https://salledepresse.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Salle de presse


Recherche


presse@uqam.ca



Salle de presse - Résultats
  • All
  • (55)
50 ans de créativité : le Centre de design de l’UQAM présente l’exposition Le design graphique, ça bouge!

Dates : 28 novembre 2019 au 2 février 2020Vernissage : 27 novembre à 18 h.Commissaires : Marc H. Choko, en collaboration avec Louis-Charles Lasnier

Le 21 novembre 2019  ̶  Le Centre de design de l’UQAM propose l’exposition Le design graphique, ça bouge!, un panorama exceptionnel du design graphique québécois à travers les réalisations d’une cinquantaine de ses meilleures agences, dont une majorité compte des diplômés de l’UQAM. Art appliqué, art de commande, le design graphique n’en demeure pas moins un art à part entière, dont les manifestations multiformes se déploient au cœur de notre quotidien. Les projets retenus pour cette exposition le démontrent avec éclat.

Domaine de création en pleine ébullition, le design graphique a vu ses possibilités exploser avec l’évolution des moyens technologiques. C’est un secteur qui évolue et se transforme à grande vitesse, tout en intégrant de plus en plus d’images en mouvement. Au 21e siècle, Le design graphique, ça bouge!

L’expositionL’exposition illustre les divers aspects de cette évolution à travers les nombreuses déclinaisons du design graphique appliqué au multimédia : sites web, jeux vidéo, génériques de films et d’émissions de télévision, animations publicitaires. Le design graphique comme élément d’architecture urbaine est également représenté : signalétique, parcours multimédias, projections murales, etc. Finalement, on y trouve une sélection des meilleurs projets imprimés des dernières décennies : livres, journaux, brochures, affiches, emballages et autres images de marque.

50 ans de créativité en design graphiqueMontée à l’occasion du 50e anniversaire de l’UQAM, l’exposition offre aussi une mise en perspective des développements les plus significatifs dans le domaine à partir de quelques productions ayant marqué l’histoire du graphisme au Québec durant les cinq dernières décennies. Trois courts reportages vidéos, réalisées par La Fabrique culturelle, la plateforme culturelle numérique de Télé-Québec, complètent l’exposition en donnant accès aux coulisses de la création en design graphique.

L’exposition est également accompagnée d’un livre du même titre, Le design graphique, ça bouge!, publié aux éditions Somme toute, qui trace le portrait d’une cinquantaine des meilleures agences et designers au Québec. Il sera vendu au prix de 35$ pendant l’exposition au Centre de design de l’UQAM.

Biographie de Marc H. ChokoMarc H. Choko est professeur émérite à l’École de design de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), où il enseigne depuis 1977. Il a été directeur de recherche à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) Urbanisation, Culture et Société de 1985 à 2005. De 1999 à 2008, il dirige le Centre de design de l'UQAM. Diplômé en architecture de l’Université de Montréal (1973), il détient également une maîtrise en aménagement de cette même université (1976) et un doctorat en urbanisme de l’Université Paris VIII (1981). Marc H. Choko est l’auteur de nombreux rapports, articles et ouvrages sur le développement urbain et les questions de logement, sur les scènes nationale et internationale – notamment la Chine, où il a été consultant et professeur associé de 1991 à 2000. Passionné par les affiches, il les collectionne depuis le milieu des années 1960, puis entreprend des recherches, notamment sur leur production au Québec et au Canada. Il commence à organiser des expositions, dont plusieurs à titre de commissaire, et à publier de nombreux ouvrages, dès le début des années 1980. De 2008 à 2018, il a été en charge du cours Design graphique et culture à l’École de design de l’UQAM. Cette exposition est l’aboutissement d’une longue réflexion issue de ces 10 ans d’enseignement partagés avec un grand nombre de designers graphiques invités.Biographie du co-commissaire Louis-Charles LasnierLouis-Charles Lasnier détient un baccalauréat en design graphique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), ainsi qu’un baccalauréat et une maîtrise en architecture de l’Université de Waterloo. Il a travaillé au sein des agences Bruce Mau design (Toronto), Claude Cormier architectes paysagistes (Montréal) et Saucier + Perrotte architectes (Montréal), avant de fonder sa propre agence. Il a dirigé l’agence transdisciplinaire Multiple de 2000 à 2014 où il a collaboré à la mise en espace, le graphisme, les dispositifs d’accrochage, l’éclairage et même le commissariat d’un très grand nombre d’expositions, notamment au CCA, à la Galerie d’architecture Monopoli, au musée national des Beaux-arts de Québec, au musée Pointe-à-Callière et au musée McCord. Depuis 2011, il est professeur à l’École de design de l’UQAM où il enseigne le design d’exposition et la signalétique. Depuis le tout début de sa carrière, la conception et l’enseignement cohabitent. Ces deux activités font partie d’un même projet : tenter de célébrer la complexité du monde qui nous entoure à travers la création de livres, d’expositions ou toutes autres formes de partage des connaissances.

Liste des agences et des designers présentésExposition conçue par le Centre de design de l’UQAM, produite en partenariat avec La Fabrique culturelle. 

Grands PartenairesPartenaires et commanditaires

Centre de design de l’UQAMAdresse et heures d’ouverture1440, rue SanguinetMétro Berri-UQAMEntrée libreMercredi au dimanche entre midi et 18 hFacebook

VERSION ANGLAISE

-30-

SourceJulie MeunierConseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et événements spéciaux514 987-3000, poste 1707meunier.julie@uqam.ca

 

 

 

jeudi 21 novembre 2019
50 years of creativity: the UQAM Centre de Design presents Graphic Design on the Move!

FRENCH VERSION

Dates : November 28, 2019 to February 2, 2020Vernissage : November 27 at 6 pmCurators : Marc H. Choko, in collaboration with Louis-Charles Lasnier

November 26, 2019  ̶  The UQAM Centre de Design is presenting the exhibition Graphic Design on the Move!, an exceptional panorama of Quebec graphic design through the achievements of fifty of its top agencies, most of which include graduates of UQAM. Although graphic design is an applied art and a commissioned art, it is still very much an art in its own right. Its multifaceted manifestations inhabit our daily lives, as demonstrated brilliantly by the projects selected for the exhibition.

Graphic design is a flourishing creative field whose potential has exploded with the evolution of technological tools. It is a sector that is rapidly evolving and transforming, while increasingly integrating moving images. In the 21st century, Graphic design is on the move!

The exhibitionThe exhibition illustrates various aspects of this evolution through the many forms of graphic design applied to multimedia: websites, video games, film and television titles and credits, and animated advertising. Graphic design as an element of urban architecture is also featured: signage, multimedia routes, wall projections, etc. Finally, there is a selection of the best print projects of recent decades, including books, newspapers, brochures, posters, packaging and other brand images.

50 years of creativity in graphic designMounted on the occasion of UQAM’s 50th anniversary, the exhibition also provides an overview of the most significant developments in the field, using several examples that have marked the history of graphic design in Quebec over the last five decades. Three short videos, produced by La Fabrique culturelle, Télé-Québec's digital cultural platform, round out the exhibition with a behind-the-scenes look at the graphic design creative process.

The exhibition is accompanied by an eponymous book, Le design graphique, ça bouge!, published by Éditions Somme toute, featuring some fifty of the best agencies and designers in Quebec. It will be available for $35 during the exhibition at the Centre de Design.

Biography of curator Marc H. Choko

Marc H. Choko, professor, author, speaker and curator in the field of poster and graphic design, his reputation is second to none. He is Professor Emeritus at the School of Design at the UQAM, where he has been teaching since 1977. He has been Director of Research at the National Institute of Scientific Research (INRS) Urbanization, Culture and Société from 1985 to 2005. From 1999 to 2008, he headed the Design Centre at UQAM. A graduate in architecture from the Université de Montréal (1973), he also holds a master's degree in urban planning from the same university (1976) and a doctorate in urban planning from Paris VIII University (1981).

Marc H. Choko is the author of numerous reports, articles and books on urban development and housing issues, both nationally and internationally, including China, where he was a consultant and associate professor from 1991 to 2000.

Passionate about posters, he has been collecting them since the mid-1960s and before then beginning researching them, particularly on their production in Quebec and Canada. He began to organize exhibitions, including several as curator, and to publish many books, from the early 1980s.Biography of co-curator Louis-Charles LasnierLouis-Charles Lasnier holds a Bachelor's degree in Graphic Design from the Université du Québec à Montréal (UQAM), as well as a Bachelor's and a Master's in Architecture from the University of Waterloo. He worked at the Bruce Mau design agencies (Toronto), Claude Cormier landscape architects (Montreal), and Saucier + Perrotte architects (Montreal), before founding his own agency. From 2000 to 2014, he directed the cross-disciplinary agency Multiple where he collaborated on space design, graphics, hanging devices and lighting, as well as the curating of a number of exhibitions, notably at the CCA, the Monopoli Architecture Gallery, the Musée National des Beaux-arts in Québec City, the Pointe-à-Callière Museum and the McCord Museum. Since 2011, he has been a professor at the UQAM School of Design where he teaches exhibition design and signage. From its onset, his career has involved both design and teaching, two endeavours with a common goal: to celebrate the complexity of the world around us through the creation of books, exhibitions and other forms of knowledge sharing.

List of agencies and designers on displayExhibition conceived by the UQAM Centre de Design, produced in partnership with La Fabrique culturelle.

Main Partners

Partners and sponsors

UQAM Centre de DesignAddress and opening hours1440 Rue SanguinetBerri-UQAM metroFree admissionWednesday to Sunday, noon to 6 pmFacebook

-30-

SourceJulie MeunierPress Relations Officer Press Relations and Special Events Division514 987-3000, extension 1707meunier.julie@uqam.ca

 

 

 

jeudi 21 novembre 2019
Entre-deux –une architecture de la résonance : une première exposition nord-américaine de Ferrier Marchetti Studio au Centre de Design de l’UQAM

 

Dates : 3 octobre au 10 novembre 2019Vernissage : 2 octobre à 18 hCommissaires : Pauline Marchetti et Philippe Lupien

Le 1er octobre 2019  ̶  Le Centre de Design de l’UQAM présente le travail des agences Jacques Ferrier architecture et Sensual City Studio regroupées désormais sous le nom de Ferrier Marchetti Studio dans l’exposition Entre-deux : Ferrier Marchetti Studio – une architecture de la résonance.

Conçue par Pauline Marchetti de l’agence FMS avec la collaboration de Philippe Lupien, professeur à l’École de design de l’UQAM, l’exposition est ancrée dans une volonté de reconsidérer les infrastructures urbaines et l’architecture sous l’angle du développement durable et l’importance des sens dans la ville. Ferrier Marchetti Studio insiste sur l’urgence de placer l’homme au centre de tout nouveau projet. « Nous prenons au sérieux la question des sens en architecture et nous mettons au premier plan la place du corps dans les villes ; l'expérience quotidienne des citadins est au centre de notre façon de penser. Le plaisir du vécu des villes et des bâtiments est une valeur essentielle de notre expérience urbaine ».

Cette exposition propose les multiples formes que peut prendre l’expérience de l’urbain lorsque le sens s’appuie sur les sens. Comme le dit le philosophe Harmut Rosa dans son livre Résonance : « Tout dans la vie dépend de la qualité de notre relation au monde, c’est-à-dire de la manière dont les sujets que nous sommes font l’expérience du monde et prennent position par rapport à lui, bref de la qualité de notre appropriation du monde »

Or, la ville fonctionnelle, par son désir de contrôle absolu des atmosphères et des ambiances, produit des espaces aseptisés et décontextualisés. La ville sans qualités est partout et la capacité des habitants à s’approprier la ville est menacée. Ainsi, FMS propose de repenser radicalement le rôle de l’architecture et de la technique comme un moyen d’alléger la pression, de redonner à chacun la possibilité d’avoir une expérience unique, riche et sensible de la ville. « L'urbanisme géométrique doit céder la place à la ville sensuelle ».

                     

Comme l’indiquent Jacques Ferrier et Pauline Marchetti : « Nous ne voulons pas nous limiter à la conception d’objets, mais mettre en place les multiples relations que ces objets sont susceptibles de créer. Il s’agit de susciter des entre-deux à toutes les échelles, d’inventer une architecture de la résonance ».

Le travail des étudiants résultant de l’atelier de design international qui s’est tenu en mai 2019 à l’École de design sous la direction de Jacques Ferrier sera également exposé. Dans le contexte de cet atelier, les étudiants ont abordé la notion de seuil, un espace d’articulation, un entre-deux qui ne se laisse déterminer ni par un côté ni par l’autre.

L’architecture internationale s’est débarrassée des seuils devenus obstacles à une logique entièrement fonctionnelle et vouée à la mobilité continue. Pourtant les seuils nous sont nécessaires. Ils permettent de créer des séquences d’ambiances variées qui sont autant de possibilités d’expériences individuelles, de vie collective et d’appropriation.

Événements en marge de l’exposition

Conférence : Jacques Ferrier et Pauline Marchetti, entre deuxDate : 3 octobre à 18 h

Table ronde : Les sens de la ville, comment les sens contribuent-ils à créer une nouvelle urbanité?Philippe Lupien, co-commissaire de l’exposition, animera une table ronde abordant la question du rôle que jouent les sens dans la perception de l’identité des villes et la façon dont ceux-ci peuvent être mis à contribution comme outils de création.

Ancrée dans une volonté de reconsidérer les infrastructures urbaines et l’architecture sous l’angle de l’importance des sens dans la ville, Ferrier Marchetti Studio (FMS) insiste sur l’urgence de placer l’homme au centre de tout nouveau projet. « Nous prenons au sérieux la question des sens en architecture et nous mettons au premier plan la place du corps dans les villes; l’expérience quotidienne des citadins est au centre de notre façon de penser. Le plaisir du vécu des villes et des bâtiments est une valeur essentielle de notre expérience urbaine ».

Date : 30 octobre à 18 hLieu : Pavillon de design, 1440, rue Sanguinet, (local DE-3550)InscriptionÉvénement FacebookOuvert au public

Notes biographiques de Pauline MarchettiPauline Marchetti est architecte diplômée de l'École Nationale Supérieure d'Architecture de Paris-Belleville et professeure à l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Sa pratique est ancrée dans une approche humaniste, développant des méthodes de conception et de production basées sur les dimensions sensibles de l'espace - volume, matérialité, lumière, ambiances.

Notes biographiques de Jacques FerrierJacques Ferrier est architecte, urbaniste. Diplômé de l’École d’architecture de Paris-Belleville et de l’École Centrale de Paris, il crée son agence à Paris en 1993 et travaille depuis en France et à l’international. Ses projets s’inscrivent dans une même philosophie: concevoir une architecture et une ville pour une société créative et durable. Jacques Ferrier est l'auteur de nombreux articles et ouvrages sur l’architecture. Son travail a fait l'objet de monographies, notamment The architecture of Jacques Ferrier publiée aux éditions Thames & Hudson, Londres. Jacques Ferrier est professeur. Il a été nommé Chevalier de l'Ordre National du Mérite et Chevalier des Arts et des Lettres.

Notes biographiques de Philippe LupienCo-commissaires : Philippe Lupien est architecte, membre de l'OAQ et architecte paysagiste, membre de l'AAPQ. Il intervient également dans les disciplines du design urbain et de la scénographie muséale. Son expertise acquise en pratique privée est caractérisée par l'intégration de champs disciplinaires multiples dans la conception de projets aux problématiques culturelles, environnementales et sociales complexes, des projets tels que la TOHU (la cité des arts du cirque au complexe environnemental de Saint-Michel) dont il fut le chargé de design principal. Il est professeur à l’École de design de l'UQAM depuis 2012.

À propos du Centre de design de l’UQAMLe Centre de design de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) est un des seuls lieux de diffusion au Canada à présenter des expositions qui illustrent les tendances historiques et actuelles dans les domaines du design graphique, industriel, urbain ainsi qu’en architecture et en mode.Fondé en 1981 à l’initiative des professeurs de l’École de design de l’UQAM, le Centre a réalisé plus de 300 expositions, s’adressant tant aux milieux professionnels du design qu’aux étudiants et au grand public. Il contribue ainsi depuis près de 40 ans au développement d’une culture en design et à son rayonnement local et international, autant par les expositions prestigieuses qu’il accueille, que par la création de nombreuses expositions itinérantes, présentées dans plus d’une dizaine de pays, dédiées principalement à la reconnaissance du design québécois.

Partenaires

Adresse et heures d’ouverture

 

Centre de design de l’UQAM1440, rue SanguinetMontréalMétro Berri-UQAM

Mercredi – dimanche, 12 h – 18 hEntrée libreRenseignementsTél. : 514-987-3395centre.design@uqam.caFacebook

 

-30-

SourceJulie Meunierconseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et évènements spéciauxService des communications, UQAMTél. : 514 987-3000, poste 1707meunier.julie@uqam.ca

 

 

mardi 1 octobre 2019
Architecture et design graphique : le Centre de design de l’UQAM présente sa programmation 2019-2020

Le 23 juillet 2019 ─ L’architecture, le design urbain et le design graphique seront mis de l’avant pour la programmation 2019-2020 du Centre de design de l’UQAM.Le Centre ouvrira sa saison culturelle avec l’exposition Entre-deux : Ferrier Marchetti Studio ‒ une architecture de la résonance. Les commissaires Pauline Marchetti de l’agence FMS et Philippe Lupien, professeur à l’École de design de l’UQAM, veulent faire connaître une pratique exploratoire contemporaine.En novembre, le Centre de design fait place à l’exposition Le design graphique, ça bouge! Montée dans le contexte du 50e anniversaire de l’UQAM par les commissaires Marc H. Choko, en collaboration avec Louis-Charles Lasnier, l’exposition présente plusieurs projets phare des quelques dernières années en plus d’offrir une une mise en perspective des développements les plus significatifs dans le domaine à partir d’une sélection des productions ayant marqué l’histoire du graphisme au Québec durant les cinq dernières décennies.Au programmeEntre-deux : Ferrier Marchetti Studio ‒ une architecture de la résonanceDates : 3 octobre au 10 novembre 2019Vernissage : 2 octobre à 18 h Commissaires : Pauline Marchetti et Philippe Lupien

Le Centre de design de l’UQAM présente le travail des agences Jacques Ferrier architecture et Sensual City Studio regroupées désormais sous le nom de Ferrier Marchetti studio dans l’exposition Entre-deux : Ferrier Marchetti Studio – une architecture de la résonance. Conçue par Pauline Marchetti avec la collaboration de Philippe Lupien, l’exposition est ancrée dans une volonté de reconsidérer les infrastructures urbaines et l’architecture sous l’angle du développement durable et l’importance des sens dans la ville. Ferrier Marchetti Studio insiste sur l’urgence de placer l’homme au cœur de tout nouveau projet. « Nous prenons au sérieux la question des sens en architecture et nous mettons au premier plan la place du corps dans la ville. L'expérience quotidienne des citadins est au centre de notre façon de penser. Le plaisir du vécu des villes et des bâtiments est une valeur essentielle de notre expérience urbaine ».

Cette exposition propose les multiples formes que peut prendre l’expérience de l’urbain lorsque le sens s’appuie sur les sens. Comme le dit le philosophe Harmut Rosa dans son livre Résonance : « Tout dans la vie dépend de la qualité de notre relation au monde, c’est-à-dire de la manière dont les sujets que nous sommes font l’expérience du monde et prennent position par rapport à lui, bref de la qualité de notre appropriation du monde ».Or, la ville fonctionnelle, par son désir de contrôle absolu des atmosphères et des ambiances, produit des espaces aseptisés et décontextualisés. La ville sans qualité est partout et la capacité des habitants à s’approprier la ville est menacée. Ainsi, FMS propose de repenser radicalement le rôle de l’architecture et de la technique comme un moyen d’alléger la pression, de redonner à chacun la possibilité d’avoir une expérience unique, riche et sensible de la ville. « L'urbanisme géométrique doit céder la place à la ville sensuelle ».Comme l’indiquent les architectes et urbanistes Jacques Ferrier et Pauline Marchetti : « Nous ne voulons pas nous limiter à la conception d’objets, mais mettre en place les multiples relations que ces objets sont susceptibles de créer. Il s’agit de susciter des entre-deux à toutes les échelles, d’inventer une architecture de la résonance ».Le travail des étudiants résultant de l’atelier de design international qui s’est tenu en mai 2019 à l’École de design sous la direction de Jacques Ferrier, sera également exposé. Dans le contexte de cet atelier, les étudiants ont abordé la notion de seuil, un espace d’articulation, un entre-deux qui ne se laisse déterminer ni par un côté ni par l’autre. L’architecture internationale s’est débarrassée des seuils devenus obstacles à une logique entièrement fonctionnelle et vouée à la mobilité continue. Pourtant les seuils nous sont nécessaires. Ils permettent de créer des séquences d’ambiances variées qui sont autant de possibilités d’expériences individuelles, de vie collective et d’appropriation.Le design graphique, ça bouge!Dates : 28 novembre 2019 au 2 février 2020Vernissage : 27 novembre 2019 à 18 hCommissaires : Marc H. Choko, en collaboration avec Louis-Charles Lasnier

Artistes et designers Aatoaa, Akufen, Atelier Chinotto, Atelier Louis-Charles Lasnier, Atelier Presse-Citron, Bang-Bang, Benoit Giguère, Benoit Tardif, By Haus, Bye Bye Bambi, Caserne, Champagne Club Sandwich, Cindy Boyce, Compagnie et Cie, Conifère, Cossette, Criterium, Denis Dulude, Deux Huit Huit, Elizabeth Laferrière, Featuring, Feed, Folklore, Georges Labrecque, GSM project, Isabelle Arsenault, Janice Nadeau, Julien Hébert, Karim Charlebois-Zariffa, Kuizin Studio, Lacava Design, Laurent Pinadel, lg2, Lino, Mélanie Crespin, Nicolas Ménard, Nouvelle administration, Olivier Charland, Panache, Paprika, Pierre Léonard, Ping Pong Ping, Polygraphe, Principal, Salamander Hill Design, Sébastien Lépine, Sid Lee, Stéphane Huot Design, STM, Urbania, Vallée Duhamel et Wolfgang Animation.Le Centre de design propose un panorama exceptionnel du design graphique québécois à travers les réalisations d’une cinquantaine de ses meilleures agences, dont une majorité compte des diplômés de l’UQAM. Art appliqué, art de commande, le design graphique n’en demeure pas moins un art à part entière, dont les manifestations multiformes se déploient au cœur de notre quotidien. Les projets retenus pour cette exposition le démontrent avec éclat.Domaine de création en pleine ébullition, le design graphique a vu ses possibilités exploser avec l’évolution des moyens technologiques mis à sa disposition. C’est un secteur qui évolue et se transforme à grande vitesse, tout en intégrant de plus en plus d’images en mouvement. Au 21e siècle, le design graphique, ça bouge!L’exposition illustre les divers aspects de cette évolution à travers les nombreuses déclinaisons du design graphique appliqué au multimédia : sites web, jeux vidéo, génériques de films et d’émissions de télévision, animations publicitaires. Le design graphique comme élément d’architecture urbaine est également représenté : signalétique, parcours multimédias, projections murales, etc. Finalement, on y trouve une sélection des meilleurs projets imprimés des dernières décennies : livres, journaux, brochures, affiches, emballages et autres images de marque. Un livre du même titre, Le design graphique, ça bouge! publié aux éditions Somme toute, accompagne l’exposition.Adresse et heures d’ouverture1440, rue SanguinetMétro Berri-UQAMEntrée libre Mercredi au dimanche entre midi et 18 h

-30-

SourceJulie MeunierConseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et évènements spéciauxmeunier.julie@uqam.caTél. : 514 987-3000, poste 1707

 

 

 

 

mardi 23 juillet 2019
Pica Magazine a dix ans! Lancement de la 10e édition au Centre de design de l'UQAM

Le 16 avril 2019 ‒ 2019 marque les dix ans de la création de Pica Magazine, une initiative étudiante de l'École de design de l'UQAM. Cette publication est devenue l’une des plus réputées en design au Québec.

Lancement de l’édition anniversaire Date : 24 avril à 18 hLieu : Centre de design de l’UQAM, 1440, rue Sanguinet, Montréal, Métro Berri-UQAM

Cette dixième édition repose sur la thématique de l'exploration et rappelle l'héritage laissé par l’une des initiatives étudiantes s'étant le plus démarqué dans l'industrie du design graphique au Québec. Des installations artistiques, dévoilement de projets sélectionnés et une ambiance festive seront au rendez-vous pour le lancement de ce numéro anniversaire.

Pica Magazine fête son 10e anniversaire

La mission première du magazine est de doter l’École de design de l’UQAM d’un outil de communication visuelle axé sur le design et ses disciplines connexes. Dans un deuxième temps, Pica vise a pour objectif de rayonner sur la scène montréalaise, nationale et internationale.


En privilégiant une approche novatrice et expérimentale, ce magazine est avant tout un outil de référence et une source d’inspiration en matière de design. Pica Magazine se démarque des autres publications offertes sur le marché par un contenu entièrement inédit et exclusif.

En dix ans d'existence, plus de 400 personnes ont participé au magazine, dont plusieurs studios, agences et créateurs comme : Frédéric Metz, Studio Feed, Gérard Dubois, Nicolas Ménard, Orangetango, Renzo, Lino, Baillat Cardell & Fils, Guillaume Lépine, Ping Pong Ping, PONY, Benoit Tardif, Ed Fella, Coppers & Brasses et Atelier BangBang.

Une réputation locale et internationale

Pica Magazine a gagné en notoriété au Québec, mais également à l’échelle internationale. À l’été 2018, le prestigieux magazine new-yorkais AIGA Eye on Design s’est penché sur l’initiative québécoise en lui dédiant un article complet.

Pica s’est également vu décerner, pendant cinq années consécutives (2010, 2011, 2012, 2013 et 2014), le Grand Prix Grafika Infopresse dans la catégorie Magazine étudiant. En 2015, le magazine remporte le Grand Prix Étudiant du même concours et trois Prix Étudiant en 2016, 2017 et 2018.

Dix ans, ça se fête! Le public peut soutenir Pica Magazine en participant à la campagne de financement pour encourager un projet de la relève en design au Québec.

Campagne Kickstarter : https://www.kickstarter.com/projects/905062961/pica-magazine-10p0-exploration

RSVP : https://www.facebook.com/events/1302499353237380/

InformationWendy Moran514 451-9727info@picamag.com

-30-

SourceJulie MeunierConseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciauxmeunier.julie@uqam.ca514 987-3000, poste 1707

 

mardi 16 avril 2019
INVENTAIRES URBAINS. La documentation de la ville comme projet de design.

Montréal, le 15 mars 2019 – Les membres des médias sont conviés à assister au colloque-exposition international Inventaires urbains qui se tiendra les 21 et 22 mars prochains et rassemblera des chercheurs-créateurs explorant le rôle de l’inventaire et de l’invention dans l’investigation de la ville et son territoire.

À la lumière de l’urbanisation mondiale grandissante et de la complexité que celle-ci engendre, tant sur le plan social, politique, économique, écologique, technologique ou spatial, le regard interdisciplinaire et pluriel devient un engagement incontournable. Venant entre autres de Beyrouth, New York, Montréal, Thessalonique ou Toulouse et qu’ils soient professeurs de design, d’architecture, de sociologie ou artistes, Inventaires urbains regroupe 22 participants qui ensemble réfléchiront pour redonner un sens à la ville.

Parmi les activités prévues, des conférences sont à noter, dont l’une donnée par Francesco Careri, professeur au Département d’architecture de l’Université de Rome.

Suivant le colloque se tiendra une exposition au Centre de design de l’UQAM jusqu’au 31 mars qui regroupera les travaux de documentation et d’invention de treize participants.

Accréditation auprès du soussigné.

Pour plus d’informations, cliquez sur la photo ci-dessous:

 

 

-30-

Source : Cyrille Batalla, conseiller en relations de presseDivision des relations avec la presse et événements spéciauxService des communications, UQAMTél. : 514 987-3000, poste 7975batalla.cyrille@uqam.ca

 

vendredi 15 mars 2019
La précision du vague at the UQAM Centre de Design: Constructing an imaginary urban landscape

VERSION EN FRANÇAIS

Dates: February 7 to April 14, 2019 Opening: February 6, 6 pm

February 4, 2019 ─ Carole Lévesque went in search of Montreal’s terrains vagues, abandoned or undeveloped patches of land, such as empty lots and wild greenspaces. The exhibition La précision du vague is the result of three and a half years of work carried out by this professor at the UQAM School of Design. Working with a team of assistants, she created a kind of atlas of terrains vagues, using various representational modes to document these often neglected spaces: photography, digital database, video, sound, perspective drawings, collection of found objects, herbarium, and landscape elevations. Together they form an exhaustive representation of places that are generally considered empty and devoid of interest.

 

Abandoned land

The terrain vague has long been a favourite location for temporary interventions, improvised agriculture and, more recently, citizen appropriation. It is not the terrain vague itself that is usually of interest, but rather its availability: the developer sees it as a business opportunity, the architect as a site for a grand project, the activist as a place to defend an ideal, and the citizen as an opportunity for rebuilding socialization. But what would happen if we focused more closely on the place in itself? And above all, what would happen if, by paying less attention to the terrain, the lot, a space determined mainly by its availability for building, our attention were focused more on the vague, i.e. its lack of definition, and its elusive relationship to our experience of the city?

The exhibition

This exhibition by Carole Lévesque comprises 42 hours of walking, just over 5,000 photographs collated in 120 collages, a database covering more than 150 characteristics, 144 minutes of film and sound recording, 75 objects, 90 plant specimens, 100 hours of surveying, 400 hours of perspective drawings, and 1400 hours of hand drawn sketches to produce six landscape elevations. The project of representing the terrains vagues is realized through this long, slow documentary accumulation and its attentive gaze is achieved through the production of these six landscape elevations: six large drawings, six precise records of what was observed, a drawing for each day of walking, creating unity out of a fragmented experience. These drawings, where the gesture of the hand, the lines of the technical pen and the grain of the paper reconcile the visible and the tactile, near and far, time and space, are constructions, "machines" that transform our view of these precious, lost and found landscapes.

The exhibition allows us to follow this process of discovery, a journey of research and creation that is akin to a real performance. Invited to share this singular experience, to enter into more than a hundred improbable places, the visitor rediscovers these spaces often linked to the large rail lines or asphalt roads across the island of Montreal. Examining them closely, we realize that these spaces are no more undefined than the built environment. They are not gaps in the map, let alone gaps in memory. They play a role in the development of the city; they are part of the landscape, the critical inverse. The terrain vague is the sensitive springboard of the imagination, providing an alternative view of the world that we build day by day.

The professor/artist hopes to transform our appreciation and understanding of these otherwise neglected spaces. By accumulating various modes of representation, she strives to articulate a productive vision – rather than a function – of this singular landscape, with the ultimate goal of changing our view of these wild spaces from something to be disposed of or filled in, to something that is accepted as a positive element of the urban landscape.

The exhibition represents a turning point in theoretical thinking on the practice of architecture and design. It will be of particular interest to anyone — architect, landscape architect, urban planner, professional or student — contemplating the urban space of big cities.

Carole Lévesque, artist and professor at the UQAM School of Design

Through walking, photographing, drawing and documenting, Carole Lévesque's work evolves in a long, slow process that explores various modes of representing the urban space, its temporality and its practices. Whether in Montreal or elsewhere, she prefers to take the measure of abandoned spaces, whether in ruins or preserved away from the mainstream. In her various research-creation projects and her teaching, she focuses on questions relating to urban and architectural transformations, particularly with regard to the diversion or recycling of spaces, and the transformation of perceptions and functions. Within disciplinary boundaries, her work explores ways to reconcile research and project. She holds a degree in Environmental Design (UQAM), a Master's of Architecture (UBC) and a PhD in Architectural Planning, History and Theory (UdeM). She taught architecture at the Université de Montréal and the American University of Beirut before joining the UQAM School of Design in 2012, where she teaches design theory and practice. She is the author of À propos de l’inutile en architecture (L'Harmattan, 2011) and Finding Room in Beirut, Places of the Everyday (Punctum Books, 2019).

Events with the exhibition

Book launchFinding Room in Beirut. Places of the Everyday February 20, at 6 pm

Nuit blanche at Centre de design de l’UQAM : Vaguement Montréal March 2 from 8 pm to 2 am

Urban inventoriesInternational symposiumMarch 21 and march 22, 2019Exhibition March 21 to april 1, 2019

Book launchL’imaginaire du terrain vague, Isabelle MironMarch 22 at 6 pm

PartnersThe works presented in this exhibition have received financial support from the SSHRC and CELAT research-creation programs.

Location and hours

Centre de Design de l'UQAM1440, Sanguinet StreetMontrealMétro Berri-UQAM

Wednesday – Sunday, noon – 6 PMFree entryInformationPhone: 514 987-3395centre.design@uqam.caFacebook

-30-

SourceJulie MeunierPress Relations OfficerPress Relations and Special Events DivisionUQAM Communications ServicePhone: 514 987-3000, ext. 1707meunier.julie@uqam.ca

 

lundi 4 février 2019
Construction d’un imaginaire urbain et architectural avec l’exposition La précision du vague au Centre de design de l’UQAM

Dates : 7 février ‒ 14 avril 2019Vernissage : 6 février 18 h

Le 24 janvier 2019 ─ Carole Lévesque est allée à la rencontre du terrain vague de Montréal. L’exposition La précision du vague est le fruit de trois années et demie de travail mené par la professeure à l’École de design de l’UQAM. Elle a accompli avec une équipe d’assistants une sorte d’atlas du terrain vague, documentant par divers modes de représentation la précision de ces lieux trop souvent négligés. Photographie, base de données numérique, vidéo, son, dessins perspectifs, collection d’objets trouvés, herbier, et élévations paysagères, forment une représentation exhaustive de ces lieux qui apparaissent généralement vides et sans intérêt.

Un terrain à l’abandonLe terrain vague est depuis longtemps un lieu de prédilection pour les interventions temporaires, pour l’agriculture improvisée et plus récemment, un lieu de l’appropriation citoyenne. Ce n’est pourtant pas le terrain vague en lui-même qui est intéressant, mais bien sa disponibilité: le promoteur y voit une occasion d’affaires, l’architecte y voit, l’accomplissement du grand projet, l’activiste y voit le lieu de défense d’un idéal, le citoyen y voit une socialisation à reconstruire. Or, qu’arriverait-il si l’on s’attardait plus spécifiquement au lieu en lui-même? Et qu’arriverait-il, surtout, si, en portant moins attention au «terrain», c’est-à-dire à cet espace déterminé en large partie par sa disposition à être construit, notre attention était davantage portée sur le «vague», c’est-à-dire sur la relation imprécise qu’il entretient avec notre expérience de la ville?

L’expositionCette exposition de Carole Lévesque présente 42 heures de marche, un peu plus de 5 000 photographies réunies en 120 collages, une base de données qui permet de croiser plus de 150 caractéristiques,144 minutes de film et de captation sonore, 75 objets, 90 spécimens de plantes, 100 heures de relevés, 400 heures de dessins perspectifs, et 1 400 heures de dessin à la main pour constituer six élévations paysagères. C’est par l’entremise de cette longue et lente accumulation documentaire que le projet de représentation se constitue et dans la création de ces six élévations paysagères que son regard attentif se réalise: six grands dessins, six relevés précis des choses observées, un dessin pour chaque journée de marche, pour recouvrer l’unité d’une expérience fragmentée. Ces dessins, où le geste de la main, la trace de la plume technique et le grain du papier réconcilient le visible et le tactile, le proche et le lointain, le temps et l’espace, sont des constructions, des «machines» à transformer notre regard sur ces paysages précieux, perdus et retrouvés.

L’exposition La précision du vague nous permet de suivre ce processus de découverte, un parcours de recherche et de création qui s’apparente à une véritable performance. Invité à partager cette expérience singulière, à se laisser saisir par plus d’une centaine de lieux improbables, le visiteur redécouvre ces espaces liés le plus souvent aux grandes voies ferrées ou asphaltées qui traversent l’île de Montréal. À bien les voir, nous constatons que ces lieux ne sont pas plus vagues que d’autres qui sont, eux, construits. Ce ne sont pas des trous dans la carte, encore moins des trous de mémoire. Ils participent à l’aménagement du territoire, ils font partie du paysage, ils en sont le revers critique. Le terrain vague, c’est le ressort sensible de l’imagination pour voir d’une autre façon le monde que nous édifions jour après jour.

La professeure et artiste espère ainsi transformer l’appréciation et la compréhension de ces lieux autrement délaissés. Par l’accumulation des modes de représentation, elle aspire à articuler un regard — et non pas un usage — productif sur ce paysage singulier, dans un objectif ultime de transformer l’attention que l’on porte à ce vague, de quelque chose à se débarrasser ou à remplir, à quelque chose que l’on accepte comme une partie prenante, positive, du paysage urbain.

L’exposition La précision du vague marque un tournant dans la réflexion théorique fondée sur la pratique de l’architecture et du design. Elle intéressera tous celles et ceux, architectes, architectes de paysage, urbanistes, professionnels et étudiants qui s’interrogent sur l’espace urbain des grandes métropoles.

Carole Lévesque, professeure à l’École de design de l’UQAM et artisteMarcher, photographier, dessiner, documenter : le travail de Carole Lévesque s’investit dans des démarches longues et lentes pour explorer les formes de représentation du territoire urbain, ses temporalités et ses pratiques. À Montréal ou ailleurs, ce sont les lieux délaissés, préservés à l’écart ou en ruine qu’elle préfère arpenter. À travers ses différents projets de recherche-création et son enseignement, ce sont les questions relatives aux transformations urbaines et architecturales qui l’intéressent, particulièrement en regard au détournement, au recyclage des lieux, à la transformation des perceptions et des usages. Installé dans les limites disciplinaires, son travail explore des manières par lesquelles concilier recherche et projet. Elle détient un diplôme en design de l’environnement (UQAM), une maîtrise professionnelle en architecture (UBC) et un doctorat en aménagement, histoire et théorie de l’architecture (UdeM). Elle a enseigné l’architecture à l’Université de Montréal et à l’American University of Beirut avant de joindre l’École de design de l’UQAM en 2012, où elle enseigne la théorie et les pratiques du design. Elle est l’auteure de À propos de l’inutile en architecture (L’Harmattan, 2011) et de Finding Room in Beirut, Places of the Everyday (Punctum Books, 2019).

Événements en lien avec l’exposition

Lancement du livreFinding Room in Beirut. Places of the Everyday, Carole Lévesque20 février à 18h

Nuit blanche au Centre de design de l’UQAM : Vaguement Montréal 2 mars de 20h à 2h

Inventaires urbainsColloque international21 et 22 mars 2019Exposition 21 mars au 1er avril 2019

Lancement du livre L’imaginaire du terrain vague, Isabelle Miron22 mars à 18h

Partenaires

Les travaux présentés dans cette exposition ont reçu l’appui financier du CRSH et du CELAT, pour les programmes de recherche-création.

ENGLISH VERSION

Adresses et heures d’ouverture

Centre de Design de l'UQAM1440, rue SanguinetMontréalMétro Berri-UQAM

Mercredi ‒ dimanche, 12 h ‒ 18 hEntrée libreRenseignementsTél. : 514 987-3395centre.design@uqam.caFacebook

-30-

SourceJulie MeunierConseillère en relations de presseDivision des relations avec la presseet événements spéciauxService des communications, UQAMTél. : 514 987-3000, poste 1707meunier.julie@uqam.ca

 

jeudi 24 janvier 2019
Calendrier de l’hiver et du printemps 2019 au Centre de design de l’UQAM : l’imaginaire urbain et architectural à l’honneur

Le 19 décembre 2018 ─ Le Centre de design de l’UQAM s’active à préparer la prochaine exposition, La précision du vague, de même que le calendrier de toutes les productions de l’hiver et du printemps 2019. Les voici en primeur :

Exposition en salle7 février − 14 avril 2019Vernissage: 6 février à 18 h

La précision du vagueUne documentation de friches industrielles et autres lieux délaissés pour la construction d’un imaginaire urbain et architectural. Lieux abandonnés sur lesquels poussent arbres et arbustes, jonchés de déchets, où animaux et insectes séjournent et sur lesquels demeurent certains éléments des usages passés, les terrains vagues peuvent être décrits avec exactitude : l’objet du vague est tout à fait précis. C’est la représentation que l’on s’en fait qui l’entraîne dans cet état d’incertitude. Fruit de trois années et demie de travail, cette exposition tend à démontrer pourquoi et comment transformer la représentation du terrain vague. L'exposition La précision du vague est le résultat d’une longue exploration de Carole Lévesque, professeure à l’École de design de l’UQAM, à travers le territoire pour conduire à la production d’un «atlas du terrain vague» sur l’île de Montréal.

21 février − 3 mars 2019Vernissage : 20 février à 18 h «Finding Room in Beirut Places of the Everyday»Lancement du livre et expositionPublié chez Punctum Bookshttps://punctumbooks.com/titles/finding-room-in-beirut-places-of-the-everyday/

2 mars 2019 de 18 h à 2 h Nuit blanche au Centre de design de l’UQAM : vaguement MontréalAtelier participatif en sérigraphie (dans le cadre de l’exposition La précision du vague)

21 et 22 mars 2019Colloque international : inventaires urbains / Urban inventories(dans le cadre de l’exposition La précision du vague) Programme ici

 21 mars − 14 avril 2019Inventaires urbains / Urban inventories(exposition secondaire dans le cadre de l’exposition La précision du vague)

2 au 8 mai 2019Vernissage : 1er mai à 18 hL’annuel de design 2019Exposition des finissants en design de l’UQAM

Centre de design1440, rue SanguinetMontréal (Québec) H2X 3X9Métro Berri-UQAMCourriel : centre.design@uqam.caTéléphone : 514-987-3395Heures d’ouverture : Entrée libreDu mercredi au dimancheDe midi à 18 hArchives photoFacebook

-30-

 

Source

Julie MeunierConseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciauxmeunier.julie@uqam.ca514 987-3000, poste 1707twitter.com/meunierj_1

 

 

 

 

 

mercredi 19 décembre 2018
The UQAM Centre for Design presents Entrer en interférence : cinq architectures en Belgique / cinq architectures au Québec

VERSION EN FRANÇAIS

Montréal, October 1, 2018− Our fall focus on Belgium continues at the UQAM Centre for Design with the exhibition Entrer en interférence : cinq architectures en Belgique / cinq architectures au Québec (Interference: Five Architectures in Belgium / Five Architectures in Québec). Produced in partnership with Wallonie-Bruxelles Architectures, the exhibition brings together projects by five Belgian architectural firms and sets them side by side with projects by five Québec firms.

 

Centre de design de l’UQAMExhibition:October 4 to December 9, 2018Opening: Wednesday, October 3 at 6:00 p.m.Curators: Audrey Contesse and Georges AdamczykPublic lecture: Dix architectes en interférenceThursday, October 4 from 6:00 to 9:00 p.m.Public lecture: Les temps de la qualitéÉchanges entre expériences de la commande publiqueThursday, November 22 from 6:00 to 9:00 p.m.

The exhibitionWallonie-Bruxelles Architectures (WBA) presents five projects reflecting the diversity in Wallonia and Brussels, which visitors explore through sights and sounds. The projects are located both within and outside cities and are mainly public facilities; they all show the ways in which the architects and their patrons have tried to use architecture to improve the quality of life of citizens. All five transform the use of spaces and the experience of users: urban redevelopment through conversion of abandoned industrial property to mixed cultural and business use; heritage restoration for a project to preserve the memory of works of art; transformation of a public space; a sports facility in osmosis with the landscape in an extraordinary environment; and finally, a private commission for a small pavilion to house and enhance an art collection.

Audrey Contesse, the curator of the Belgian portion of the exhibition, invited photographer Maxime Delvaux and sound designer Christophe Rault to share their analyses of the five projects. Two analyses in the form of a video and an independent sound montage complement a collection of objects gleaned and selected by the curator at each of the sites and in the architectural offices to represent the materiality and relevance of the projects.

Projects in the Belgian section• The Artothèque de Mons, converted from an old chapel by L’Escaut+Atelier Gigogne Architectures

• Adeps La Fraineuse Sports Centre in Spa, by Architectes Baukunst• Interlac, a dairy converted into a cultural and commercial facility in Dison, by Architectes Baumans-Deffet• M garden, a pavilion for an art collector in Renaix, by Architectes VERS.A

• Place de la Cage aux ours in Brussels, a public space developed by Architectes MSA in association with NEY & Partners The objective of the Québec portion of the exhibition is to introduce the public to the creative contribution made by architects to the cultural and social regeneration of the built environment in the cities of Montréal and Québec. It presents five projects in Québec that stand out for their technical and artistic excellence. They have all won industry awards: the Grand Prize in Architecture from the Ordre des architectes du Québec and the Governor General’s Medal in Architecture. The projects were chosen by the curator, architecture professor and critic Georges Adamczyk.

Projects in the Québec section• Rail bridge at the Outremont site, Montréal (2012-2017), by Le groupe SMI et Civiliti, Peter Soland, architect • Saint-Michel Soccer Stadium, Montréal (2012-2017), by Saucier + Perrotte architects and HCMA Architecture + Design Vancouver

• The Phi Centre in Old Montréal (2008-2012), by Annie Lebel and Stéphane Pratte of In situ atelier d’architecture and Shapiro Wolfe Architectes

• La Maison de la Littérature in Old Québec (2014-2016), by Chevalier Morales Architectes• Conversion of a gas station designed by Mies van der Rohe on Nuns’ Island in 1969 (Verdun 2013), by Éric Gauthier of Les architectes FABG

The idea of interference is the unifying thread that guides the broad focuses of the exhibition. The first focus is critical: looking at architecture in new ways. While the word interference can refer to the scrambling of communication, at the same time it expresses the ways in which architects from here and abroad enter into dialogue with each other and with the public. Secondly, interference highlights the power of architecture to transform obsolete environments into new, magical spaces. “It is this cultural dimension of architecture, using design to regenerate and enhance our living environment, that we want to present to the public,” says curator Georges Adamczyk.

The curatorsAudrey Contesse is an architect and historian of art and architecture. She currently works as a curator, author and cultural communication consultant in the field of architecture. As a journalist, she regularly writes for international magazines including L’Architecture d’Aujourd’hui, D’A, Werk, bauen + wohnen, Tracés, L’Art Même, and A+. Between 2006 and 2015, she was Francophone editorial secretary and then editor-in-chief of the magazine A+ Architecture in Belgium. She is the co-author of a number of books, including XX Models.Georges Adamczyk is a full professor at the Université de Montréal School of Architecture and served as director of the School from 1999 to 2007. He is also an author and architecture curator. After completing an undergraduate degree in Design at UQAM in 1973, he received a Master’s degree in Planning (History and Theories of Architecture) from the Université de Montréal in 1982. At UQAM, he directed the Environmental Design program (1977-1982), the Art History program (1982-1983) and the Department of Design, now the School of Design (1984-1989). From 1992 to 1999, he directed the UQAM Centre for Design. Also at the Centre for Design, he developed and organized the first exhibition in Canada on industrial designer Michel Dallaire, La beauté des formes utiles (1983).

Public lecture: Dix architectes en interférenceThe Belgian and Québec architects will talk about their respective projects.Thursday, October 4 from 6:00 to 9:00 p.m.Free admission, room DS-R510Pavillon J.-A.-De Sève, UQAM320 Saint Catherine Street EastReserve your seats: https://yurplan.com/event/Dix-architectes-en-interference/31954Program: here

Participants :Louise Pelletier, Director, UQAM Centre for Design, curators Audrey Contesse and Georges Adamczyk, Atelier Gigogne + L’Escaut, Baumans-Deffet, Vers. A, In situ atelier d’architecture, Chevalier Morales Architectes, Éric Gauthier of Les architectes FABG, Baukunst, MSA, Civiliti, Saucier + Perrotte.

Les temps de qualité. Échanges entre expériences de la commande publiqueThursday, November 22 from 6:00 to 9:00 p.m.Free admission, room R-M120, Pavillon des Sciences de la gestion315 Saint Catherine Street EastReserve your seats: https://yurplan.com/event/Les-temps-de-la-qualite/32286Program: here

Participants:Chantal Dassonville, Assistant general manager, Cellule architecture, BrusselsCarol Bélanger, Chief architect, EdmontonFrancesco Della Casa, Architect of the Geneva CantonÉmilie Moreau, Urban planner, Paris

Partners

 

Media kit available upon request

Centre de design1440, rue SanguinetMontréal (Québec) H2X 3X9Berri-UQAM Métro stationEmail : centre.design@uqam.caTelephone : 514-987-3395Hours: Free admissionWednesday to Sunday12 h 00 to 6 h 00 p.m.Photo archiveFacebook

- 30 –

SourceJulie MeunierMedia Relations AdvisorMedia Relations and Special Events Divisionmeunier.julie@uqam.ca514 987-3000, ext. 1707twitter.com/meunierj_1salledepresse.uqam.ca

 

lundi 1 octobre 2018
Retour en haut de page