https://salledepresse.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Salle de presse


Recherche


presse@uqam.ca



Communiqués de presse

Commissaire générale : Louise Déry, en collaboration avec Anne Philippon et Philippe Dumaine
Commissaires invitées et invités : Diane Gistal, Ariane De Blois, Musée d’art actuel / Département des invisibles et Bénédicte Ramade
Artistes : 16 artistes du Québec
Période d’exposition : Dès septembre 2020

Le 11 juin 2020 – Sous le commissariat successif de Diane Gistal, d’Ariane De Blois, du Musée d’art actuel / Département des invisibles et de Bénédicte Ramade, une nouvelle initiative artistique prendra place sur un microsite produit par la Galerie de l’UQAM tout au long de la saison 2020-2021 sous le titre QUADrature.

Le contexte
Le projet est inspiré de l’œuvre Quad (1980) de Samuel Beckett, une pièce écrite pour la télévision et mettant en présence quatre interprètes qui parcourent une scène quadrangulaire en effectuant différents trajets latéraux et diagonaux rigoureusement déterminés. Elle fut présentée pour la première fois en 1981 sous la direction de l’auteur. De stature semblable et de genre indifférencié, les interprètes étaient vêtues et vêtus de longues tuniques à capuchons couvrant leur visage. Même si le scénario original a connu des variables – plusieurs établies par Beckett lui-même – il présente, dans une facture sobre, dépouillée, voire abstraite, toutes les combinaisons possibles de déplacements, de pas frottés, de silhouettes anonymes qui se croisent sans se toucher, laissant le centre de la scène vide à tout instant.

Le concept
Ce qui a inspiré Louise Déry, c’est l’impressionnante résonnance qu’offre cette œuvre de Beckett avec la situation de pandémie mondiale que nous connaissons en ce moment. D’un côté, l’écran télévisuel, le confinement à une surface précise, l’anonymat, les visages recouverts, la répétition des parcours ; de l’autre, l’écran numérique, les masques que de plus en plus de personnes arborent, les promenades routinières restreintes à des secteurs précis, la distanciation et l’absence de contacts physiques. Entre deux personnes, le centre est toujours vide. Beckett l’a qualifié de « zone de danger ».

Les règles du jeu
La commissaire générale a confié le projet à quatre commissaires invitées et invités à développer l’un des quatre volets, impliquant chacun quatre artistes. Il s’agit d’une initiative qui vise des approches commissariales inédites impliquant des artistes du Québec, avec des œuvres existantes, transformées ou créées de toute pièce pour les écrans virtuels. Ces expositions seront déployées successivement sur un microsite conçu pour la circonstance et reflétant les principes de la scénographie de Quad. Elles seront finalement réunies en une cinquième présentation entrevue comme une conversation globale qui mettra en présence le travail des quatre commissaires et des 16 artistes. En plus des œuvres, chaque exposition sera accompagnée de textes des commissaires et fera l’objet d’activités de médiation numérique (visioconférences, séances de clavardage, initiatives sur les réseaux sociaux, etc.).

Le désir
La Galerie a réalisé jusqu’ici plusieurs expositions virtuelles de grande envergure : La science dans l’art (2007-2012), Le projet peinture (2014-2018) et L’art au Canada comme acte d’histoire (2018-2023) dans le cadre de Musée virtuel du Canada. Elle a également adapté au virtuel des projets initialement destinés à l’espace d’exposition, notamment ce qui du monde se prélève permet à l’œil de s’ouvrir (2020). Avec QUADrature, conceptualisé pour l’espace virtuel, elle conserve le désir d’adapter le projet à ses galeries dans le meilleur avenir possible, afin de donner aux œuvres leur pleine existence matérielle et expérientielle au bénéfice du public.

À propos des commissaires

20200611 diane gistal 1

Diane Gistal est chercheuse, commissaire indépendante et fondatrice de Nigra Iuventa. Diplômée en histoire de l’Université Paris VIII, elle poursuit actuellement une maîtrise en lettres à l’Université du Québec à Montréal. Ses intérêts de recherche portent sur le « lieu de mémoire » dans le roman haïtien et son approche curatoriale se caractérise par la création d’un dialogue entre les arts visuels, la littérature et les sciences humaines. Parmi ses commissariats récents, on compte Subalternes (CDEx, 2019) et je sais pourquoi l’oiseau chante en cage (Fonderie Darling, Centre culturel Georges-Vanier et CDEx, 2020).

20200611 ariane de blois

Détentrice d'un doctorat en histoire de l'art de l'Université McGill, Ariane De Blois œuvre dans le milieu de l'art actuel en tant qu'auteure, chercheuse et commissaire depuis une quinzaine d'années. Aujourd’hui directrice artistique de Plein sud, centre d’exposition en art actuel à Longueuil, elle a fait partie du comité de rédaction de la revue esse arts + opinions, de 2014 à 2018. Ses projets commissariaux ont entre autres été présentés au Musée des beaux-arts du Québec, à la Biennale de La Havane, à la Stadtgalerie de Berne et au Centro Nacional de las Artes à México.

20200611 maad i 1

Le Musée d’art actuel / Département des invisibles (MAAD-I) dévoile les pratiques artistiques interdisciplinaires et interculturelles de l’art contemporain québécois et canadien incluant la composition plurielle ethnique de sa société. Lieu d’appartenance, il aspire célébrer la diversité créatrice de Montréal, du Québec et du Canada, et assure la rencontre entre les artistes issu·e·s de l’immigration et des Premières Nations. Son objectif est de contribuer au partage du pouvoir dans les institutions artistiques pour démocratiser leur gouvernance et décoloniser les récits historiques de l’art, notamment à travers sa collection. L’artiste Stanley Février est le directeur général et conservateur en chef du MAAD-I, et l’historienne de l’art Nuria Carton de Grammont en est la directrice adjointe et commissaire.
mac-i.com
fevrierstanley.wixsite.com

20200611 bénédicte ramade 1

Bénédicte Ramade est historienne de l’art, chargée de cours à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université de Montréal. Critique et commissaire indépendante, elle a développé depuis une quinzaine d’années une expertise sur les problématiques environnementales, écologiques et, plus récemment, l’anthropocénisation des savoirs. Elle travaille actuellement à l’édition de sa thèse, Vers un art anthropocène : L’art écologique américain pour prototype, aux Presses du réel (2021). Son plus récent projet d’exposition, Apparaître-Disparaître, a eu lieu à l’automne 2019 à la Fondation Grantham pour l’art et l’environnement.

Références
Un extrait vidéo
Samuel Beckett, Quad I+II, 1981, Betacam SP, PAL, couleur, son, Collection Centre Georges Pompidou, France

Il s’agit de la première itération de Quad à la télévision dirigée par Beckett et transmise par la Süddeutscher Rundfunk d’Allemagne le 8 octobre 1981 en deux scénographies différentes, avec une intermission devant durer 100 000 ans selon un commentaire de l’auteur pendant les répétitions.

Le livre
Samuel Beckett, Quad et autres pièces pour la télévision, suivi de L’Épuisé par Gilles Deleuze, Paris, Éditions de Minuit, 1992, 106 p.

Partenaires

20200611 logos QUADrature galerie

Adresse
Galerie de l'UQAM
Pavillon Judith-Jasmin, salle J-R120
1400, rue Berri, angle Sainte-Catherine Est, Montréal
Métro Berri-UQAM
Entrée libre

Renseignements
galerie.uqam.ca / Facebook / Twitter / Instagram

VERSION ANGLAISE

-30-

Source : Julie Meunier, conseillère en relations de presse
Division des relations avec la presse et évènements spéciaux
Service des communications, UQAM
Tél. : 514 895-0134
meunier.julie@uqam.ca

Retour en haut de page