https://salledepresse.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Salle de presse


Recherche


presse@uqam.ca



Communiqués de presse

 INVITATION AUX MÉDIAS

Le 3 novembre 2020 – Les professeures Myriam Dubé de l’École de travail social de l’Université du Québec à Montréal (UQAM); Rachel Chagnon du Département des sciences juridiques de l’UQAM et Marie-Marthe Cousineau de l’École de criminologie de l’Université de Montréal (UdeM), ainsi que des représentantes du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale et du Service aux collectivités (SAC) de l’UQAM dévoileront, le lundi 9 novembre prochain, les résultats d’une étude portant sur la violence conjugale et le système canadien de justice.

  • Ce rapport de recherche documente des failles et des obstacles structurels du système judiciaire quant à la prise en charge des actes criminels commis en contexte conjugal, principalement en lien avec l’usage du « 810 ».
    *Un « 810 » est un engagement de ne pas troubler l’ordre public. Il est nommé ainsi en raison de l’article du Code criminel auquel il fait référence.

  • À partir de l’expérience de femmes ayant entrepris des démarches judiciaires pour faire cesser la violence conjugale, cette recherche identifie également des pistes d’action pour améliorer la réponse du système de justice et des services policiers, face à ce type de violence.

QUAND
Lundi 9 novembre 2020
10 h à 11 h

Plateforme : Zoom
Inscription : https://uqam.zoom.us/webinar/register/WN_XfNK1sV4Sc6OKdYjp-x19w
Inscription nécessaire
*Les journaliste inscrits recevront un hyperlien, afin d’accéder au dévoilement du lundi 9 novembre.

Diffusion grand public
En Facebook Live, à partir de la page du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale.

Équipe de recherche
Ce rapport est le fruit d’un partenariat de recherche entre le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, le Service aux collectivités de l’UQAM ainsi que des chercheuses de deux universités : Myriam Dubé, Rachel Chagnon, Mylène Laferrière Abel, Nathalie Plante pour l’UQAM et Marie-Marthe Cousineau pour l’UdeM.

Financement de la recherche
Le projet a bénéficié du soutien financier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), du Réseau québécois en études féministes (RéQEF - UQAM), du Programme d’aide financière à la recherche et à la création de l’UQAM (PAFARC volet 2 : SAC) et du partenariat de recherches et d’actions Trajetvi (CRSH-Partenariat, Trajectoires de vie, de violence, de recherche d’aide et de recours aux services des femmes victimes de violence conjugale).

-30-

*Une synthèse des résultats sera disponible le 9 novembre.

Les membres de l’équipe de recherche et du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale seront disponibles pour entrevues.

Source : Rose-Aline LeBlanc, conseillère en relations de presse
Division des relations avec la presse et événements spéciaux
Service des communications
leblanc.rose-aline@uqam.ca
twitter.com/RoseAlineLeBlan

Retour en haut de page