Baromètre 2023 de l’Observatoire de la consommation responsable de l’ESG UQAM : l’inflation exige une réduction des achats des Québécoises et Québécois

Le 22 novembre 2023 – L’Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l’ESG UQAM dévoile la 14e édition de son Baromètre annuel de la consommation responsable, une édition spéciale Coût de la vie, en collaboration avec la firme d’études MBA Recherche. Le durcissement des contraintes budgétaires, lié à l’inflation, impose à une grande majorité de Québécoises et Québécois de repenser sa consommation. C’est ce que met en lumière cette nouvelle édition.

« Le ressenti de la dégradation du pouvoir d’achat chez 72,2% des Québécoises et Québécois et les prix de plus en élevés imposent certains arbitrages dont parfois celui de moins consommer. La sobriété semble donc davantage contrainte et touche certains secteurs plus que d’autres comme celui de la mode », souligne Fabien Durif, directeur de l’OCR.

« La hausse du coût de la vie modifie ainsi certaines pratiques de consommation : parmi les Québécoises et Québécois qui ont réduit leur consommation, 90,3% comparent encore plus les prix entre les produits et pour 84,3%, une comparaison du prix entre les commerces est effectuée, tandis que 86,2% achètent davantage de produits au rabais et 80,4% utilisent davantage les circulaires et les bons de rabais », poursuit le professeur Durif.

« Les modifications des habitudes chez les Québécoises et Québécois qui ont réduit leur consommation semblent majeures dans certains cas : 76,0% privilégient plus les marques maison, 71,3% vont davantage dans des magasins et épiceries au rabais, 60,3% ont changé pour un épicier moins cher et 74,4% ont réduit les quantités achetées notamment 59,9% en ce qui a trait à l’alimentation », mentionne Fabien Durif.

Il faut toutefois noter que la sobriété contrainte, qui touche davantage les femmes et les plus stressés financièrement, coexiste dans une moindre mesure avec une sobriété volontaire. Si 53,4% déclarent avoir réduit leur consommation par conviction, ils sont tout de même 78,7% à avoir pris l’habitude de moins magasiner et 65,4% à réaliser qu’ils faisaient des achats superflus.

« Parmi les Québécoises et Québécois qui ont réduit leur consommation, on retrouve davantage ceux qui sont le plus préoccupés par l’environnement, les plus écoanxieux et ceux qui recherchent le plus de moyens pour réduire leur impact environnemental », poursuit Fabien Durif.

Autres faits saillants de l’édition spéciale 2023:

  • L’achat local, pas forcément victime de l’inflation : Malgré l’inflation et le fait que de moins en moins de personnes découvrent des entreprises locales, le soutien à l’économie locale reste une motivation importante. Ils sont d’ailleurs 59,3% à mentionner préférer faire leurs achats dans les commerces de leur quartier ou du centre-ville. En outre, les Québécoises et Québécois qui ont le plus réduit leur consommation dans la dernière année sont ceux qui mentionnent avoir le plus acheté des produits certifiés « Aliments du Québec », « Produits du Québec », « Bœuf du Québec » et du vin local ;
  • L’écofatigue accentue le sentiment d’impuissance et d’indifférence face au changement climatique : 41,9% des Québécoises et Québécois mentionnent qu’ils sont fatigués des leçons de morale sur l’environnement et 41,3% de voir autant d’informations alarmistes sur l’environnement dans les médias. Le sentiment élevé d’impuissance face au changement climatique conduit à ce que 36,3% des Québécoises et Québécois ne voient pas ce qu’ils pourraient faire de plus pour réduire leur impact environnemental (en particulier les hommes, les moins diplômés et les déconsommateurs). Cette impuissance augmente le sentiment d’incapacité de décision et de perte de contrôle : ils sont notamment 30,4% à déclarer que la situation environnementale est si sombre qu’ils croient que plus rien n’est possible chez les 18-24 ans et 24,6% que cela demande trop d’effort pour réduire leur impact environnemental, surtout chez les 18-24 ans et les Montréalaises et Montréalais ;
  • TOP 5 des marques perçues comme étant les plus responsables : Dans cette édition, seulement 37,5% des personnes sondées sont capables de mentionner une marque à leurs yeux responsable, ce qui caractérise une baisse très importante comparativement à l’an dernier. Ce phénomène pourrait être une conséquence de l’écofatigue, mais également le fait que les Québécoises et Québécois valorisent davantage la pertinence économique d’une marque. Ils sont 73,7% à aimer qu’une marque prenne en considération l’impact de l’inflation dans son offre. À noter que Cascades demeure depuis la 1re édition du Baromètre la marque spontanément perçue comme la plus responsable selon les Québécoises et Québécois.

Pour consulter tous les résultats du Baromètre de la consommation responsable 2023 : www.ocresponsable.com  

Le professeur du Département de marketing de l’ESG UQAM Fabien Durif est disponible pour des entrevues.

Méthodologie

Réalisé du 5 au 10 octobre 2023 auprès de 1 000 répondants du panel Web de MBA Recherche, le Baromètre dresse le portrait des pratiques de consommation responsable des Québécoises et Québécois. Les données ont été pondérées en fonction de la distribution réelle de la population selon l’âge et le sexe, d’après les données du dernier recensement de Statistiques Canada.

L’OCR est une cellule d’études et de veille stratégique axée sur la recherche-innovation et le transfert de connaissance dans le domaine de la consommation responsable. L’OCR décrypte les mutations économiques et sociétales en cours et futures des diverses pratiques de la consommation responsable, autant du point de vue des citoyens-consommateurs que des stratégies d’engagement et de mise en marché des biens des organisations.   

À propos de MBA Recherche

http://www.mbarecherche.com/fr

MBA Recherche est l’une des plus importantes firmes d’études de marché au Québec. Depuis 1994, elle mène des projets pour une multitude de clients réputés. Elle dispose d’un panel (Panel MBAweb) de plus de 34 000 consommateurs.

-30-

Source :
Julie Meunier
Conseillère en communication
Division des relations avec la presse et événements spéciaux
Service des communications
Tel.: 514 987-3000, poste 1707
Cell.: 514 895-0134
meunier.julie@uqam.ca

Partagez