http://salledepresse.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Salle de presse


Recherche


presse@uqam.ca



Salle de presse - Résultats
  • All
  • (17)
Le Département de géographie de l’UQAM présente le 30 janvier, le 1er colloque Planification territoriale et développement local Regards croisés

INVITATION AUX MÉDIAS

Le 28 janvier 2020 – Dans le cadre du 50e anniversaire de l’UQAM, le Département de géographie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) organise la première Journée Planification territoriale et développement local : Regards croisés. L'événement, qui aura lieu le jeudi 30 janvier, comprend un colloque composé de cinq panels thématiques en lien avec le développement territorial, la planification et l’aménagement du territoire, ainsi qu’aux métiers du développement territorial. La Journée sera également l’occasion de souligner, lors d’un cocktail de retrouvailles, les 20 ans d’existence du DESS en Planification territoriale et développement local.

Date et heureJeudi 30 janvier 20208 h 30 à 17 h : colloque17 h à 19 h : cocktail de retrouvailles 20e anniversaire du DESS

LieuSalle de la reconnaissance (D-R200) du pavillon Athanase-David (D) de l'UQAM1430, rue Saint-DenisMétro Berri-UQAM

En présence de

Madame Josée Lafond, doyenne de la Faculté des sciences humaines de l’UQAM (mot de bienvenue à 9 h) Monsieur François Croteau, maire de Rosemont – La Petite-Patrie (allocution à 9 h 15)

*Les professeurs Mélanie Doyon, Laurie Guimond, Juan‐Luis Klein et Sylvain Lefebvre du Département de géographie de l’UQAM sont disponibles pour des entrevues avec les médias*

Thèmes des panels9 h 45 : Aménager l’espace urbain autrement – avec, entre autre le professeur Lefebvre11 h : L’alternative agricole pour le développement des territoires ruraux – avec, entre autres, la professeure Doyon13 h : S’ouvrir au Nord pour un développement territorial inclusif – avec, entre autres, la professeure Guimond14 h : Le développement socioéconomique des territoires à l’heure de la globalisation – avec, entre autres, le professeur Klein15 h 15 : Les métiers du développement territorial – avec des représentants de MRC, de municipalité et de regroupements communautaires

Lire également«En classe! »: aménager la ville - Les étudiants au DESS en planification territoriale et développement local présentent leur projet devant des experts» un article de Pierre-Étienne Caza publié dans le portail de nouvelles Actualités UQAM.

-30-

Les représentants des médias sont invités à assister au colloque.

Source : Rose-Aline LeBlanc, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 2248 leblanc.rose-aline@uqam.ca twitter.com/RoseAlineLeBlan

 

mardi 28 janvier 2020
Corps, identité et procréation : Heidi Barkun. LET’S GET YOU PREGNANT! à la Galerie de l’UQAM

Dates : 7 février – 21 mars 2020Vernissage : jeudi 6 février, 17 h 30

Le 24 janvier 2020 – L’artiste Heidi Barkun propose une incursion dans le monde de la fécondation in vitro avec LET’S GET YOU PREGNANT! S’appuyant sur les témoignages de femmes ayant fait l’expérience de traitements infructueux, l’exposition est une invitation à réfléchir aux intersections entre identité, science et procréation.

L’expositionPlus de sept millions d’enfants sont nés par fécondation in vitro depuis le premier « bébé-éprouvette » il y a plus de 40 ans. La culture populaire donne l’impression que chaque essai de cette biotechnologie mène à un succès. Au Québec, des vedettes telles Céline Dion et Julie Snyder sont devenues des modèles du triomphe de la fécondation in vitro. Pourtant, le taux de réussite mondial ne s’élève qu’à 27 %. LET’S GET YOU PREGNANT! dévoile l’expérience de l’échec de la fécondation in vitro dans le cadre de systèmes sociaux, politiques et médicaux qui placent la maternité au premier plan de la vie des femmes. Une installation sonore et muséale crée une conversation virtuelle entre 28 participantes, l’artiste incluse, qui ont suivi des traitements infructueux de fécondation in vitro et qui ne sont pas devenues mères.

Par l’entremise de chaises disposées en cercle, l’espace d’exposition devient un site de conscientisation. D’une part, à partir de questions sur l’identité, le corps, le système médical et l’échec, les participantes transmettent par la parole les contradictions propres aux expériences de fécondation in vitro échouées. D’autre part, des artéfacts de traitements de 16 des 28 participantes sont présentés : fioles, seringues, documents médicaux, bottines de bébé, images d’embryons perdus, etc. Cette exposition sensible invite le public à entrer dans l’intimité de ces femmes et à repenser les rapports entre science, rôles sociaux et procréation.

Avec la participation de : Aconia, Andréa, Anna, Arlene, Brigitte, Cristina, Delphine, Doha, Eliane, Emilie, Eve, Geneviève, Isobel, Julie, Linda, Lindsay, Lolo, Magalie, Marie-Eve, Marie-Hélène, Mica, Myrianne, Nicole, Princessmeg, Sylann, Térésa, Thalie

L’artisteHeidi Barkun est finissante de la maîtrise en arts visuels et médiatiques avec concentration en études féministes (UQAM). Artiste transdisciplinaire, elle explore les constructions identitaires par une pratique de l’installation contextuelle en employant la voix, le texte, les objets et les lieux comme médias de résistance aux définitions normatives. L’attention portée à son infertilité dans ses œuvres récentes découle de quatre ans de traitements infructueux de fécondation in vitro.

Barkun a obtenu un baccalauréat ès sciences en anatomie et biologie cellulaire (Université McGill, 1995) et un baccalauréat ès beaux-arts avec distinction (Université Concordia, 1999). Elle est lauréate de bourses de plusieurs organismes dont le Conseil des arts du Canada, le Conseil des arts et des lettres du Québec et le Réseau québécois en études féministes (RéQEF). Elle est aussi récipiendaire de nombreuses bourses d’études, notamment la Bourse de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) – maîtrise (2018), la Bourse Initiatives de la Faculté des arts (2018), la Bourse Claude-Courchesne en arts visuels et médiatiques (2017), la Bourse Anita-Caron – IREF (2017) et deux bourses d’excellence pour les cycles supérieurs (FARE) (2017, 2018). Ses œuvres ont été exposées au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud et font partie de la Collection Banque Nationale et de la Collection Senvest.heidibarkun.com

Activités publiquesL’artiste sera sur place pour offrir du thé et discuter avec les visiteurs dans une ambiance conviviale.Samedi 15 février, midi – 18 hSamedi 21 mars, midi – 18 h

La nuit des idées à MontréalJeudi 30 janvier 2020, 18 h – 21 hCœurs des sciences, UQAM175, avenue du Président-Kennedy, MontréalEn françaisEntrée libreInscriptions

La Galerie de l’UQAM, le Cœur des sciences de l’UQAM et le Consulat général de France à Québec présentent, le 30 janvier prochain, une nouvelle édition de La nuit des idées en sol québécois. Sur le thème Être vivant·e : à la vie, à la mort, l’événement rassemblera sept personnalités aux parcours uniques, dont Heidi Barkun. Initiée par l’Institut français et soutenue par la Fondation de France, La nuit des idées a lieu une fois par an, à la même date sur les cinq continents, ralliant ainsi des milliers de personnes pour une nuit de débats internationale, interdisciplinaire et intergénérationnelle autour d’une thématique commune.

Lancement de la publication L’attenteJeudi, 6 février, 17 h 30Galerie de l’UQAMEntrée libre25 $, 113 pages, en français et en anglais

Le vernissage de ses expositions These Rooms of Earth and Stones et Heidi Barkun. LET’S GET YOU PREGNANT! est l’occasion pour la Galerie de l’UQAM de lancer la toute récente publication intitulée L’attente. Cette dernière est produite dans la foulée de l’exposition du même titre, présentée à la Galerie à l’hiver 2018 et qui explorait notre relation avec le temps, notamment le temps du travail, qui occupe une place centrale dans nos vies.

Présentation d’artiste : Heidi BarkunDans le cadre de la série L’art observeMercredi 19 février 2020, 12 h 45 – 13 h 45Galerie de l’UQAMEn français et en anglaisEntrée libre

La Galerie de l’UQAM vous invite à une présentation de l’artiste Heidi Barkun, finissante de la maîtrise en arts visuels et médiatiques avec concentration en études féministes (UQAM). Dans une atmosphère propice aux échanges, l’artiste parlera de sa démarche artistique ainsi que des recherches entreprises durant son parcours académique. Ce sera aussi l’occasion pour Barkun de révéler les processus et les idées qui sous-tendent son exposition.

Nuit blanche à MontréalSamedi 29 février 202020 h – minuitGalerie de l’UQAMEntrée libre

Profitez de la Nuit blanche pour visiter les expositions These Rooms of Earth and Stones et Heidi Barkun. LET’S GET YOU PREGNANT! à la Galerie de l’UQAM qui prolonge ses heures d’ouverture à l’occasion de cette activité nocturne. Heidi Barkun sera présente pour échanger avec les visiteurs de 20 h à 22 h.

Offre éducativeLes médiateurs de la Galerie de l’UQAM se feront un plaisir d’accueillir les groupes et les professeurs pour des visites commentées de l’exposition Heidi Barkun. LET’S GET YOU PREGNANT!. Souples et ouvertes à tous les groupes scolaires et communautaires, ces visites peuvent être adaptées aux besoins particuliers et s’inscrire en dialogue avec la matière abordée en classe, le cas échéant. Ces activités sont offertes sans frais, en français ou en anglais, ainsi qu’avec interprétation en Langue des signes québécoise (LSQ) ou en American Sign Language (ASL).

Pour plus d’informations : https://galerie.uqam.ca/offre-educative/

Réservations requises :Philippe DumaineResponsable de la médiation, Galerie de l’UQAMdumaine_allard.philippe@uqam.ca514 987-3000 p. 1424

Partenaires

Adresse et heures d'ouvertureGalerie de l'UQAMPavillon Judith-Jasmin, salle J-R1201400, rue Berri, angle Sainte-Catherine Est, MontréalMétro Berri-UQAM

Mardi – samedi, midi – 18 hEntrée libre

RenseignementsTél. : 514 987-6150galerie.uqam.ca / Facebook / Twitter / Instagram

VERSION ANGLAISE

- 30 -

Source : Julie Meunier, conseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et évènements spéciauxService des communications, UQAMTél. : 514 987-3000, poste 1707meunier.julie@uqam.ca

 

vendredi 24 janvier 2020
Body, identity and procreation: Heidi Barkun. LET’S GET YOU PREGNANT! at Galerie de l’UQAM

FRENCH VERSION

Dates: February 7 – March 21, 2020Opening: Thursday, February 6, 5:30 p.m.

January 24, 2020 – Artist Heidi Barkun proposes a foray into the world of in vitro fertilization with LET’S GET YOU PREGNANT! Based on the testimonies of women who have gone through unsuccessful in vitro treatments, the exhibition is an invitation to reflect on how identity, science and procreation intersect.

The exhibitionThe first “test-tube baby” came into the world over 40 years ago. Since then, over seven million children have been born through in vitro fertilization. Popular culture leads us to believe that every attempt of this biotechnology is successful. In Quebec, stars such as Céline Dion and Julie Snyder have become models of its triumph. However the global success rate is just 27%. LET’S GET YOU PREGNANT! reveals the experience of failure of in vitro fertilization within the same social, political and medical systems that place motherhood at the forefront of women’s lives. An audio and museum installation creates a virtual conversation between 28 participants, including the artist, who have undergone failed in vitro fertilization cycles and have not become mothers.

With chairs arranged in a circle, the exhibition space becomes a site of consciousness-raising. Answering questions about identity, the body, the medical system and failure, participants convey through dialogue the contradictions inherent in the experience of unsuccessful in vitro fertilization. In addition, artefacts from the treatments of 16 of the 28 participants are displayed: vials, syringes, medical documents, baby booties, images of lost embryos, etc. This sensitive exhibition invites the public to hear these 28 women, and to rethink the intersections of science, socially-defined roles and procreation.

With the participation of: Aconia, Andréa, Anna, Arlene, Brigitte, Cristina, Delphine, Doha, Eliane, Emilie, Eve, Geneviève, Isobel, Julie, Linda, Lindsay, Lolo, Magalie, Marie-Eve, Marie-Hélène, Mica, Myrianne, Nicole, Princessmeg, Sylann, Térésa, Thalie

The artistHeidi Barkun is a master’s candidate in Visual and Media Arts with a concentration in Feminist Studies (UQAM). As a transdisciplinary artist, she explores the constructions of identity through a practice in site-oriented installation, using voice, text, objects and place as means of resistance against normative definitions. The focus on infertility in her recent works follows four years of failed in vitro fertilization treatments.

Barkun obtained a Bachelor of Science degree in Anatomy and Cell Biology (McGill University, 1995) and a Bachelor of Fine Arts with distinction (Concordia University, 1999). She is the recipient of grants from several organizations, including the Canada Council for the Arts, the Conseil des arts et des lettres du Québec and the Réseau québécois en études féministes (RéQEF). The many scholarships she has received include the Bourse de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) – maitrise (2018), the Bourse Initiatives de la Faculté des arts (2018), the Bourse Claude-Courchesne en arts visuels et médiatiques (2017), the Bourse Anita-Caron – IREF (2017) and two scholarships for excellence in graduate studies (FARE) (2017, 2018). Her work has been shown in Canada, the United States, Europe and South America and is included in the National Bank Collection and the Senvest Collection.heidibarkun.com

Public activitiesThe artist will be in the exhibition space, offering teaa ans speaking with visitors in a causal setting.Saturday, February 15, noon - 6 p.m.Saturday March 21, noon - 6 p.m.

La nuit des idées à MontréalThursday, January 30, 2020, 6 - 9 p.m.Coeur des sciences, UQAM175, Président-Kennedy Avenue, MontréalIn FrenchFree admissionSign up here

On January 30, Galerie de l’UQAM, the Cœur des sciences de l’UQAM and the Consulat général de France à Québec will present a new edition of La nuit des idées in Québec. Centred on the theme Être vivant·e : à la vie, à la mort, the event brings together seven leading figures with distinctive backgrounds, including Heidi Barkun. Started by the Institut français and supported by the Fondation de France, La nuit des idées is held once a year on the same date on five continents, uniting thousands of people for a night of international, interdisciplinary and intergenerational debate around a common theme.

Book launch: WaitingThursday, February 6, 5:30 p.m.Galerie de l’UQAMFree admission$25,113 pages, in French and English

During the opening for exhibitions These Rooms of Earth and Stones and Heidi Barkun. LET’S GET YOU PREGNANT!, Galerie de l’UQAM will be launching its most recent publication entitled Waiting. This book follows the exhibition bearing the same name, presented at the gallery in winter 2018, that delved into our relationship with time, in particular time spent working, and the pivotal place it holds in our lives.

Artist Talk: Heidi BarkunAs part of the L’art observe seriesWednesday, February 19, 2020, 12:45 – 1:45 p.m.Galerie de l’UQAMIn French and EnglishFree admission

Galerie de l’UQAM invites you to a presentation by artist Heidi Barkun, graduating master’s student in Visual and Media Arts with a concentration in Feminist Studies (UQAM). The artist will discuss her artistic approach as well as research undertaken during her academic career, in an atmosphere conducive to exchange. It will be an opportunity for Barkun to reveal the processes and ideas that underlie her exhibition.

Nuit blanche à MontréalSaturday, February 29, 20208 p.m. – midnightGalerie de l’UQAMFree admission

Make the most of Montréal’s Nuit blanche by visiting exhibitions These Rooms of Earth and Stones and Heidi Barkun. LET’S GET YOU PREGNANT! at Galerie de l’UQAM. We are extending our opening hours as part of this nocturnal event. Heidi Barkun will be present to speak with visitors from 8 to 10 p.m.

Educational program

Our mediators look forward to taking you and your group on guided tours of Heidi Barkun. LET’S GET YOU PREGNANT! The tours are flexible and open to all school and community groups. The content can be adapted to meet your particular needs and to complement material covered in the classroom. These activities are available free of charge, in French or English, or even with an interpreter in American Sign Language (ASL) or Langue des signes québécoise (LSQ).

For more information:https://galerie.uqam.ca/en/educational-program/

Reservations required:Philippe DumaineCultural Mediation Manager, Galerie de l’UQAMdumaine_allard.philippe@uqam.ca514 987-3000 p. 1424

Support provided by

Address and opening hoursGalerie de l’UQAMJudith-Jasmin Pavilion, Room J-R1201400 Berri, corner of Sainte-Catherine East, MontréalBerri-UQAM Metro

Tuesday – Saturday, noon – 6 p.m.Free admission



InformationPhone: 514 987-6150galerie.uqam.ca / Facebook / Twitter / Instagram

- 30 -

Source : Julie Meunier, Press Relations OfficerPress Relations and Special Events DivisionUQAM Communications ServicePhone: 514 987-3000, ext. 1707meunier.julie@uqam.ca

 

vendredi 24 janvier 2020
These Rooms of Earth and Stones: La Galerie de l’UQAM présente le travail des artistes Michel Boulanger et Katja Davar autour de la transformation du paysage

Commissaire : Simone ScholtenDates : 7 février – 21 mars 2020Vernissage : jeudi 6 février, 17 h 30

Le 24 janvier 2019 – À compter de février prochain, la Galerie de l’UQAM se consacre à l’observation de l’impact de l’activité humaine sur l’environnement avec These Rooms of Earth and Stones, une exposition mettant en relation le travail des artistes Michel Boulanger et Katja Davar . Mis en œuvre par la commissaire Simone Scholten, ce projet engendre également une rencontre culturelle, où une commissaire et une artiste allemandes ainsi qu’un artiste québécois sont amenés à collaborer.

L’expositionThese Rooms of Earth and Stones s’intéresse aux traces laissées par l’exploitation de la Terre par l’humain. Au cours de l’histoire géologique, le paysage a beaucoup changé en raison des changements climatiques et son apparence géologique horizontale et verticale s’est modifiée en conséquence. Ce processus s’est accéléré durant les 200 dernières années, notamment par le biais de l’industrialisation de zones entières et de l’extraction intensive des ressources naturelles comme le gaz, les minerais, le pétrole, l’eau ou les minéraux.

Katja Davar et Michel Boulanger ont fait de leur intérêt commun pour la transformation du paysage un thème central à leurs échanges. Les deux artistes s’intéressent aux interconnexions croissantes entre la culture humaine, les environnements naturels et la technologie. Cette exposition tente, à travers plusieurs médiums, de démontrer de quelles façons nous sommes en (re)négociation dynamique et constante avec notre environnement. À travers une réflexion visuelle et métaphorique, les œuvres présentées combinent les changements visibles du paysage horizontal à une exploration artistique des couches sédimentaires souterraines verticales dans lesquelles la modification du terrain est le motif central. En juxtaposant le sol et le sous-sol, les artistes s’interrogent sur la présence dans la nature de quelque chose de similaire à un effet miroir qui rendrait visibles les interventions humaines (technologiques) présentes dans le paysage.

Katja Davar combine des contenus ainsi que des motifs formels issus de divers contextes et époques dans des œuvres complexes, poétiques. Ses dessins et animations s’élaborent à partir des contrastes tendus entre des éléments surréels, oniriques ou mythologiques et les aspects plus sobres de dessins et diagrammes scientifiques. Elle fore métaphoriquement dans les couches souterraines des sédiments qui constituent un réservoir inépuisable de savoir historique représentant des images qui contiennent de possibles évolutions futures. En revanche, l’approche artistique de Michel Boulanger est orientée vers une plus large étendue. Il s’intéresse aux paysages agricoles et cultivés qui agissent comme métaphore de l’éternelle compétition entre l’humain et la nature, la technologie et l’environnement. Dans ses œuvres, des dessins semi-figuratifs réalisés à la main cohabitent avec des graphiques vectoriels monumentaux générés par ordinateurs qui servent de base à des animations 3D ou à de volumineux dessins sculpturaux.

Michel Boulanger et Katja Davar agissent en médiateur et en médiatrice entre les traces apparentes et cachées de la civilisation humaine. Leurs pratiques jouent avec l’ambigüité d’un monde à double face, entre le sous-sol et la surface de la Terre.

Les artistesMichel Boulanger, né à Montmagny au Québec, est un artiste multidisciplinaire qui vit et travaille à Montréal. Il détient une maîtrise en arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal (1992) et un baccalauréat en arts plastiques de l’Université du Québec à Chicoutimi (1984). Michel Boulanger a participé à de nombreuses expositions au Canada et à l'étranger, notamment au Royaume-Uni, en France, en Espagne, aux États-Unis et au Mexique. En 2004, son travail a fait l'objet d'une exposition solo au Musée d'art contemporain de Montréal. Ses œuvres font partie de nombreuses collections publiques et privées. Membre fondateur de la Galerie B-312, il est professeur à l’École des arts visuels et médiatiques de l'UQAM où il a mis sur pied le Grupmuv, laboratoire de recherche création en dessin et image en mouvement, avec les professeurs Gisèle Trudel et Thomas Corriveau.michelboulanger.ca

Née à Londres en 1968, Katja Davar a étudié la peinture au Central Saint Martins School of Art à Londres, à la Art Academy à Düsseldorf et à la Academy of Media Arts à Cologne. Le travail de Davar se focalise sur les systèmes et les processus. Le dessin est indéniablement au centre de sa pratique, bien qu’elle explore régulièrement le champ élargi de ce médium. Des trouvailles et des idées technologiques, écologiques, économiques et scientifiques servent souvent de point de départ aux réflexions artistiques de Katja Davar, qui sont ensuite traduites en dessins de grande taille et en animations produites de façon méticuleuse. Depuis 2012, elle occupe un poste de professeure en dessin expérimental à la University of Applied Sciences à Mayence. Elle a amplement exposé en Europe et ses œuvres font partie de plusieurs collections importantes. Ces expositions institutionnelles comprennent : le Kunstverein Heilbronn, le Skulpturenmuseum Glaskasten Marl, l’European Kunsthalle, le Bonner Kunstverein, le Kunsthalle Düsseldorf, le Kunstverein Freiburg et l’Akademie der Künste de Berlin (Allemagne); la Newlyn Art Gallery, le Penzance à Cornwall, The Drawing Room à Londres, le Middlesbrough Institute of Modern Art et la Bluecoat Gallery à Liverpool (Royaume-Uni); le Zendai Museum of Modern Art, Shanghai (Chine).katjadavar.com

La commissaireNée en 1969, Simone Scholten est historienne de l’art, critique d’art et commissaire basée à Essen (Allemange). Parmi d’autres réalisations, elle a travaillé pour le Art and Exhibition Hall of the Federal Republic of Germany à Bonn, les ifa galleries et l’organisation internationale Stitching Germinations Europe, le Museum Kurhaus Kleve, la Municipal Art Gallery à Backnang et le Kunsthalle Gießen. Elle est actuellement commissaire au Kunstmuseum Mülheim/Ruhr. Elle a organisé de nombreuses expositions en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas. Elle a fait partie du programme de recherche Bien fait? Mal fait? Pas fait? Regarding the Artistic Practice au LUCA – School of arts, à Ghent (Belgique). De plus, ses intérêts de recherche portent sur les interactions entre les artistes et les arts graphiques, ainsi que sur l’utilisation de techniques artisanales traditionnelles par les artistes contemporains et les arts graphiques. Hormis son intérêt pour l’art contemporain, elle se spécialise dans l’art des périodes tardives du Moyen Âge et de la Renaissance ainsi que dans l’histoire de la dévotion privée. Elle rédige fréquemment des essais traitant de ces sujets.

Activités publiquesConférence de Michel Boulanger et de Katja DavarDans le cadre du Programme ICI – Intervenants culturels internationauxJeudi, 6 février, 12 h 45 – 13 h 45Lieu à confirmerEn anglais et en français

Le Programme ICI est une initiative de l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM qui réunit des conférencières et des conférenciers provenant de diverses disciplines artistiques et de différents pays. À quelques heures du vernissage de l’exposition These Rooms of Earth and Stones qui crée un dialogue entre le travail de Michel Boulanger et de Katja Davar, ces deux artistes se prononceront sur leur démarche respective.

Lancement de la publication L’attenteJeudi, 6 février, 17 h 30Galerie de l’UQAMEntrée libre25 $, 113 pages, en français et en anglais

Le vernissage de ces deux nouvelles expositions est l’occasion pour la Galerie de l’UQAM de lancer la toute récente publication intitulée L’attente. Cette dernière est produite dans la foulée de l’exposition du même titre, présentée à la Galerie à l’hiver 2019 et qui explorait notre relation avec le temps, notamment le temps du travail, qui occupe une place centrale dans nos vies.

Nuit blanche à MontréalSamedi 29 février 202020 h – minuitGalerie de l’UQAMEntrée libre

Visitez les expositions These Rooms of Earth and Stones et Heidi Barkun. LET’S GET YOU PREGNANT! à la Galerie de l’UQAM, qui sera ouverte jusqu’à minuit. Sur place, des médiatrices et des médiateurs pourront vous présenter les oeuvres exposés et accompagner vos réflexions.

Offre éducative et accessibilitéLes médiatrices et les médiateurs de la Galerie de l’UQAM se feront un plaisir d’accueillir les groupes et les professeures et les professeurs pour des visites commentées de These Rooms of Earth and Stones. Souples et ouvertes à tous les groupes scolaires et communautaires, ces visites peuvent être adaptées aux besoins particuliers et s’inscrire en dialogue avec la matière abordée en classe, le cas échéant. Ces activités sont offertes sans frais, en français ou en anglais, ainsi qu’avec interprétation en Langue des signes québécoise (LSQ) ou en American Sign Language (ASL).

Pour plus d’informations : https://galerie.uqam.ca/offre-educative/

Réservations requises :Philippe DumaineResponsable de la médiation, Galerie de l’UQAMdumaine_allard.philippe@uqam.ca514 987-3000 p. 1424

Partenaires

 

Michel Boulanger tient à remercier le Grupmuv, laboratoire de recherche-création en dessin et image en mouvement, Hexagram UQAM, le Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC) et le Programme d’aide financière à la recherche et à la création (PAFARC) de l’UQAM.

Adresse et heures d'ouvertureGalerie de l'UQAMPavillon Judith-Jasmin, salle J-R1201400, rue Berri, angle Sainte-Catherine Est, MontréalMétro Berri-UQAM

Mardi – samedi, 12 h – 18 hEntrée libre

RenseignementsTél. : 514 987-6150galerie.uqam.ca / Facebook / Twitter / Instagram

VERSION ANGLAISE

-30-

 Source : Julie Meunier, conseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et évènements spéciauxService des communications, UQAMTél. : 514 987-3000, poste 1707meunier.julie@uqam.ca

vendredi 24 janvier 2020
These Rooms of Earth and Stones Galerie de l’UQAM presents the work of Michel Boulanger and Katja Davar on the subject of landscape transformation

FRENCH VERSION

Curator: Simone ScholtenDates: February 7 – March 21, 2020Opening: Thursday, February 6, 5:30 p.m.

January 24, 2020 – As of February, Galerie de l’UQAM will be closely observing the impact of human activity on our environment with These Rooms of Earth and Stones, an exhibition that brings together the work of artists Michel Boulanger (QC) and Katja Davar (DE). Organized by Simone Scholten (DE), the project furthermore serves as a collaborative and cultural exchange between a curator and an artist from Germany and an artist from Québec.

The exhibitionThese Rooms of Earth and Stones focuses on the tracks left by human processing of the Earth. In the course of geological history, the landscape has changed greatly due to climatic shifts and its horizontal and vertical geological appearance has altered accordingly. Over the last 200 years, in particular through the industrialization of entire areas and the intensive mining of natural resources like gas, metal ores, oil, water or minerals this process has been accelerated.

Michel Boulanger and Katja Davar have made their shared interest in landscape transformation a central theme in a long-term discussion. Both artists are engaged with the increasing interconnections of human culture, natural environments and technology and this exhibition seeks through many mediums, to show how we are in a dynamic and permanent (re)negotiation with our environment. In a visual-metaphorical reflection, the presented works combine the visible changes of the horizontal landscape profile with an artistic exploration of the subterranean vertical sedimentary layers, in which the alteration of the terrain is the central motif. Juxtaposing soil and subsoil, the artists investigate the question of whether there is something similar to a mirror effect in nature that makes the human (technological) intervention in the landscape visible.

Katja Davar combines content and formal motifs from diverse contexts and eras into complex, poetic works. Her drawings and animations evolve from the taut contrasts of surreal, dreamlike or mythological elements and more sober aspects of scientific drawings and diagrams. She metaphorically drills into the subterranean layers of sediment, which constitute an inexhaustible reservoir of historical knowledge depicting images that implicate possible future developments. In contrast the artistic approach of Michel Boulanger is directed at an expansive and wide distance. He focuses on agricultural and farmed landscape areas which act as a metaphor for the eternal competition between man and nature, technology and environment. In his œuvre, semi-figurative hand drawings are adjacent to monumental, computer-generated vector graphics which serve as sources for 3D animations or voluminous sculptural drawings.

Katja Davar and Michel Boulanger mediate between the evident and the hidden traces of human civilization. Their work stresses the idea of playing with the ambiguity of a double-sided world, between the subsoil and the surface of the Earth.

The artistsMichel Boulanger, born in Montmagny, Québec, is a multidisciplinary artist that lives and works in Montréal. He holds a master’s degree in Visual Arts from Université du Québec à Montréal (1992) and a bachelor’s degree in Visual Arts from Université du Québec à Chicoutimi (1984). Michel Boulanger has participated in several exhibitions in Canada and in countries overseas, such as the United-Kingdom, France, Spain, the United-States and Mexico. In 2004, his work was featured in a solo exhibition at the Musée d’art contemporain de Montréal. His works furthermore belong to a number of public and private collections. Founding member of Galerie B-312, he is a professor at the École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM where he started Grupmuv, a research-creation laboratory dedicated to drawing and moving images with professors Gisèle Trudel and Thomas Corriveau.michelboulanger.ca

Born in 1968 in London, Katja Davar studied painting at the Central Saint Martins School of Art in London, the Art Academy in Düsseldorf and the Academy of Media Arts in Cologne. Davar's work focuses on systems and processes. Drawing is the undeniable core of her practice although she regularly expands the field of drawing to other dimensions. Technological, ecological, economic and scientific findings or ideas are often the starting point of Katja Davar's artistic reflections and these are translated into large-format drawings and meticulously produced animations. Since 2012 she has held a professorship at the University of Applied Sciences in Mainz for experimental drawing. She has exhibited widely in Europe and her works are held in several major collections. Institutional exhibitions include: Kunstverein Heilbronn, Skulpturenmuseum Glaskasten Marl, European Kunsthalle, Bonner Kunstverein, Kunsthalle Düsseldorf, Kunstverein Freiburg and Akademie der Künste in Berlin (DE); Newlyn Art Gallery, Penzance in Cornwall, The Drawing Room in London, Middlesbrough Institute of Modern Art and Bluecoat Gallery in Liverpool (UK); Zendai Museum of Modern Art, Shanghai (CN).katjadavar.com

The curatorBorn in 1969, Simone Scholten is an art historian, art critic and curator based in Essen (DE). Among other things, she has worked for the Art and Exhibition Hall of the Federal Republic of Germany in Bonn, the ifa galleries and the international organization Stichting Germinations Europe, the Museum Kurhaus Kleve, the Municipal Art Gallery in Backnang and the Kunsthalle Gießen. Currently she is a curator at Kunstmuseum Mülheim/Ruhr. She has organized numerous exhibitions for venues in Germany, Belgium and the Netherlands. She was part of the research program Bien fait? Mal fait? Pas fait? Regarding the Artistic Practice at LUCA – School of arts, in Ghent (BE). Furthermore her research interests focus on the interactions between art and science as well as the use of traditional handicraft techniques by contemporary artists and graphic arts. Besides her interest in contemporary art she specializes in late medieval and renaissance art and the history of private devotion. She frequently writes essays pertaining to said topics.

Public activitiesArtist talks by Michel Boulanger and Katja DavarAs part of Programme ICI – Intervenants culturels internationauxThursday, February 6, 12:45 – 13:45 p.m.Venue to be confirmedIn English and French

 Programme ICI is an initiative of the École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM that brings together guest speakers from different artistic disciplines and countries. A few hours before the opening for These Rooms of Earth and Stones, an exhibition that creates a dialogue between Michel Boulanger and Katja Davar’s work, the artists will each talk about their respective processes.

Book launch: WaitingThursday, February 6, 5:30 p.m.Galerie de l’UQAMFree admission$25, 113 pages, in French and English

During the opening for its two new exhibitions, Galerie de l’UQAM will be launching its most recent publication entitled Waiting. This book follows the exhibition bearing the same name, presented at the gallery in winter 2019, that delved into our relationship with time, in particular time spent working, and the pivotal place it holds in our lives.

Nuit blanche à MontréalSaturday, February 29, 20208 p.m. – midnightGalerie de l’UQAMFree admission

Make the most of Montréal’s Nuit blanche by visiting exhibitions These Rooms of Earth and Stones and Heidi Barkun. LET’S GET YOU PREGNANT! at Galerie de l’UQAM, open until midnight. Mediators will be in the gallery space to present the works on display and to accompany visitors in their thoughts.

Educational programOur mediators look forward to taking you and your group on guided tours of These Rooms of Earth and Stones. The tours are flexible and open to all school and community groups. Their content can be adapted to meet your particular needs and to complement material covered in the classroom. These activities are available free of charge, in French or English, or even with an interpreter in American Sign Language (ASL) or Langue des signes québécoise (LSQ).

For more information: https://galerie.uqam.ca/en/educational-program/

Reservations required:Philippe DumaineCultural Mediation Manager, Galerie de l’UQAMdumaine_allard.philippe@uqam.ca514 987-3000 p. 1424

Support provided by

 

 

Michel Boulanger would like to thank Grupmuv, a research-creation laboratory dedicated to drawing and moving images, Hexagram UQAM, the Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC) and UQAM’s Programme d’aide financière à la recherche et à la création (PAFARC). Address and opening hoursGalerie de l’UQAMJudith-Jasmin Pavilion, Room J-R1201400 Berri, corner of Sainte-Catherine East, MontréalBerri-UQAM Metro

Tuesday – Saturday, 12 – 6 p.m.Free admission

InformationPhone: 514 987-6150galerie.uqam.ca / Facebook / Twitter / Instagram

-30-

 Source : Source: Julie Meunier, Press Relations OfficerPress Relations and Special Events DivisionUQAM Communications ServicePhone: 514 987-3000, ext. 1707meunier.julie@uqam.ca

vendredi 24 janvier 2020
Plus de 1,5 million $ pour la création de la Chaire en macroéconomie et prévisions à l’ESG UQAM

Le 23 janvier 2020  ̶  La recherche en économie a vu apparaître une nouvelle génération de modèles macroéconomiques permettant de comprendre, d’expliquer et de mieux prévoir divers événements comme les grandes récessions, les crises générées par les dettes de plusieurs pays, voire l’impact des changements climatiques sur l’emploi et l’activité économique. Toujours à l’avant-garde, et prenant appui sur ces nouveaux modèles, l’UQAM et son École des sciences de la gestion (ESG UQAM) annoncent la création de la Chaire en macroéconomie et prévisions.

Dirigée par les professeurs Alain Guay et Dalibor Stevanovic, du Département des sciences économiques, cette nouvelle Chaire bénéficie d’un appui financier de plus de 1,5 million $ du ministère des Finances du Québec, d’Hydro-Québec et de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Depuis sa création, il y a 50 ans, l’UQAM a participé à l’essor scientifique et au développement socioéconomique du Québec grâce à des projets et des innovations qui répondent aux enjeux de la société. « La création de la Chaire en macroéconomie et prévisions s’inscrit dans la volonté de l’UQAM de participer à la transformation de la société québécoise et de comprendre en profondeur les enjeux sociétaux sur la scène mondiale. Nos partenaires partagent les mêmes souhaits et je les remercie chaleureusement pour leur appui à la Chaire et à la formation de la relève en sciences économiques. », ─ Magda Fusaro, rectrice de l’UQAM.

« Je tiens à féliciter l’UQAM et tous les partenaires impliqués pour cette initiative. La création de cette chaire s’inscrit dans une volonté du gouvernement de soutenir la recherche et l’innovation qui favoriseront la productivité et la création de richesse, deux moteurs essentiels de l’essor économique du Québec. » ─ Eric Girard, ministre des Finances du Québec et diplômé de l’ESG UQAM en sciences économiques.

« L’ESG UQAM bénéficie depuis plusieurs années déjà d’une grande expertise en macroéconomie grâce à son équipe de chercheurs spécialisés dans les diverses sphères de cette discipline. La mise sur pied de cette chaire avec des partenaires aussi prestigieux allait donc de soi et est une très bonne nouvelle. Pour Hydro-Québec, les prévisions sont vitales et nous souhaitons que ce partenariat contribue à leur amélioration. Cela nous permettra de mieux planifier nos investissements, de prévoir plus précisément nos besoins d’approvisionnements en électricité et de bien anticiper les revenus attendus, et ce, au bénéfice de nos clients et au profit de tous les Québécois. » ─ Frédérik Aucoin, chef – Prévision de la demande, Hydro-Québec et diplômé de l’ESG UQAM en sciences économiques.« Nous sommes heureux d’appuyer la recherche de pointe en sciences économiques et le développement de nouveaux outils dans ce domaine. La Caisse, comme investisseur mondial, est à même de constater toute l’importance de l’intelligence économique et d’affaires dans un monde de plus en plus complexe. Nous suivrons avec intérêt les travaux de la Chaire, notamment ceux liés à l’application de nouveaux outils d’analyse qui pourront bonifier notre compréhension de l’évolution des tendances macroéconomiques. » ─ Martin Coiteux, économiste en chef, Caisse de dépôt et placement du Québec

Formation de la relève et transfert des connaissancesFormer de la relève, transférer les connaissances et tisser des liens entre le milieu académique et les institutions à vocation économique font partie de la mission de la Chaire. « Les activités que nous mènerons, notamment avec les étudiantes et les étudiants, nous permettront de former une relève d’économistes et de combler les besoins de formation en capital humain pour doter les organisations québécoises et canadiennes d’une main-d’œuvre hautement qualifiée en macroéconomie et prévisions, précisent les cotitulaires Alain Guay et Dalibor Stevanovic de l’ESG UQAM. La Chaire agira également comme une référence, une source d’information et un lieu d’échanges privilégiés pour le milieu grâce aux différentes activités de diffusion – conférences, séminaires, portail web – qu’elle tiendra régulièrement. »

RenseignementsMinistère des Finances du QuébecFanny Beaudry-CampeauAttachée de presseCabinet du ministre des Finances du Québec418 576-2786

Hydro-QuébecCendrix BouchardAttaché de presse514 289-5005

Caisse de dépôt et placement du QuébecYann Langlais PlanteConseiller, Communications avec les médias et relations publiques514 847-2882ylanglaisplante@cdpq.com

 -30-

Source Julie MeunierConseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et événements spéciaux514 987-3000, poste 1707meunier.julie@uqam.ca

 

jeudi 23 janvier 2020
Dévoilement d’un important financement pour la recherche à l’ESG UQAM

INVITATIONS AUX MÉDIASLe 20 janvier 2020  ̶  Les représentants des médias sont invités au dévoilement d’un important financement visant à soutenir la recherche en macroéconomie et prévisions à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM (ESG UQAM).

Seront présents :• Ministre des Finances du Québec et diplômé en sciences économiques de l’ESG UQAM, Eric Girard, • Rectrice de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Magda Fusaro, • Doyen de l’ESG UQAM, Komlan Sedzro, • Chef – Prévision de la demande à Hydro-Québec, Frédérik Aucoin,• Économiste en chef de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Martin Coiteux, • Professeurs du Département des sciences économiques, Alain Guay et Dalibor Stevanovic.

Date : le jeudi 23 janvier 2020Heure : 16 hLieu : pavillon Judith-Jasmin, Salle des Boiseries, UQAM (J-2805)405, rue Sainte-Catherine EstMontréalMétro Berri-UQAM

RenseignementsMinistère des Finances du QuébecFanny Beaudry-CampeauAttachée de presseCabinet du ministre des Finances du Québec418 576-2786

Hydro-QuébecCendrix BouchardAttaché de presse514 289-5005

Caisse de dépôt et placement du QuébecYann Langlais PlanteConseiller, Communications avec les médias et relations publiques514 847-2882ylanglaisplante@cdpq.com

 

-30-

Source Julie MeunierConseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et événements spéciaux514 987-3000, poste 1707meunier.julie@uqam.ca

 

 

lundi 20 janvier 2020
UQAM’s Language School offers a new certificate for newcomers to Quebec

FRENCH VERSION

January 17, 2020  ̶  The École de langues of the Université du Québec à Montréal (UQAM) is introducing The Montreal Experience, a new certificate in French and English, in the 2020 winter term. The program is intended primarily for newcomers to Quebec, many of whom have a university degree from their home country, as well as foreign students, and Canadian students from outside Quebec or students enrolled in an exchange program.

The certificate offers six courses that focus on language skills, two cultural competency courses and two compulsory courses involving experiential immersion in Montreal community or cultural organizations. "Our program is the only one in Canada that combines these three characteristics: it is bilingual, it is based on language and culture, and it takes place in authentic language context," noted Martyna Kozlowska the director of the English programs at UQAM, who created the certificate with colleagues Roisin Dewart and Coralie Huckel.To be admitted to the program, candidates must have a good knowledge – intermediate or advanced – of at least one of the two languages. "For example, someone who has a good knowledge of French but who is a beginner in English, could take advanced courses in French and basic courses in English," she explained.Based in MontrealThe two mandatory courses, Montreal Communities through Language and Culture and Montreal through Language and Culture, were created specifically for this program. Offered in French or English, to be selected by the student, these courses are based on an experiential learning approach. "Students will experience what Montrealers experience: authentic interactions that will facilitate their integration into the community," said Kozlowska.The first course will take place in community organizations – for example, an organizations promoting literacy or assisting seniors, while the second course will take place in Montreal's cultural organizations – museums, libraries, or heritage organizations. "Unlike an internship or volunteer experience, the learning activities will be specifically designed to enhance communication and cultural skills," said the programme creator. “At the end of the course, students will return to class to reflect critically on what they have learned."

The eight language and cultural skills courses will focus on oral and written communication.

Significant interestPrior to the creation of the program, the Language School surveyed some 160 potential candidates, most of them recent arrivals. "From the survey we learned that these people are eager to improve their integration into the host community," said Kozlowska. “Nearly 90% of them displayed an interest in enrolling in a program like the one we are offering."

The certificate was created through a grant from the Canada-Québec Agreement on Minority-Language Education and Second-Language Instruction, a program of the Quebec Ministry of Education. It also received support from Montréal International.

Application deadlines for admission to the program are November 1 for the winter term, February 1 for the summer term, and May 1 for the fall semester. This article was first published by Actualités UQAM on September 30, 2019.

Martyna Kozlowska, maître de langues and Director of English Programs at the UQAM Language School, is available for interviews. You can contact her directly by email: kozlowska.martyna@uqam.ca

-30-

SourceJulie Meunier, Press Relations Officer Press Relations and Special Events DivisionUQAM Communications Service514 987-3000, extension 1707meunier.julie@uqam.ca

 

vendredi 17 janvier 2020
Retour en haut de page