https://salledepresse.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Salle de presse


Recherche


presse@uqam.ca



Salle de presse - Résultats
  • All
  • (142)
Experts de l'UQAM - Journée nationale de la vérité et de la réconciliation

Le 27 septembre 2021  ̶  Au Canada, le 30 septembre 2021 sera la toute première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, un jour de commémoration de l’histoire tragique des pensionnats autochtones au pays. L’objectif est de reconnaître et de rappeler le drame des enfants disparus, des survivants, des familles et des communautés victimes des «pensionnats indiens» administrés par le gouvernement canadien de 1831 à 1998.

Des spécialistes de diverses disciplines de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) sont disponibles pour aborder la question sous différents angles.

Les personnes dont les noms apparaissent sur cette liste peuvent être jointes directement. Cette liste pourrait faire l’objet de mises à jour ou d’ajouts.

Rachad AntoniusProfesseur associé, Département de sociologie*Disponible pour des entrevues en français et en anglais

Coordonnées Tél. cellulaire : 514 891-0615Courriel : antonius.rachad@uqam.ca

Champs d'intérêt

Immigration – Intégration – Racisme

Codirection, Le devoir de mémoire et les politiques du pardon, ouvrage centré sur la vérité et la réconciliation, regroupant les communications du colloque du même nom, PUQ, 2005

Coauteur de la préface de Devoir de mémoire. Perspectives sociales et théoriques sur la vérité, la justice et la réconciliation dans les Amériques, PUL, 2020Annie BergeronConseillère à l’accueil et à l’intégration –  communauté étudiante autochtoneBureau de l'inclusion et de la réussite étudiante (BIRÉ)

CoordonnéesCourriel : bergeron.annie.2@uqam.ca

Champs d'intérêt

Réconciliation en milieu universitaire Étudiants autochtones Chaque enfant compte : mise en lumière de la façade du pavillon Président-Kennedy (PK) : 30 septembre au 3 octobre 2021 

Richard ComptonProfesseur, Département de linguistiqueChaire de recherche du Canada (CRC) en connaissance et transmission de la langue inuite *Disponible pour des entrevues en français et en anglais

CoordonnéesCourriel: compton.richard@uqam.ca Site : https://www.compton.uqam.ca/

Champs d'intérêt

Situation des langues autochtones au Canada Recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada au sujet des langues autochtones Effets des pensionnats sur les langues autochtones Facteurs de mise en péril et disparition des langues autochtones Efforts de documentation et de revitalisation

Le professeur Compton a coédité un dictionnaire de l’inuinnaqtun

Doris FargetProfesseure, Département des sciences juridiquesDirectrice par intérim, Groupe de recherche interdisciplinaire sur les affirmations autochtones contemporaines (GRIAAC / CIÉRA-MTL)

CoordonnéesCourriel: farget.doris@uqam.ca  

Champs d'intérêt

Droit et peuples autochtones Droit, peuples autochtones et état canadien Relations entre le droit et les identités La situation des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées dans les provinces de l’est du Canada, dont le Québec

Micheline LabelleProfesseure émérite, Département de sociologie *Disponible pour des entrevues en français **Indisponible le 30 septembre avant-midi

CoordonnéesCourriel: labelle.m@uqam.ca

Champs d'intérêt

Citoyenneté, diversité, interculturalisme, multiculturalisme, racisme Mémoire historique, réconciliation et dialogue

Codirection, Le devoir de mémoire et les politiques du pardon, ouvrage centré sur la vérité et la réconciliation,  regroupant les communications du colloque du même nom, PUQ, 2005.

Thomas Saïas Professeur, Département de psychologie Directeur, Équipe de recherche Epione : santé publique-santé communautaire *Disponible pour des entrevues en français **Indisponible les 28, 29 septembre et 4 octobre en après-midi

CoordonnéesCourriel: saias.thomas@uqam.ca

Champs d'intérêt

Représentations sociales des personnes autochtones dans la population québécoise Caractéristiques du racisme envers les personnes autochtones au Québec

Consulter également : Experts de l’UQAM – Pensionnats autochtones

-30-

Source : Rose-Aline LeBlanc, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications leblanc.rose-aline@uqam.ca twitter.com/RoseAlineLeBlan

 

 

lundi 27 septembre 2021
Le comité Scholars at Risk/Universitaires en danger de l’UQAM se mobilise

Le 21 septembre 2021 – Après avoir accueilli son premier chercheur invité en 2020, le politologue et spécialiste en gestion des conflits et de la paix Valentin Migabo, le comité Scholars at Risk/Universitaires en danger (SAR) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) est maintenant prêt à recevoir un nouveau chercheur ou une nouvelle chercheuse. En 2016, l’Université était devenue le premier établissement postsecondaire francophone canadien à rejoindre le réseau international, dont la mission est de permettre à des chercheuses et chercheurs de partout dans le monde, et dont la vie est menacée, d'obtenir des postes dans des universités où ils pourront effectuer leurs recherches en sécurité et en toute liberté.

Le comité SAR-UQAM songe désormais à recevoir une chercheuse ou un chercheur afghan. « Un nombre record de demandes provenant de chercheuses et chercheurs d’Afghanistan ont été acheminées dans les dernières semaines au siège social de SAR, basé à New York », annonce la professeure du Département des sciences juridiques Mirja Trilsch. Ces demandes d’universitaires afghans viennent s’ajouter à celles d’autres membres de la communauté scientifique en danger provenant notamment du Yémen, de la Syrie, de la Turquie et du Brésil.

En août dernier, une pétition lancée par le siège social de SAR et signée par plus de 3500 personnes, dont Mirja Trilsch, enjoignait le gouvernement américain à prendre les mesures nécessaires pour sauver les universitaires et les membres d’organisations civiles d’Afghanistan. Certaines universités ont adhéré au réseau SAR dans l’objectif spécifique d’héberger des chercheuses et chercheurs afghans. « Il existe une forte mobilisation de la part de la communauté universitaire pour aider les collègues afghans », constate la professeure, l’une des deux représentantes officielles du comité SAR-UQAM avec son président, le doyen de la Faculté de communication Gaby Hsab.

Le siège social de SAR s’est aussi engagé à accélérer le processus pour faire venir des universitaires afghans, précise Mirja Trilsch. Du côté de l’UQAM, toutefois, la recherche de la bonne candidate ou du bon candidat pourrait prendre du temps. « Nous devons nous assurer que la personne choisie ait une maîtrise suffisante du français, ce qui est loin d’être évident », observe la professeure.

Programme SAR à distanceLe comité SAR-UQAM examine la possibilité d’accueillir un chercheur ou une chercheuse à distance, une nouvelle formule adoptée depuis la pandémie. «Ce sont des candidates et candidats dont la vie n’est pas menacée et qui, pour plusieurs raisons ne veulent pas ou ne peuvent pas se déplacer», dit Mirja Trilsch. Ces personnes ont, néanmoins, besoin d’une université d’attache afin de poursuivre leurs travaux académiques et d’avoir accès à diverses ressources telles qu’une adresse courriel ou une bibliothèque. « Cependant, ce poste n’est pas rémunéré, contrairement à celui de chercheuse ou chercheur invité SAR », précise la professeure.

Appel à candidaturesLe comité SAR-UQAM a besoin de sang neuf. Les personnes intéressées sont invitées à communiquer avec les membres du comité. «Il faut être prêt à s’investir», avertit Mirja Trilsch. En plus de participer à la sélection des candidates et candidats, les membres du comité SAR-UQAM ont pour tâche d’accompagner la chercheuse ou le chercheur invité dans différentes sphères de sa vie, tant académique que personnelle. « Il peut s’agir d’aider la personne à remplir la paperasse administrative, à trouver un appartement, des meubles, des vêtements ou une garderie ou une école si elle a des enfants, ou encore de la soutenir dans la publication de ses recherches ou dans la reprise de ses activités », illustre la professeure.

Universitaires en prisonDans le cadre du volet Scholars in Prison Project du SAR, lequel propose des actions de plaidoyer pour défendre des universitaires et des étudiants emprisonnés à tort à cause de leurs recherches académiques, les étudiantes et étudiants de la Clinique internationale de défense des droits humains de l’UQAM (CIDDHU) ont participé à la campagne de libération de Patrick George Zaki, un chercheur et militant italien d’origine égyptienne arrêté en 2020. Patrick George Zaki a été emprisonné pour « atteinte à la sécurité nationale » alors qu’il était «de retour dans son pays d’origine pour effectuer des recherches sur les droits humains », explique Mirja Trilsch. En étroite collaboration avec Amnesty International, les membres de la CIDDHU ont rédigé des lettres au gouvernement fédéral et à l’ambassadeur d’Égypte à Ottawa pour faire reconnaître la situation dans laquelle se trouve le chercheur italien.

Quant à Valentin Migabo, il est chercheur invité SAR à l’Université McGill depuis juin dernier après avoir terminé ses travaux à l’UQAM. « Il est possible pour les chercheuses et chercheurs d’obtenir d’autres placements SAR dans différentes universités, confirme Mirja Trilsch. Ils sont ensuite libres d’entreprendre par eux-mêmes des démarches d’immigration ou de retourner dans leur pays d’origine si la menace est levée. »

*Cet article a d'abord été publié dans Actualités UQAM le 13 septembre 2021, sous le titre : « La recherche afghane en péril ». 

- 30 -

Pour toute demande d'entretien avec la professeure Mirja Trilsch, veuillez contacter la soussignée.

SourceFrédérique Tremblay-Ouellet, conseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et événements spéciauxService des communications, UQAMCell. 514 978-4799tremblay-ouellet.frederique@uqam.ca

mardi 21 septembre 2021
Élections municipales 2021 : deux tables rondes avec des diplômés de l’UQAM

Le 14 septembre 2021 – À l’approche des élections générales municipales du 7 novembre prochain, le Conseil de diplômés de la Faculté de science politique et de droit (FSPD) et le Bureau des diplômés de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) proposent  une série de deux tables rondes sur le thème : Réfléchir le monde autrement. Animées par Marco Bélair-Cirino, correspondant parlementaire à Québec du journal Le Devoir, les deux rencontres en ligne, d’une durée d’une heure chacune, donneront la parole à des diplômés de l’Université engagés dans la vie politique municipale. Le public pourra participer aux échanges en posant des questions aux panélistes.

Série Réfléchir le monde autrement – Élections municipales 2021Enjeux de la métropole 29 septembre 12 h 30

Des diplômés, de formations variées de l’UQAM, occupant des postes à responsabilités au sein de l’appareil municipal du grand Montréal partagent leurs expériences dans la gestion d’enjeux auxquels la métropole du Québec et ses citoyens sont confrontés : financement, inégalités, nouvelles réalités environnementales ou pandémiques, etc. Dans une discussion qui se veut ouverte et cordiale, les participants de cette première table ronde souhaitent que leurs réflexions et leur connaissance des réalités propres à leur secteur d’activité contribuent à relever les défis à venir.

Avec la participation de :

Nadia Bastien (B. Ed. Enseignement 2001, M.B.A. 2015) Directrice, Service de la diversité et de l’inclusion sociale, Ville de Montréal Véronique Doucet (B.A.A. 2012) Directrice, Service du développement économique, Ville de Montréal Massimo Iezzoni (B.A. Science politique 1981) Directeur général, Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) Christopher Young (B.A. Communication/Journalisme 2010)Responsable du soutien aux élus, Cabinet de la mairesse et du comité exécutif de la Ville de Montréal

Discuter des enjeux municipaux vous intéresse ?Inscription à la table ronde : «Enjeux de la métropole» En ligne sur Zoom, gratuit, inscription obligatoire

Série Réfléchir le monde autrement – Élections municipales 2021Candidats aux élections 13 octobre 12 h 30

Exercer son droit de vote aux élections municipales constitue un geste important pour qui souhaite participer à la vie démocratique. S’informer et connaître candidats et élus représente une étape supplémentaire menant à des choix éclairés. C’est l’objectif de cette deuxième table ronde de la série Réfléchir le monde autrement qui donnera la parole à quatre diplômés, tous candidats à la prochaine élection municipale. Pourquoi la politique municipale, ce qui les y a menés, les défis que cet engagement suppose sont quelques-unes des questions auxquelles ils répondront en plus de présenter leurs idées et leurs projets pour améliorer la qualité de vie de leurs concitoyens.

Avec la participation de :

Hadrien Parizeau (B.A. Science politique 2021) Conseiller de ville, Arrondissement Ahuntsic-Cartierville, Montréal Robert Beaudry (Certificat histoire de l’art 2006) Membre du comité exécutif et conseiller de ville, Arrondissement Ville-Marie, Montréal Isabelle N. Miron (B.A. Science politique 2001) Conseillère du district de l'Orée-du-Parc, Gatineau Audrey Boisjoly (B.A. Gestion publique 2016) Mairesse, Saint-Félix-de-Valois

Curieux de mieux connaître ce qu’ils proposent ?Inscription à la table ronde : «Candidats aux élections»En ligne sur Zoom, gratuit, inscription obligatoire

Pour en savoir plus sur les panélistes des tables rondes des 29 septembre et 13 octobre.

À propos du Conseil de diplômés de la Faculté de science politique et de droit Conseil  composé de diplômés bénévoles qui s’impliquent auprès de la FSPD de l’UQAM, entre autres, en collaborant avec le Bureau des diplômés pour l’organisation d’activités favorisant la mise en valeur de diplômés et de leurs expertises. Le Conseil octroie, depuis 2016, un prix de la Relève dont voici la liste de récipiendaires :

2016 : Julien David-Pelletier et Marc-Antoine Cloutier

2017:  Cathy Wong

2018:  Herman Deparice Okomba

2019:  Me Virginie-Dufrense-Lemire

2020 : Marie-Hélène Lafond et Me Léa Brière-Godbout

2021 : Me Fernando Belton et David Carpentier 

-30-

Source : Rose-Aline LeBlanc, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications leblanc.rose-aline@uqam.ca twitter.com/RoseAlineLeBlan

mardi 14 septembre 2021
The UQAM Centre de Design presents the exhibition Vers un imaginaire numérique

FRENCH VERSION

Dates: September 15 to November 7, 2021General Opening: September 15, 2021, from 18 :00 to 20 :00Curators: Daniel Cardoso Llach et Theodora Vardouli

September 7, 2021 ̶  Presented at the UQAM Centre de Design, the exhibition Vers un imaginaire numérique takes a historical and contemporary look at the role of digital tools in the process of generating forms in design and architecture. Showcasing a unique selection of photographs, films, high-quality reproductions, interactive software reconstructions, and works by present-day practitioners, it examines the confluence of technical developments in graphics and software with the emergence of new aesthetic languages and theoretical sensibilities in design, architecture, and other creative fields.

 

With a few clicks and pressing on a few keys, designers, architects and artists transform unruly materials into precisely sculpted forms, creating imaginary worlds in the form of pixelated landscapes and immersive visions animated by algorithms and human action. Thanks to software, materials, images and actions have become both calculable and conceivable. But how did design become computerized? This is what the exhibition Vers un imaginaire numérique explores.

 

By combining rare and visually striking historical documents with a selection of contemporary works of art, Vers un imaginaire numérique reveals how 20th century technologists in the United States, Canada and Great Britain interpreted design using computer ideas and methods. It also explores how designers, architects and artists have adopted - or adapted - computer science as a vehicle for material, visual and conceptual experimentation.

The exhibitionIn addition to the unique selection mentioned above, Vers un imaginaire numérique includes a series of experimental interactive reconstructions created with the first computer-aided design systems, including the Sketchpad by Ivan Sutherland and the HIDECS 2 by Christopher Alexander and Marvin Manheim. Visitors will be able to directly experience the visual and tactile aspects of these transformative technologies by entering into their algorithmic logic.

Brought together in a visual scenography, these materials show how, in addition to new technologies, the emergence of digital computers in the twentieth century has also given rise to new visual and material languages, as well as new approaches to design and creativity.

The creatorsThe works of thirty designers, architects and artists are exhibited, including Kristy Balliet and Kelly Bair, Phillip Beesley, Joanna Berzowska, Dana Cupkova, Felicia Davis and Delia Dumitrescu, Golan Levin, Zach Lieberman, Rafael Lozano-Hemmer, Leslei Mezei, Frieder Nake, George Stiny, Jer and Diane Thorp, and Elizabeth Vander Zaag. Historical records include over 150 items from personal and archival collections of research institutions, such as the Massachusetts Institute of Technology, Carnegie Mellon in the United States, the University of Cambridge in England, the University of Toronto, University of Waterloo and Bell-Northern Research in Canada.

Vers un imaginaire numérique expands and adapts to the Canadian context the exhibition Designing the Computational Image, Imagining Computational Design, which was launched at the Miller Institute of Contemporary Art in Pittsburgh in 2017. It was developed by curator Daniel Cardoso Llach, Associate Professor of Architecture at Carnegie Mellon University. The UQAM Design Center has considerably expanded the exhibition thanks to new materials from the history of computer design in Canada, discovered by co-curator Theodora Vardouli, Assistant Professor at the Peter Guo-hua Fu School of Architecture at McGill University. The materials are complemented by a selection of contemporary works by Canadian designers, architects and artists specializing in digital art and computational design. Professor Nicolas Reeves of the UQAM School of Design contributed as a local advisor to the exhibition, particularly for the section on the pedagogy of the digital imagination.

Sponsors

Address and opening hours

UQAM Centre de design 1440 Sanguinet StreetMontrealBerri-UQAM metro

Free admissionWednesday to Sunday, noon to 6 pmInformation514-987-3395centre.design@uqam.cacentrededesign.com/ Facebook

 -30-

SourceJulie MeunierPress Relations Officer Press Relations and Special Events DivisionCell. : 514 895-0134meunier.julie@uqam.ca

 

mardi 7 septembre 2021
La Chaire Raoul-Dandurand UQAM a 25 ans – Quel monde en 2046 ? : une série d’activités en ligne à compter du 9 septembre

INVITATION AUX MÉDIAS 

 Le 7 septembre 2021 – La Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) organise une série de conférences en ligne sur les thèmes de ses cinq  observatoires : États-Unis; Moyen-Orient et Afrique du Nord; résolutions des conflits et missions de paix; géopolitique et conflits multidimensionnels.

Lors de sa création en 1996, le monde est en profond bouleversement. La Chaire Raoul-Dandurand vient alors combler un besoin d’analyse stratégique et diplomatique et innove en privilégiant à la fois la recherche et la diffusion de ses résultats, dans les médias notamment. Ce sont ces 25 années d'existence que la série d'activités « La Chaire a 25 ans – Quel monde d’ici 2046 ? » souligne, tout en s'interrogeant sur les perspectives des 25 prochaines années.

Quel monde en 2046 ?Le mur de Berlin est tombé à la fin de la décennie 80; la fin de la guerre froide a marqué l’avènement d’un monde unipolaire, autour d’un acteur central que sont alors les États-Unis, tandis que des séismes agitaient les Balkans ou encore l’Afrique des Grands Lacs. Depuis, les répliques à ce premier bouleversement ont accéléré la recomposition du monde : 11 septembre; invasion de l’Afghanistan et de l’Irak; printemps arabe; crise syrienne; migrations de masse; pandémie du Coronavirus; changements climatiques et cyberincidents constituent autant de questions qui, 25 ans plus tard, contribuent à alimenter les travaux de la Chaire Raoul-Dandurand.

Quels changements significatifs ces évènements ont-ils amenés ? Quel héritage laissent-ils ? Que peuvent engendrer les bouleversements sociaux, économiques et politiques vécus ces dernières décennies ?

Au programme

Jeudi 9 septembre 2021: L’effet 11 septembre 20 ans après. Avec Frédérick Gagnon, Élisabeth Vallet, Sami Aoun, Bruno Charbonneau, Charles-Philippe David et Karine Prémont.Plus de détails Mercredi 20 octobre 2021: De la démocratie en Amérique? Jeudi 25 novembre 2021: Risques numériques et géoéconomiques dans un monde hyperconnecté. Mercredi 26 janvier 2022: Géopolitique et rivalités olympiques, d'hier, aujourd'hui et demain. Jeudi 24 février 2022: Valses, tensions et perspectives au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Jeudi 24 mars 2022: Bilan et avenir des opérations de paix.

Lieu : En ligneHoraire : 12 h 30 à 14 hInscription gratuiteLien Zoom envoyé aux personnes inscrites, 48 h avant l’activité

Plus d’informations sur la série

Lire également l’article consacré à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques : Vingt-cinq ans d’études stratégiques paru le 31 août 2021 dans le portail de nouvelles Actualités UQAM. 

-30-

Demandes d’entrevues : Yvana Michelant-PauthexResponsable des communications Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiquesTél. cellulaire. : 514 814-6782Dandurand-medias@uqam.ca

Source : Rose-Aline LeBlanc, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications leblanc.rose-aline@uqam.ca twitter.com/RoseAlineLeBlan

mardi 7 septembre 2021
Coup d’envoi de la programmation d’automne au Centre de design de l’UQAM

Le 30 août 2021  ̶  Le Centre de design de l’UQAM est heureux d’annoncer la reprise de ses activités en salle, en commençant avec l’exposition Vers un imaginaire numérique qui ouvrira la saison 2021-2022 le 15 septembre prochain.

Expositions en salle

Du 15 septembre au 7 novembre 2021

Vers un imaginaire numériqueCommissaires : Daniel Cardoso Llach et Theodora Vardouli

L’exposition posera un regard à la fois historique et contemporain sur le rôle de l’outil numérique dans le processus de conception formelle en design et en architecture. Une sélection unique de photographies, de films, de reproductions de haute qualité, de reconstitutions de logiciels interactifs et d'œuvres de praticiens contemporains sera présentée. C’est l’occasion d’examiner la convergence des développements techniques du graphisme et des logiciels avec l'émergence de nouveaux langages esthétiques et de sensibilités théoriques en design, en architecture et dans plusieurs autres domaines créatifs.

Du 25 novembre 2021 au 6 février 2022

L’art et la science de construire  ̶  Pier Luigi NerviCommissaires : Carlo Carbone et Réjean Legault

Le Centre de design présentera le travail de l’un des ingénieurs en structure les plus influents et importants du vingtième siècle, Pier Luigi Nervi. L'axe de recherche et d’expérimentation de Nervi portait sur l'application du béton armé et du ferrociment qui allait lui permettre de réaliser un corpus d’œuvres remarquables aussi bien en matière de techniques de construction que de formes architecturales. Il a entre autres réalisé la tour de la Place Victoria (1964), conçue en collaboration avec l’architecte Luigi Moretti.

Dans le cadre de la présentation de l’exposition, une conférence sera donnée le 2 décembre 2021 par le professeur Leslie Thomas, auteur du livre Beauty’s Rigor, Patterns of Production in the Work of Pier Luigi Nervi (2017). Il y aura également une journée d’étude sur le thème de la relation entre l’architecte et l’ingénieur le 3 décembre et un atelier/workshop sur l’utilisation du ferrociment aujourd’hui. Exposition hors les mursDu 10 octobre au 10 décembre 2021L’exposition Design graphique, ca bouge! poursuit sa tournée au Havre en France cet automne dans le cadre de la Saison graphique, après avoir été présentée au Musée régional de Rimouski du 15 avril au 22 août 2021 et au Musée d’art de Rouyn-Noranda à l’automne 2020.

Adresse et heures d’ouverture

Centre de design de l’UQAM 1440, rue Sanguinet Montréal Métro Berri-UQAM Mercredi - dimanche,12 h - 18 h

Renseignements Tél. : 514 987-3395 centre.design@uqam.ca centrededesign.com/ Facebook

-30-

Source : Julie Meunier, conseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et évènements spéciauxService des communications, UQAMCell.: 514 895-0134meunier.julie@uqam.ca

 

lundi 30 août 2021
Retour en haut de page