http://salledepresse.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Salle de presse


Recherche


presse@uqam.ca



Salle de presse - Résultats
  • All
  • (22)
Pour les gens - Pour la Terre : Foster + Partners : exposition sur des précurseurs de l’architecture écoresponsable au Centre de design de l’UQAM

Dates : du 8 février au 15 avril 2018Commissaire : Börkur Bergmann, directeur du Centre de design

18 janvier 2018 - Le Centre de design de l’UQAM présentera, dès le 8 février 2018, une exposition mettant en lumière le travail de l’une des plus importantes firmes d’architecture à l’échelle internationale : Foster + Partners. L’exposition Pour les gens - Pour la Terre : Foster + Partners - l’une des plus ambitieuses jamais réalisées par le Centre - portera sur les réalisations marquantes de la firme britannique de renom mondial, ainsi que sur ses avancées en développement durable, avant même que l’écoresponsabilité ne soit dans l’air du temps.

Foster + PartnersFondée en 1967 par Lord Norman Foster, qui la dirige encore de nos jours, cette firme œuvre à tous les niveaux du design, de la conceptualisation à la réalisation; de l’architecture au design industriel, en passant par le design urbain. Depuis 50 ans, Foster + Partners démontre une motivation continue à accorder une place centrale à l’humain dans ses projets.

La firme a été, et reste, une pionnière en matière de développement durable et d’écoresponsabilité appliqués au design et à la réalisation de projets. Lord Foster croit fermement que la qualité de l’environnement affecte la qualité de vie des utilisateurs. On peut, avec raison, qualifier la firme d’avoir été « en avance sur son époque », ne serait-ce que par la réalisation d’un toit vert en 1975, ou encore l’achèvement de la toute première tour écoresponsable au monde en 1997.

La recherche et l’innovation ont toujours occupé une place centrale dans l’atteinte de ce standard de développement durable et humain. Il faut d’ailleurs souligner la méthode de travail collectif développée par la firme, qui implique les professionnels de chaque discipline (architecte, ingénieur, etc.) dès le départ des projets.

On doit à Foster + Partners plusieurs réalisations impressionnantes à travers le monde, tels que la construction du Millau Viaduc en France, un pont possédant les plus hauts pylônes du monde, qui est le plus haut pont routier d’Europe et qui a détrôné la tour Eiffel comme plus haute construction de France; ou encore la réalisation de l’Aéroport international de Beijing, en Chine, qui est le plus grand et le plus important aéroport au monde, en plus d’être un exemple en matière d’expérience d’utilisateur, d’écoresponsabilité et d’efficience opérationnelle.

ConférenceThe New International Airport of Mexico CityPar Nigel Dancey, associé principal senior et directeur du studio Date: 8 février 2018Heure : 18 heuresAdresse : local DS-R510, UQAM, 320, rue Sainte-Catherine Est, MontréalEntrée libre

Adresse et heures d'ouvertureCentre de design de l'UQAM1440, rue Sanguinet (angle Sainte-Catherine Est)Montréal (métro Berri-UQAM)Ouvert du mercredi au dimanche, de midi à 18 heuresEntrée libre

RenseignementsTél. : 514 987-3395www.centrededesign.com Page Facebook

-30-

Photos haute résolution et crédits : https://centrededesign.smugmug.com/Saison-2017-2018/Foster-Partners-Pour-les-gens-pour-la-terreFostering-Society/ 

Visite exclusive pour les médiasLes représentants des médias sont invités à une visite prévernissage exclusive de l’exposition, en compagnie de deux membres clés de la firme Foster + Partners, Nigel Dancey, associé principal senior et directeur du studio, et Katy Harris, associée senior et directrice des communications, ainsi que de Börkur Bergmann, commissaire de l’exposition.

Date : mercredi 7 février 2018, à 14 hLieu : Centre de design de l’UQAMDurée : 1 heure

Réservez votre place auprès de la soussignée.

Source : Maude N. Béland, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 1707 beland.maude_n@uqam.ca twitter.com/MaudeNBeland

jeudi 18 janvier 2018
Fostering Society: Foster + Partners: exhibition on responsible architecture pioneers at the UQAM Centre de Design

Dates: February 8 to April 15, 2018 Curator: Börkur Bergmann, Director of the Centre de Design

January 18, 2018 - An exhibition on the work of the internationally renowned integrated design firm Foster + Partners opens at the UQAM Centre de Design on February 8. Fostering Society: Foster + Partners, one of the Centre’s most ambitious exhibitions to date, will focus on the outstanding achievements of the London-based global firm, as well as its advances in sustainable development long before people had started talking about environmental responsibility.

Foster + PartnersFounded in 1967 by Lord Norman Foster, who heads the firm, Foster + Partners works on every aspect of design, from concept to realization and from architecture to industrial and urban design. For the past 50 years, Foster + Partners has consistently demonstrated a commitment to making the human element central to its projects.

Foster + Partners has been a pioneer in sustainable development and environmental responsibility in both the design and the realization of its projects. Lord Foster strongly believes that environmental quality affects the users’ quality of life. The firm was demonstrably ahead of its time, installing a green roof at the Willis Faber and Dumas Headquarters, Ipswich, in 1975, and creating the world's first environmentally friendly high-rise for Commerzbank, Frankfurt in 1997.

Research and innovation have always been paramount to achieving this standard of sustainable and human development. Another feature of the firm is its collective approach to the work, involving professionals from each discipline (architects, engineers, etc.) from the beginning of the design process.

We can credit Foster + Partners with several impressive achievements around the world, including the Millau Viaduct in France, a bridge with the tallest pylons in the world, and the highest road bridge in Europe that is taller than the Eiffel Tower, which for many years was the tallest structure in France; and Terminal 3 of the Beijing Capital International Airport in China, which is the second largest terminal building in the world while being exemplary in terms of user experience, environmental responsibility and operational efficiency.

LectureThe New International Airport of Mexico CityBy Nigel Dancey, Senior Executive Partner and Head of StudioDate: February 8, 2018Time: 6 p.m.Address: room DS-R510, 320, St. Catherine Street East, MontrealFree admission

Address and opening hoursUQAM Centre de Design1440 Sanguinet (corner of St. Catherine East)Montreal (Berri-UQAM metro)Open Wednesday to Sunday, noon to 6 pm.Free admission

InformationPhone: 514-987-3395www.centrededesign.com Facebook Page

-30-

High-resolution photos: https://centrededesign.smugmug.com/Saison-2017-2018/Foster-Partners-Pour-les-gens-pour-la-terreFostering-Society/

Exclusive media visitMembers of the media are invited to an exclusive preview tour of the exhibition with its curator Börkur Bergmann and two key members of Foster + Partners, Nigel Dancey, Senior Executive Partner and Head of Studio, and Katy Harris, Senior Partner and Head of Communications. Time: Wednesday, February 7, 2018 at 2 PMPlace: UQAM Centre de DesignDuration: 1 hour

Please reserve your place with the undersigned.

 

Source: Maude N. Béland, Press Relations OfficerPress Relations and Special Events DivisionUQAM Communications ServicePhone: 514 987-3000, ext. 1707beland.maude_n@uqam.ca twitter.com/MaudeNBeland

 

jeudi 18 janvier 2018
Conférence à l'UQAM - Voix intersexes : s’élever de la honte, du stigma et du mutisme 

Le 17 janvier 2018 – Dans le cadre de l’exposition Témoigner pour Agir, Maria Nengeh Mensah, professeure titulaire à l’École de travail social de l’UQAM, Jamie Wilson Goodyear, co-commissaire, ainsi que COCQ-SIDA, GRIS Montréal et Stella l’amie de Maimie vous invitent à leur conférence de clôture. Il s’agit d’une première à Montréal : Ins A Kromminga, artiste et activiste intersexe, livrera une conférence intitulée « Voix intersexes : s’élever de la honte, du stigma et du mutisme » le 19 janvier 2018, à 19 h, à la salle Marie-Gérin-Lajoie de l’UQAM (métro Berri-UQAM).

Ins A Kromminga vit à Berlin et détient une maîtrise en Beaux-Arts de l’Université Tulane en Nouvelle-Orléans. Acclamées pour leur caractère envoûtant, ses œuvres ont été présentées dans des magazines d’arts visuels et ailleurs. À Montréal, illes présente une œuvre unique : un dessin multimédia installé sur un mur intérieur de la Maison de la culture Frontenac où se tient l’exposition jusqu’au 21 janvier 2018. Cette œuvre ainsi que son travail artistique en général visent à sensibiliser et à susciter une réflexion sociale autour des réalités des personnes intersexes. « Nous luttons toujours contre le silence qui nous est imposé. Le monde médical nous étiquette comme des personnes déréglées ou comme des hommes et des femmes abîmé.e.s », affirme Ins A Kromminga.

Lors de cette conférence, le public découvrira l’émergence d’un mouvement mondial pour les droits fondamentaux des personnes intersexes et l’expression d’une « voix intersexe » qui demande à exister et à être respectée. Par la mise en relation de ses propres œuvres et d’exemples issus du mouvement militant intersexe, Ins A Kromminga décrira comment des personnes ont été historiquement et socialement réduites au silence par la médecine qui considère l’intersexualité comme une pathologie et les personnes intersexes comme des êtres anormaux. « Nous avons été perçu.e.s à travers le regard normatif de la société. Cela peut changer en interrogeant précisément à quoi devrait ressembler un corps sexué. », précise Kromminga, également membre de longue date de OII Allemagne et OII Europe.

La conférence sera donnée en anglais avec traduction simultanée en français et en LSQ. De plus, c’est gratuit !

Date : 19 janvier 2018 de 19h à 20h30Lieu : Salle Marie-Gérin-Lajoie à l’UQAM (J-M400)Pavillon Judith-Jasmin405, rue Sainte-Catherine Est (Métro Berri-UQAM)

Cette initiative est rendue possible grâce au soutien financier du Conseil de recherche en sciences humaines et sociales du Canada (Programme Connexion), du Service aux collectivités de l’UQAM et aussi grâce au Fonds communautaire pour le 150e anniversaire du Canada, qui est une collaboration entre les fondations communautaires du Canada, la Fondation du Grand Montréal, le gouvernement du Canada et des leaders extraordinaires de l’Atlantique au Pacifique à l’Arctique.

-30-

Pour plus d’informations ou pour une entrevue, communiquez avec :Laurie Fournier Adjointe aux communications 514 882 9169communication@culturesdutemoignage.ca

René Légaré Directeur des communications514 704 8634rene.legare@cocqsida.com

Source : Anik Veilleux, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 5184 veilleux.anik@uqam.ca twitter.com/AnikVeilleux

mercredi 17 janvier 2018
ASFC et la CIDDHU se réjouissent de voir les droits des minorités sexuelles reconnus dans les Amériques

Le 17 janvier 2018 - Avocats sans frontières Canada (ASFC) et la Clinique internationale de défense des droits humains de l’Université du Québec à Montréal (CIDDHU) se réjouissent des conclusions contenues dans un avis consultatif rendu public le 9 janvier dernier par la Cour interaméricaine des droits de l’homme (Cour IDH), lesquelles ouvrent la porte à la reconnaissance des droits des personnes transgenres au Costa Rica. Il reconnaît également le droit de faire modifier leurs documents d’identité conformément à leur identité de genre.

« Il est tout à l’honneur du gouvernement costaricain d’avoir sollicité l’avis de la Cour afin de se donner les bons outils pour faire respecter les droits fondamentaux de ces minorités qui sont encore trop souvent victimes de violence, de harcèlement et de discrimination. Nous souhaitons que cet avis permette de stimuler le débat et de concrétiser des avancées législatives significatives pour les personnes LGBTI, non seulement au Costa Rica, mais ailleurs dans les Amériques », souligne Me Pascal Paradis, directeur général d’ASFC.

Réaffirmer le droit à l’identité, c’est réaffirmer le droit d’existerRappelons qu’ASFC et la CIDDHU ont directement contribué à la réflexion de la CourIDH en déposant conjointement, il y a un an, un mémoire (amicus curiae) ayant pour objectif de mettre en lumière la protection offerte par la Convention américaine relative aux droits de l’homme aux membres de la communauté LGBTI.

Les principales recommandations du mémoire soumis à la CourIDH étaient les suivantes :- Que l’État reconnaisse et facilite le changement noms des individus, conformément à l’identité genre de chacun;- Que, conformément à la Convention américaine relative aux droits de l’homme, l’article 54 du Code civil du Costa Rica soit interprété de telle manière que les personnes désirant changer de prénom conformément à leur identité de genre ne soient pas tenues de se soumettre aux procédures juridictionnelles en vigueur au moment du dépôt de la demande d’avis;- Que, conformément à la Convention américaine des Droits de l’Homme, l’État mette à leur disposition une procédure administrative gratuite, rapide et accessible afin qu’elle puisse exercer ce droit humain.

« Cet avis consultatif arrive à un moment important dans les Amériques; il est susceptible d’éclairer les réflexions entourant les différentes manières de résoudre les nombreux obstacles à la mise en œuvre effective des droits des minorités sexuelles. Nous souhaitons vivement que l’État du Costa Rica mette en place rapidement les recommandations de la Cour, notamment quant à la procédure de changement de nom, montrant ainsi l’exemple tout en assurant une protection effective des droits et libertés », ajoute Elise Hansbury, directrice par intérim de la CIDDHU.

ASFC et la CIDDHU suivront donc avec intérêt l'avancement du projet de loi 19.841 visant à reconnaître les droits relatifs à l’identité de genre et l’égalité devant la loi, qui a été ajouté en juin 2017 à l’agenda des travaux de l’Assemblée législative du Costa Rica, mais qui n’a toujours pas fait l’objet d’un débat et sans qu’une date à cet effet n’ait été officialisée.

À proposAvocats sans frontières Canada (ASFC) est une organisation non gouvernementale de coopération internationale dont la mission est de contribuer à la mise en œuvre des droits humains des personnes en situation de vulnérabilité par le renforcement de l’accès à la justice et à la représentation juridique.

La Clinique internationale de défense des droits humains de l’UQAM (CIDDHU), fondée en 2005, est un programme académique axé sur la promotion et la protection des droits humains, tant au niveau international que national. En respectant les standards éthiques, professionnels et académiques les plus élevés, la Clinique appuie les actions de la société civile en lien avec les droits humains en apportant un soutien juridique gratuit aux victimes de violations de droits humains et aux défenseur-e-s des droits humains à travers le monde.

RenseignementÉlise HansburyDirectrice par intérimClinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU)Université du Québec à Montréal (UQAM)hansbury.elise@uqam.ca

-30-

Source : Anik Veilleux, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 5184 veilleux.anik@uqam.ca twitter.com/AnikVeilleux

 

mercredi 17 janvier 2018
Paramètres XVII - Exposition des étudiants de l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM à la Place des Arts

Montréal, le 15 janvier 2018 – Du 19 janvier au 4 février 2018, l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM présente l’exposition annuelle Paramètres XVII à la Salle d'exposition de la Place des Arts. L’événement – dans lequel sont exposées les œuvres d’étudiants sélectionnés par un jury composé d’artistes, de professeurs et de chargés de cours de l’École – est l’occasion idéale de découvrir les pratiques d'artistes émergents. Le vernissage aura lieu le jeudi 18 janvier, de 18 h à 20 h.

Cette exposition souligne la diversité des pratiques et des approches enseignées à l'École, ainsi que l'engagement et l'inventivité des étudiants. L’École des arts visuels et médiatiques privilégie une formation pluridisciplinaire et Paramètres XVII vient témoigner de la richesse de ses programmes à travers la diversité et la qualité des travaux réalisés par ses étudiants. En accueillant l’exposition pour une 4e année consécutive, la Place des Arts est très heureuse de permettre à des créateurs de la relève d’exposer leurs œuvres en ses murs.

L'exposition donne également lieu à la remise de plusieurs bourses et prix qui viennent récompenser l'excellence des propositions artistiques des étudiants. Grâce à leur appui indéfectible aux jeunes artistes, les bourses d'excellence de la Fondation McAbbie et le Prix d'excellence Omer-DeSerres seront remis à l'occasion du vernissage, en présence de Paul Landon, directeur des programmes de 1er cycle en arts visuels et médiatiques.

Étudiants participantsBrisson, MaudeBrousseau, BenoitBrouillard, CarolyneChiasson, Jean-PatrickCôté, JoëlleDam, My-VanDuplessis, Audrey-AnneFransozo, RichelliGagnon-Rouillard, JulienGraveline, SamuelLeclerc-Casavant, MagaliePouliot, AlexPoulin, Marie-AndréeTurcotte, Myriam

DatesDu 19 janvier au 4 février 2018De 12 h à 20 h

LieuLa Salle d’exposition de l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme de la Place des Arts, située dans l’espace menant au Théâtre Maisonneuve et au Complexe Desjardins. Accès intérieur : Métro Place-des-ArtsAccès extérieur : 175, rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal

InformationsBrigitte St-CyrÉcole des arts visuels et médiatiques de l’UQAM514 987-3665st-cyr.brigitte@uqam.ca 

-30-

Source : Maude N. Béland, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 1707 beland.maude_n@uqam.ca twitter.com/MaudeNBeland

 

lundi 15 janvier 2018
La nuit des idées à Montréal - La Galerie de l’UQAM et le Consulat général de France à Québec proposent une première édition québécoise de l’événement international

Date : Jeudi 25 janvier 2018, 19 h – 23 hLieu : Agora du pavillon Judith-Jasmin, UQAM 1400 rue Berri, Montréal Métro Berri-UQAM Entrée libre

Invités :Christiane Taubira, femme politique et ancienne garde des Sceaux, ministre de la Justice françaiseNicole Brossard, poétesse, romancière et essayisteMartine Delvaux, essayiste, romancière et professeure de littérature (UQAM)Alain Fleischer, cinéaste, artiste, auteur et directeur du Fresnoy – Studio national des artsSophie Malavoy, directrice du Cœur des sciences (UQAM) et journaliste scientifique Normand Mousseau, auteur, directeur académique de l’Institut de l’énergie Trottier et professeur de physique (Université de Montréal)Anne-Marie Ninacs, chercheure, commissaire et professeure d’arts visuels et médiatiques (UQAM)Fabienne Pilon, jeune intellectuelle de 16 ansCathy Wong, présidente du conseil de la Ville de Montréal et conseillère de la Ville, arrondissement Ville-Marie

Le 11 janvier 2018 – La Galerie de l’UQAM et le Consulat général de France à Québec présentent, le 25 janvier prochain, une première édition de La nuit des idées en sol québécois. Sous la thématique L’imagination au pouvoir, l’événement rassemblera une dizaine de personnalités issues de multiples disciplines tels les arts, les sciences et la politique, pour une soirée de réflexions et de débats. Initiée par l’Institut français, La nuit des idées a lieu une fois par an, à la même date sur les cinq continents, ralliant ainsi des milliers de personnes pour une nuit de débats internationale, interdisciplinaire et intergénérationnelle autour d’une thématique commune.

La première édition montréalaise de ce grand rassemblement citoyen est mise en œuvre par Louise Déry, directrice de la Galerie de l’UQAM. Elle se déploiera à l’Agora du pavillon Judith-Jasmin de l’Université du Québec à Montréal, un lieu central dans le campus universitaire que l’événement viendra occuper le temps d’une soirée riche d’idées et d’échanges. Ce sera aussi l’occasion de revisiter les principes de solidarité, de créativité, d’engagement, de liberté et d’innovation qui guident l’UQAM dans sa vocation universitaire.

L’édition 2018 : thématique et programme Chaque année, La nuit des idées propose aux lieux participants d’imaginer leur programmation autour d’un même thème choisi pour résonner dans de nombreux domaines et s’offrir aux déclinaisons les plus variées. L’édition 2018 de La nuit des idées s’articulera autour du thème L’imagination au pouvoir, une formule dont les manifestants de 1968 couvraient les murs de Paris. Un demi-siècle plus tard, quelles formes prend l’aspiration à l’utopie? Quel sens peut-on donner à cet appel à la créativité? Du poétique au politique, du scientifique à l’artistique, du littéraire au visuel, comment sonder et relancer le pouvoir de l’imagination?

Afin d’explorer les multiples avenues soulevées par ce thème, la Galerie de l’UQAM et le Consulat général de France à Québec ont invité une dizaine de personnalités inspirantes, audacieuses et engagées. Animée par Marie-Andrée Lamontagne, la soirée sera organisée autour de discussions en tandem amenant les invités à échanger devant le public sur des sujets qui les concernent particulièrement. Le public aura la chance exceptionnelle d’entendre :

Christiane Taubira, grande femme politique française, s’entretiendra avec Cathy Wong, présidente du conseil de la Ville de Montréal, au sujet de l’accès des femmes aux sphères du pouvoir et des transformations qui en découlent; Nicole Brossard et Martine Delvaux, auteures québécoises bien connues pour leurs postures féministes affirmées, questionneront les ramifications du pouvoir jusque dans la langue; Anne-Marie Ninacs, commissaire et professeure à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM, discutera d’enseignement de l’art avec Alain Fleischer, professeur et directeur du Fresnoy – Studio national des arts (Tourcoing, France). Forts de leurs expériences auprès des artistes en formation, ils envisageront les élans créatifs des générations futures qui, dans quelques années, seront amenées à repenser le monde (de l’art); Côté sciences, la journaliste Sophie Malavoy et le chercheur Normand Mousseau réfléchiront aux grands défis qui attendent la planète dans les prochaines années, et à la créativité nécessaire pour les relever;  Fabienne Pilon, jeune intellectuelle de 16 ans à la curiosité sans bornes, prendra la parole pour sa génération, qui ne cesse de repenser le vivre ensemble.

À propos de La nuit des idées Cherchant à célébrer la circulation des idées entre les pays, les cultures, les disciplines et les générations, La nuit des idées est une invitation à découvrir l’actualité des savoirs, à écouter celles et ceux qui font avancer les idées dans tous les domaines et à échanger sur les grands enjeux de notre temps. Parce que la pensée traverse les frontières, toutes les formes sont bienvenues (débats, conférences, ateliers, performances, projections, etc.), et les lieux les plus prestigieux comme les plus inattendus sont conviés à se joindre à la fête en proposant leur interprétation originale du thème officiel. Au fil des fuseaux horaires, les échos de La nuit des idées se répercutent via les réseaux sociaux, en faisant un événement global.

L’an dernier, La nuit des idées réunissait le même soir, pour la première fois, de Tokyo à Los Angeles, centres culturels, bibliothèques, universités et grandes écoles, musées et centres d’art, cinémas, hôpitaux, lieux associatifs, autour d’un même thème : Un monde commun. Cette édition inaugurale a réuni 51 pays sur les 5 continents, 80 villes dans le monde, plus d’une centaine d’événements, 180 000 participants et 7 millions d’internautes.lanuitdesidees.com / Twitter / Facebook

PartenairesLa nuit des idées à Montréal est une présentation de la Galerie de l’UQAM et du Consulat général de France à Québec. Elle a bénéficié du soutien du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC), ainsi que de diverses instances de l’UQAM : Rectorat, Vice-rectorat à la Recherche et à la création et Faculté des arts.

 

Adresse et heures d’ouverture de la Galerie de l’UQAMPavillon Judith-Jasmin, salle J-R1201400, rue Berri, angle Sainte-Catherine Est, MontréalMétro Berri-UQAM

Mardi au samedi, de midi à 18 hEntrée libre

RenseignementsTél. : 514 987-6150www.galerie.uqam.ca / Facebook / Twitter / Instagram

- 30 -

Source UQAM : Maude N. Béland, conseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et événements spéciauxService des communicationsTél. : 514 987-3000, poste 1707beland.maude_n@uqam.catwitter.com/MaudeNBeland

Source Consulat général de France à Québec : Nabiha El Hafi, attachée de presseTél. : 514 826 5545nabiha.el-hafi@diplomatie.gouv.fr twitter.com/FranceQCfacebook.com/consulat.france.quebec

jeudi 11 janvier 2018
Invitation aux médias - Lancement de la plus importante campagne de financement de l’histoire de l’UQAM

Montréal, le 11 janvier 2018 - Les membres des médias sont invités à assister au dévoilement de la nouvelle campagne majeure de financement de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) le mercredi 17 janvier 2018, dès 17 heures. Cette campagne, la plus importante de l’histoire de l’UQAM, sera dévoilée en présence de la rectrice de l’UQAM, Magda Fusaro, du président du conseil d’administration de la Fondation de l’UQAM, Jean-Marc Eustache, des coprésidents de la campagne, dont l’identité sera annoncée le soir même, ainsi que de plusieurs membres de la communauté universitaire, du milieu des affaires et de diplômés.

Date : mercredi 17 janvier 2018Heure : dès 17 heuresLieu : Cœur des sciences de l’UQAM (175, avenue du Président-Kennedy, Montréal, Métro Place-des-Arts)

Les représentants des médias qui souhaitent assister au dévoilement peuvent réserver leur place auprès de la soussignée.

-30-

Source : Maude N. Béland, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 1707 beland.maude_n@uqam.ca twitter.com/MaudeNBeland

jeudi 11 janvier 2018
Création de quatre nouvelles chaires stratégiques de recherche UQAM

Le 10 janvier 2018 – Le Conseil d'administration de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) a approuvé la création, le 19 décembre dernier, de quatre nouvelles chaires stratégiques pour un mandat de trois ans. Leurs programmes de recherche portent sur la gouvernance des musées, l'islam contemporain en Afrique, l'égalité des genres à l'école et le potentiel cognitif des personnes autistes. Elles s'ajoutent aux 15 autres chaires stratégiques mises en place depuis 2014.

Lancé à l'automne 2013, le programme des chaires stratégiques de recherche vise à soutenir le développement de la recherche et de la création à l'UQAM, en particulier dans des domaines émergents, intersectoriels ou novateurs. Les chaires sont attribuées à un seul titulaire par voie de concours selon les critères suivants: le potentiel d'innovation des travaux proposés et de collaborations internes et externes, les retombées scientifiques, sociales et culturelles, ainsi que l'intégration et l'encadrement des étudiants.

Gouvernance des muséesEn 2015, les États membres de l’UNESCO ont adopté la « Recommandation sur la protection et la promotion des musées et des collections » afin de préserver la diversité culturelle, un enjeu majeur au 21e siècle. Au Canada comme sur la scène internationale, la fréquentation des musées constitue une pratique culturelle en constante progression. Cependant, les divers paliers de gouvernement réduisent leur soutien financier aux musées tout en exigeant qu'ils assument de nouvelles responsabilités, contribuant ainsi à remettre en question leur survie ainsi que la pérennité des collections publiques. La Chaire de recherche Musées, gouvernance et droit culturel, dont le titulaire est le professeur Yves Bergeron, du Département d'histoire de l'art, adoptera une approche écosystémique du monde muséal en convoquant autour du concept de gouvernance trois disciplines complémentaires: la muséologie, la gestion et le droit. L’UQAM deviendra ainsi la seule université à adopter une telle posture pour l’étude et la formation en muséologie. La chaire vise aussi à tisser des liens durables avec le monde muséal, ici et à l'étranger, et à développer des outils de gestion adaptés pour le milieu professionnel. Ces outils seront évalués afin de mesurer leurs impacts sur la gouvernance des musées et sur le développement durable de la culture.

Islam contemporainLa professeure Marie-Nathalie LeBlanc, du Département de sociologie, est la titulaire de la Chaire Islam contemporain en Afrique de l'Ouest: dynamiques de mobilisation collective. Le fait d’aborder la question de l’islam contemporain du point de vue des sociétés africaines permettra d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche sur l’islam comme terrain de revendication. L’originalité de la Chaire réside dans sa position à rebours des études récentes sur la radicalisation. Celles-ci tendent à négliger la pertinence sociale de pratiques liées aux traditions soufies ainsi que l’interpénétration des différentes façons de se revendiquer musulman/es. Elles sous-estiment également la pluralité des itinéraires religieux, omniprésents en Afrique de l’Ouest et divergents de ceux associés à la tendance salafiste et à l’islamisme politique en Afrique du nord et au Moyen-Orient. La Chaire analysera les formes contemporaines des sociabilités islamiques en tenant compte des dynamiques locales et globales qui marquent les transformations de la façon d’être et de se revendiquer musulman/e (voir l'article Capteurs de djinns). Elle vise à comprendre ces revendications identitaires en développant une approche – méthodologique et théorique – permettant de penser le rôle des dynamiques contemporaines de l’islam dans la constitution des nouvelles formes de mobilisation collective qui caractérisent les sociétés ouest-africaines et qui sont associées au « printemps africain ».

Égalité des genresDepuis quelques années, des mesures éducatives ont été mises en place afin de favoriser l’égalité entre tous les élèves, peu importe leur genre. L'absence de données récentes et solides limite toutefois notre compréhension du rôle des inégalités dans la réussite scolaire et dans les orientations professionnelles des garçons et des filles. La Chaire de recherche sur l’égalité des genres à l’école, dont la titulaire est la professeure Isabelle Plante, du Département d'éducation et formation spécialisées, développera une approche pluridisciplinaire pour considérer les facteurs sociaux et neuro-développementaux dans le développement des inégalités entre les filles et les garçons, au primaire et au secondaire. Son programme de recherche examinera le rôle des stéréotypes (facteur social) et des profils comportementaux (facteur neuro-développemental) dans les inégalités de genre, au détriment tantôt des filles, tantôt des garçons. Un premier projet de recherche mesurera les stéréotypes conscients des élèves du primaire et du secondaire alors qu'un second projet examinera les effets sur la réussite scolaire, notamment en sciences et en français, des stéréotypes conscients et inconscients des parents et enseignants. Le troisième projet analysera les relations réciproques entre les profils comportementaux des élèves, les pratiques et stéréotypes des enseignants et la réussite scolaire des garçons et des filles.

Potentiel des personnes autistesComment intégrer dans le réseau scolaire québécois les quelque 13 000 enfants ayant un trouble du spectre de l'autisme (TSA), tout en développant leur plein potentiel? Alors que les modes d’intervention se concentrent habituellement sur leurs faiblesses et les manques à pallier, la Chaire de recherche sur l'optimisation du potentiel cognitif des personnes autistes, dont la titulaire est la professeure du Département de psychologie Isabelle Soulières, mise plutôt sur les forces des enfants TSA. La chaire s’appuiera sur l’expertise interdisciplinaire de chercheurs reconnus afin de développer des connaissances sur les mécanismes neuropsychologiques et cérébraux sous-tendant le développement des enfants TSA et de transférer celles-ci vers les milieux de pratique. Plusieurs objectifs seront poursuivis: documenter l’émergence des profils cognitifs caractéristiques et les trajectoires développementales chez les personnes autistes; étudier les mécanismes cérébraux sous-jacents au raisonnement pour en comprendre les spécificités; caractériser les particularités des mécanismes d’apprentissage en contexte scolaire et/ou d’intervention; identifier les conceptions des personnes autistes elles-mêmes et des intervenants relativement à leurs modes d’apprentissage, à leurs forces et à leurs besoins; mettre en place et évaluer des situations d’apprentissage dans des classes et des centres de réadaptation, basées sur les forces et les particularités des personnes autistes.

* Cet article a été publié le 9 janvier 2018 dans le journal Web Actualités UQAM, sous le titre Quatre nouvelles chaires stratégiques.

-30-

Source : Rose-Aline LeBlanc, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 2248 leblanc.rose-aline@uqam.ca twitter.com/RoseAlineLeBlan

mercredi 10 janvier 2018
Maladies génétiques rares - Découvertes majeures d’une équipe de l’UQAM sur le syndrome CHARGE

Le 10 janvier 2018 – L'équipe de Nicolas Pilon, professeur au Département des sciences biologiques et titulaire de la Chaire de recherche UQAM sur les maladies génétiques rares, vient de faire des découvertes qui favoriseront le diagnostic précoce du syndrome CHARGE, un ensemble de graves anomalies congénitales qui touche environ 1 nouveau-né sur 10 000. Ces découvertes, qui permettent d'envisager pour la première fois une thérapie, ont principalement été réalisées par la doctorante en biochimie Catherine Bélanger et le postdoctorant Félix-Antoine Bérubé-Simard. Elles font l'objet d'un article paru cette semaine dans la prestigieuse revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences.

Traditionnellement diagnostiqué en présence des anomalies qui lui ont donné son nom (en anglais : Coloboma of the eye, Heart problems, Atresia of the choanae, Retarded growth and development, Genital anomalies, et Ear abnormalities), le syndrome CHARGE se caractérise par des problèmes de cécité, des malformations cardiaques, un retard de croissance et/ou mental, des anomalies génitales et au niveau des oreilles. Il est désormais considéré comme étant sous-diagnostiqué. «Le diagnostic ne dépend pas de la présence de toutes les caractéristiques et la présence d'autres défauts comme des difficultés de déglutition ou des malformations cranio-faciales est aussi considérée comme un indice, ce qui complique le dépistage», souligne Nicolas Pilon.

La survie – 30 % des enfants atteints décèdent avant l'âge de 5 ans – et la qualité de vie des patients CHARGE sont tributaires d'un diagnostic précoce, qui permet d'éviter que certaines anomalies demeurent non traitées. «Un diagnostic émis rapidement réduit le niveau de stress des parents d'enfants CHARGE, qui peuvent autrement passer plusieurs mois, voire même des années, avant de savoir de quoi leur enfant est atteint, note le chercheur. Malheureusement, le diagnostic est souvent difficile à établir, non seulement à cause du grand nombre d'anomalies devant être considérées, mais aussi parce que les gènes associés à cette condition ne sont pas tous connus.»

Comme pour beaucoup de maladies rares, il n'y a présentement aucune possibilité de guérison pour le syndrome CHARGE. Les options thérapeutiques disponibles sont, en effet, restreintes au traitement des anomalies les plus sévères afin de favoriser la survie de l'enfant atteint. Ceci inclut plusieurs opérations correctrices, notamment au niveau du cœur et du tractus gastro-intestinal. Les enfants qui survivent devront ensuite consulter une panoplie de spécialistes pour leur permettre de composer avec de nombreux handicaps comme la surdité, la cécité et la déficience intellectuelle. Les enfants atteints feront ainsi l'objet d'un suivi médical pratiquement constant pour le reste de leur vie.

Avant l'étude réalisée par l'équipe du professeur Pilon, la seule cause génétique répertoriée du syndrome CHARGE était la mutation du gène CHD7, qui serait à l'origine d'un peu plus de la moitié des cas. «Grâce à nos travaux, on sait maintenant qu'une mutation du gène FAM172A peut aussi causer le syndrome CHARGE», annonce Nicolas Pilon. D'abord identifié à l'aide d'un criblage génétique chez la souris, le nouveau gène responsable a ensuite été détecté par l'analyse d'ADN chez des patients CHARGE sans mutation de CHD7, validant ainsi la découverte.

La caractérisation de modèles de souris et de cellules de patients CHARGE a révélé un mécanisme moléculaire auparavant insoupçonné, qui serait impliqué dans la pathologie, et ce peu importe la mutation en cause (CHD7, FAM172A ou inconnue). Ce mécanisme, appelé épissage alternatif, permet de contrôler quelle partie des gènes est utilisée pour générer des protéines, explique Nicolas Pilon. Cette découverte majeure a permis à son équipe de tester à des fins thérapeutiques une molécule, appelée rapamycin, connue pour affecter l'épissage alternatif. «Nos analyses montrent de manière remarquable que celle-ci peut corriger les problèmes d'épissage alternatif dans les cellules de patients CHARGE et même empêcher partiellement l'apparition de malformations oculaires dans les modèles de souris. Nous croyons que cette découverte aura un grand impact dans le domaine des maladies rares», conclut le chercheur.

Le professeur et spécialiste des maladies rares, Nicolas Pilon est disponible pour des entrevues.

Cet article a été publié dans le journal Web Actualités UQAM, le 9 janvier 2018 sous le titre Syndrome CHARGE: découvertes majeures.

-30-

Source : Rose-Aline LeBlanc, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 2248 leblanc.rose-aline@uqam.ca twitter.com/RoseAlineLeBlan

 

mercredi 10 janvier 2018
Retour en haut de page