » est tracée sur un horizon qui fusionne à chaque moment l’art, la vie, le temps et le monde.

TROUSSES PÉDAGOGIQUES

L’art cultive

L’art cultive est une nouvelle série de trousses éducatives développée par l’équipe de la Galerie de l’UQAM. Avec cette initiative, la Galerie souhaite offrir aux corps enseignants du Québec des ressources et outils pour initier leurs élèves à l’art contemporain. Les trousses visent à démontrer l’étendue et la variété des enjeux abordés par les artistes d’aujourd’hui, en plus de souligner la nécessaire place de l’art dans les conversations qui animent nos milieux de vie, d’études et de travail. Construites autour d’expositions présentées récemment à la Galerie, les trousses L’art cultive rassemblent des reproductions d’œuvres, des vues d’exposition, des capsules vidéo, des informations textuelles ainsi que des pistes pour lancer des échanges et des projets créatifs avec les jeunes publics.

La programmation de la saison 2024-2025 à la Galerie de l’UQAM est réalisée avec l’appui de :

Adresse et heures d’ouverture
Galerie de l’UQAM
Pavillon Judith-Jasmin, salle J-R120
1400, rue Berri, angle Sainte-Catherine Est, Montréal
Métro Berri-UQAM
Entrée libre

Dès le 6 septembre : Mardi – samedi, 12 h – 18 h

Renseignements
Tél. : 514 987-6150
galerie.uqam.ca / Facebook / Instagram

VERSION ANGLAISE

-30-

Source :
Julie Meunier
Conseillère en communication
Division des relations avec la presse et événements spéciaux
Service des communications
Tel.: 514 987-3000, poste 1707
Cell.: 514 895-0134
meunier.julie@uqam.ca

Partagez