http://salledepresse.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Salle de presse


Recherche


presse@uqam.ca



Salle de presse - Résultats
  • All
  • (230)
La Fondation Luc-d’Iberville-Moreau permet la création d’une bourse de 60 000 $ en arts décoratifs et en design à l’UQAM

Le 18 octobre 2017 – La relève de l’UQAM en arts décoratifs et en design peut désormais compter sur l’appui de la Fondation Luc-d’Iberville-Moreau, qui vient de rendre possible la création de l’une des plus importantes bourses doctorales dans le domaine. Un don majeur, réalisé à la mémoire de Luc d’Iberville Moreau (1935-2016), permettra de remettre 60 000 $, sur deux ans, à un étudiant envisageant des études doctorales dans le domaine de l’histoire des arts décoratifs, du design, de l'architecture ou du paysage. Les étudiants ont jusqu’au 15 novembre pour soumettre leur candidature à l’édition 2017.

Appel de candidatures

Bourse Luc-d’Iberville-MoreauLa bourse honore la mémoire de Luc d’Iberville Moreau (1935-2016), figure marquante des arts décoratifs au Canada. M. d’Iberville Moreau fut directeur et conservateur en chef du Musée des arts décoratifs de Montréal, conservateur au Musée des beaux-arts de Montréal et professeur à l’UQAM.

« Décernée par la Fondation Luc-d’Iberville-Moreau, cette prestigieuse bourse doctorale dans le soutien aux arts décoratifs et en design encouragera le recrutement des chercheurs les plus prometteurs. Elle favorisera une remarquable collaboration dans le cadre d’études avec d’autres Facultés en arts, à l’étranger », souligne Me Pierre Bélanger, directeur général de la Fondation de l’UQAM.

« La bourse créée grâce au don de la Fondation Luc-d’Iberville-Moreau sera l’une des plus prestigieuses offertes à l’UQAM grâce à un financement philanthropique privé. Elle contribuera à créer un pôle d’expertise de premier plan dans le domaine des arts décoratifs et du design », ajoute le professeur Jean-Christian Pleau, doyen de la Faculté des arts.

-30-

Crédit photo : Photo tirée des archives de Luc d’Iberville Moreau

Source : Maude N. Béland, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 1707 beland.maude_n@uqam.ca twitter.com/MaudeNBeland

mercredi 18 octobre 2017
Sous l’égide de l’UQAM : un congrès sur le thème des rencontres et échanges qui ont façonné l’histoire de l’Amérique française

Le 16 octobre 2017 – Le 70e congrès de l’Institut d’histoire de l’Amérique française aura lieu les 19, 20 et 21 octobre prochain sous l’égide de l’UQAM. Sur le thème Rencontres et échanges en Amérique française, cet événement vise à rappeler que l’histoire de l’Amérique française en est une du mouvement : celui des gens, des idées, des savoirs, des croyances, de l’information, celui aussi des biens, des marchandises, des procédés de production, etc. Les médias sont invités.

Des sujets diversifiés et des personnalités inspirantesPrès de 100 communications seront présentées lors des ateliers, tables rondes et séances plénières qui se dérouleront pendant le congrès. Parmi les sujets qui seront abordés, mentionnons les questions autochtones, le visage de la pauvreté au tournant du 20e siècle, le vélo (entre la pratique et la politique), les migrations postcoloniales au Québec, la jeunesse étudiante et la francophonie canadienne, l’appropriation des ressources naturelles (résistances et paroles citoyennes) et la culture bourgeoise vs la culture populaire dans la première moitié du 20e siècle. Notons également que l’activité d’ouverture du Congrès, qui se tiendra à la Grande Bibliothèque et qui est ouverte au grand public, sera consacrée à l’œuvre de Paul André-Linteau, considéré comme l'un des plus importants historiens du Québec contemporain.

Outre le professeur Linteau, plusieurs personnalités participeront à ce congrès, notamment, quatre historiens bien connus du public, Éric Bédard, Patrick Boucheron, Ivan Jablonka et Laurent Turcot se réuniront à l’occasion d’une séance plénière présidée par Lise Bissonnette sur le thème Les Défis de l’historien dans l’espace public. De plus, le lieutenant-gouverneur du Québec, l’honorable J. Michel Doyon, présidera la séance ayant pour thème Montréal, capitale politique au milieu du XIXe siècle.

Mentionnons enfin que le choix du thème Rencontres et échanges en Amérique française n’est pas étranger au fait que Montréal fête cette année ses 375 ans de fondation. Ce thème est caractéristique de l’histoire montréalaise, une histoire marquée d’une somme incalculable de relations d’échange, aux accents et aux sources multiples, mais résolument au cœur de l’identité de l’Amérique française.

L’Institut d’histoire de l’Amérique françaiseL’Institut d’histoire de l’Amérique française est la principale association des historiennes et des historiens professionnels du Québec et des spécialistes de l’Amérique française. Fondé en 1946 par Lionel Groulx, l’Institut regroupe professeurs, professionnels et amateurs d’histoire provenant de toutes les régions du Canada et de l’étranger.

Outre qu’il publie une revue trimestrielle, la Revue d’histoire de l’Amérique française, et qu’il organise chaque année un congrès scientifique pour ses membres, l’Institut défend la place de l’histoire ainsi que celle des sciences humaines et sociales. Il intervient également dans les grands dossiers d’actualité en matière d’enseignement, de recherche, de patrimoine et d’archives.

Date : 19 au 21 octobre 2017Lieu : Hôtel Gouverneur Montréal (Place Dupuis), 1415, rue Saint-Hubert Inscription obligatoireProgrammation

Demandes d’entrevues et accréditations des médias:Jean-François Cantin, coordonnateurInstitut d'histoire de l'Amérique française Tél. : 514-256-0036ihaf@ihaf.qc.ca  

-30-

Source: Claire Bouchard, conseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et événements spéciauxService des communications, UQAMTél. : 514 987-3000, poste 3268bouchard.claire@uqam.ca 

lundi 16 octobre 2017
Invitation au lancement du programme Empreinte - Agir ensemble contre les agressions à caractère sexuel

Montréal, le 13 octobre 2017 – L’équipe d’Empreinte – Agir ensemble contre les agressions à caractère sexuel vous convie au lancement d’un nouveau programme de prévention offert par les Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) dans les écoles secondaires du Québec.

Date : Mardi 17 octobre 2017Heure : 17h à 19 hLieu : Centre Pierre-Péladeau de l’UQAM – Salon Orange          300, boulevard De Maisonneuve Est          Montréal

À cette occasion, l’équipe dévoilera, en exclusivité, six capsules vidéo de prévention des agressions à caractère sexuel. Suite au lancement, les vidéos ne seront accessibles qu’aux parents d’adolescents.es qui auront participé à la série de six ateliers du programme de prévention, en raison du processus d’évaluation actuellement en cours. Le lancement d’Empreinte – Agir ensemble contre les agressions à caractère sexuel représente donc la seule opportunité de visionner les capsules vidéo du tout nouveau programme de prévention.

Le programme Empreinte – Agir ensemble contre les agressions à caractère sexuel a été développé conjointement par les membres du Regroupement québécois des CALACS et les professeures Manon Bergeron et Martine Hébert, du Département de sexologie de l’UQAM qui ont également réalisé le projet « Enquête Sexualité, Sécurité et Interactions en Milieu Universitaire » (ESSIMU). Mentionnons enfin que ce programme est soutenu par le Service aux collectivités de l’UQAM.

Pour information :Stéphanie Tremblay, agente de communication RQCALACSCell. médias : 514-346-5252 | RQCALACS : 514-529-5252Site web | Facebook | Twitterstephanie.tremblay@rqcalacs.qc.ca 

-30-

Source: Claire Bouchard, conseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et événements spéciauxService des communications, UQAMTél. : 514 987-3000, poste 3268bouchard.claire@uqam.ca 

vendredi 13 octobre 2017
«Contrariétés et contrepoints» La Galerie de l’UQAM accueille une exposition d’œuvres récentes de la peintre montréalaise Melanie Authier

Commissaire : Robert EnrightDates : 24 octobre – 9 décembre 2017Vernissage : lundi 23 octobre, 17 h 30, en présence de l’artiste et du commissaire

Le 12 octobre 2017 – La Galerie de l’UQAM plonge dans l’énergie vive de la peinture avec l’exposition solo Melanie Authier. Contrariétés et contrepoints. Sous la houlette du commissaire et critique d’art Robert Enright, l’exposition rassemble des œuvres récentes de celle que le public de la Galerie de l’UQAM a pu découvrir dans l’exposition phare Le Projet Peinture (2013). Avec Contrariétés et contrepoints, l’artiste présente une peinture à la fois énergique et délicate, qui revisite les héritages contradictoires de la pratique picturale.

L’exposition est organisée et mise en circulation par la Thames Art Gallery (Chatham, Ontario).

L’expositionLes riches espaces peints par Melanie Authier, artiste établie à Ottawa, nous rappellent qu’une myriade de questions restent à résoudre au sujet de l’art après le modernisme. Pour Authier, les tableaux ne sont pas de simples objets esthétiques sans lien les uns avec les autres. Ils s’inscrivent dans un vaste réseau relationnel.

Alors que son univers pictural évoque le langage de l’abstraction moderniste, on y décèle aussi une esthétique associée à la manière baroque, en raison de l’empathie qui affleure dans sa technique. Cette exposition d’œuvres récentes sur toile et sur papier fait voir des approches contrastées de la peinture contemporaine, en un amalgame de styles qui génère un entre-deux à la fois intelligible et insaisissable. Chaque œuvre est pour Authier l’occasion de créer un problème de manière à « y apporter une réponse inattendue ».

« Je crois que mon travail renvoie à la marque lancinante laissée par l’histoire de la peinture, à l’histoire de l’Art avec un grand A et il se débat parfois contre elle. J’essaie de faire en sorte que mes œuvres se taillent une place au sein des discours actuels et qu’elles soient toujours axées sur le potentiel de la peinture. Ainsi, la question qui me préoccupe est : “Où aller à partir d’ici ?” »- Melanie Authier, 2015

Les lectures genrées de la pratique picturale, par exemple, constituent l’un des discours complexes qu’Authier est profondément consciente de devoir négocier. En jouant avec des courants stylistiques opposés ― abstraction gestuelle et hard edge ― et en les subvertissant aussi habilement qu’elle applique l’acrylique, l’aquarelle ou l’encre, l’artiste s’attaque avec panache aux défis que posent les histoires véhiculées sur la pratique picturale.

L’artisteMelanie Authier est née en 1980 à Montréal. Elle détient un baccalauréat de l’Université Concordia à Montréal (2002) et une maîtrise de l’Université de Guelph (2006). Authier a exposé ses œuvres à travers tout le pays, notamment dans le cadre de l’exposition Les bâtisseurs. La biennale canadienne 2012, tenue au Musée des beaux-arts du Canada. Elle a présenté plusieurs expositions individuelles, dont Grisailles au Rodman Hall Art Centre de l’Université Brock (St-Catharines, 2013-2014), Vault/Shield/Buttress/Basin à la Anna Leonowens Gallery (Halifax, 2013) et Jostling Pictorial Oppositions chez Georgia Scherman Projects (Toronto, 2013). Elle a également participé à plusieurs expositions collectives, notamment The Tremendous Elusive: Emily Carr and the Canadian Imaginary à la Canada Gallery, Canada House (Londres, Royaume-Uni, 2016), Young Canadian Painters à Idea Exchange (Cambridge, 2014), Le Projet Peinture. Un instantané de la peinture au Canada à la Galerie de l’UQAM (Montréal, 2013) et Four Ottawa Painters à la Carleton University Art Gallery (Ottawa, 2010-2011). L’artiste a reçu de nombreuses bourses et distinctions, dont une mention honorable au Concours de peintures canadiennes de RBC en 2007. On retrouve ses œuvres dans plusieurs collections nationales et internationales, notamment celle du Musée des beaux-arts du Canada, de Canada House et d’Affaires mondiales Canada. Elle est représentée par Georgia Scherman Projects à Toronto. Elle vit présentement à Val-des-Monts (Québec). melanieauthier.com

Le commissaireRobert Enright est un auteur, conférencier et commissaire maintes fois primé. Depuis 2004, il est professeur titulaire en critique et théorie de l’art au programme d’études supérieures de l’École des beaux-arts et de musique de l’Université de Guelph. Il possède plus de 35 ans d’expérience à titre de journaliste culturel dans la presse écrite ainsi qu’à la radio et à la télévision, et collabore depuis le même nombre d’années à la revue Border Crossings, dans laquelle il a publié plus de 200 entretiens avec des artistes canadiens, américains et européens. En 2005, il a été fait membre de l’Ordre du Canada et, en 2012, il a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II. En 2016, il a obtenu un doctorat honorifique de l’Université de Winnipeg.

Activités publiques

Visites commentées de l’exposition pour les groupesOffertes sans frais, en tout temps.Réservations requises auprès de Philippe Dumaine514 987-3000, poste 3280, ou dumaine_allard.philippe@uqam.ca Visite commentée de l’exposition en compagnie de l’artiste et de l’historienne de l’art Julie BélisleDans le cadre de la série L’art observeMercredi 15 novembre 201717 h 30Entrée libreJoignez-vous à l'artiste Melanie Authier et à l'historienne de l'art Julie Bélisle pour une visite de Contrariétés et contrepoints. Cette visite informelle vous permettra de mieux saisir l'ampleur de la pratique picturale de l'artiste. Authier et Bélisle pourront aussi s'appuyer sur leur relation continue, puisque Julie Bélisle était commissaire du Projet Peinture (2013), l’importante exposition de la Galerie de l’UQAM sur la peinture canadienne actuelle, dont la sélection incluait le travail de Melanie Authier. La peinture déplacéeDans le cadre de la série L’œil écouteSamedi 25 novembre 201716 hGalerie de l’UQAMEn françaisEntrée libreTextes : Nicole Brossard, Paul-Émile Borduas, Anne Hébert, Agnes Martin, Monique Régimbald-ZeiberLectrices : Christiane Pasquier, Marie EykelAnimation : Marie-Andrée LamontagneCommissariat des textes : Louise DéryL’automne 2017 marque le retour de la série L’œil écoute de la Galerie de l’UQAM. Les événements L’œil écoute prennent la forme de lectures publiques de textes marquants, sélectionnés spécifiquement pour les dialogues qu’ils établissent avec les œuvres présentées à la Galerie.

PartenairesCette exposition a été organisée par la Thames Art Gallery (Chatham, Ontario) en collaboration avec la Galerie d’art d’Ottawa (Ottawa, Ontario), la Art Gallery of Guelph (Guelph, Ontario), la Kenderdine Art Gallery (Saskatoon, Saskatchewan), la Galerie de l’UQAM, la MSVU Art Gallery (Halifax, Nouvelle-Écosse) ainsi que le Musée régional de Rimouski (Rimouski, Québec), et rendue possible grâce à l’appui des programmes de Tournées ontariennes et de Tournées nationales et internationales du Conseil des arts de l’Ontario.

       

 

Adresse et heures d’ouvertureGalerie de l’UQAMPavillon Judith-Jasmin, salle J-R1201400, rue Berri, angle Sainte-Catherine Est, MontréalMétro Berri UQAM

Mardi au samedi, de midi à 18 hEntrée libre

RenseignementsTél. : 514 987-6150www.galerie.uqam.ca / Facebook / Twitter / Instagram

-30-

Photos haute résolution : cliquez sur les images pour accéder à leur version haute résolution.

Source : Maude N. Béland, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 1707 beland.maude_n@uqam.ca twitter.com/MaudeNBeland

 

Commissaire : Robert Enright

Dates : 24 octobre – 9 décembre 2017

Vernissage : lundi 23 octobre, 17 h 30, en présence de l’artiste et du commissaire

Montréal, le 4 octobre 2017 – La Galerie de l’UQAM plonge dans l’énergie vive de la peinture avec l’exposition solo Melanie Authier. Contrariétés et contrepoints. Sous la houlette du commissaire et critique d’art Robert Enright, l’exposition rassemble des œuvres récentes de celle que le public de la Galerie de l’UQAM a pu découvrir dans l’exposition phare Le Projet Peinture (2013). Avec Contrariétés et contrepoints, l’artiste présente une peinture à la fois énergique et délicate, qui revisite les héritages contradictoires de la pratique picturale.

L’exposition est organisée et mise en circulation par la Thames Art Gallery (Chatham, Ontario).

L’exposition

Les riches espaces peints par Melanie Authier, artiste établie à Ottawa, nous rappellent qu’une myriade de questions restent à résoudre au sujet de l’art après le modernisme. Pour Authier, les tableaux ne sont pas de simples objets esthétiques sans lien les uns avec les autres. Ils s’inscrivent dans un vaste réseau relationnel.

Alors que son univers pictural évoque le langage de l’abstraction moderniste, on y décèle aussi une esthétique associée à la manière baroque, en raison de l’empathie qui affleure dans sa technique. Cette exposition d’œuvres récentes sur toile et sur papier fait voir des approches contrastées de la peinture contemporaine, en un amalgame de styles qui génère un entre-deux à la fois intelligible et insaisissable. Chaque œuvre est pour Authier l’occasion de créer un problème de manière à « y apporter une réponse inattendue ».

« Je crois que mon travail renvoie à la marque lancinante laissée par l’histoire de la peinture, à l’histoire de l’Art avec un grand A et il se débat parfois contre elle. J’essaie de faire en sorte que mes œuvres se taillent une place au sein des discours actuels et qu’elles soient toujours axées sur le potentiel de la peinture. Ainsi, la question qui me préoccupe est : “Où aller à partir d’ici ?” »

- Melanie Authier, 2015

Les lectures genrées de la pratique picturale, par exemple, constituent l’un des discours complexes qu’Authier est profondément consciente de devoir négocier. En jouant avec des courants stylistiques opposés ― abstraction gestuelle et hard edge ― et en les subvertissant aussi habilement qu’elle applique l’acrylique, l’aquarelle ou l’encre, l’artiste s’attaque avec panache aux défis que posent les histoires véhiculées sur la pratique picturale.

L’artiste

Melanie Authier est née en 1980 à Montréal. Elle détient un baccalauréat de l’Université Concordia à Montréal (2002) et une maîtrise de l’Université de Guelph (2006). Authier a exposé ses œuvres à travers tout le pays, notamment dans le cadre de l’exposition Les bâtisseurs. La biennale canadienne 2012, tenue au Musée des beaux-arts du Canada. Elle a présenté plusieurs expositions individuelles, dont Grisailles au Rodman Hall Art Centre de l’Université Brock (St-Catharines, 2013-2014), Vault/Shield/Buttress/Basin à la Anna Leonowens Gallery (Halifax, 2013) et Jostling Pictorial Oppositions chez Georgia Scherman Projects (Toronto, 2013). Elle a également participé à plusieurs expositions collectives, notamment The Tremendous Elusive: Emily Carr and the Canadian Imaginary à la Canada Gallery, Canada House (Londres, Royaume-Uni, 2016), Young Canadian Painters à Idea Exchange (Cambridge, 2014), Le Projet Peinture. Un instantané de la peinture au Canada à la Galerie de l’UQAM (Montréal, 2013) et Four Ottawa Painters à la Carleton University Art Gallery (Ottawa, 2010-2011). L’artiste a reçu de nombreuses bourses et distinctions, dont une mention honorable au Concours de peintures canadiennes de RBC en 2007. On retrouve ses œuvres dans plusieurs collections nationales et internationales, notamment celle du Musée des beaux-arts du Canada, de Canada House et d’Affaires mondiales Canada. Elle est représentée par Georgia Scherman Projects à Toronto. Elle vit présentement à Val-des-Monts (Québec).   melanieauthier.com

Le commissaire

Robert Enright est un auteur, conférencier et commissaire maintes fois primé. Depuis 2004, il est professeur titulaire en critique et théorie de l’art au programme d’études supérieures de l’École des beaux-arts et de musique de l’Université de Guelph. Il possède plus de 35 ans d’expérience à titre de journaliste culturel dans la presse écrite ainsi qu’à la radio et à la télévision, et collabore depuis le même nombre d’années à la revue Border Crossings, dans laquelle il a publié plus de 200 entretiens avec des artistes canadiens, américains et européens. En 2005, il a été fait membre de l’Ordre du Canada et, en 2012, il a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II. En 2016, il a obtenu un doctorat honorifique de l’Université de Winnipeg.

Activités publiques

Visites commentées de l’exposition pour les groupes

Offertes sans frais, en tout temps.

Réservations requises auprès de Philippe Dumaine

514 987-3000, poste 3280, ou dumaine_allard.philippe@uqam.ca

Visite commentée de l’exposition en compagnie de l’artiste et de l’historienne de l’art Julie Bélisle

Dans le cadre de la série L’art observe

Mercredi 15 novembre 2017

12 h 45 – 13 h 45

Entrée libre

Joignez-vous à l'artiste Melanie Authier et à l'historienne de l'art Julie Bélisle pour une visite de Contrariétés et contrepoints à l’heure du dîner. Cette visite informelle vous permettra de mieux saisir l'ampleur de la pratique picturale de l'artiste. Authier et Bélisle pourront aussi s'appuyer sur leur relation continue, puisque Julie Bélisle était commissaire du Projet Peinture (2013), l’importante exposition de la Galerie de l’UQAM sur la peinture canadienne actuelle, dont la sélection incluait le travail de Melanie Authier.

La peinture déplacée

Dans le cadre de la série L’œil écoute

Samedi 25 novembre 2017

16 h

Galerie de l’UQAM

En français

Entrée libre

Textes : Nicole Brossard, Paul-Émile Borduas, Anne Hébert, Agnes Martin, Monique Régimbald-Zeiber

Lectrices : Christiane Pasquier, Marie Eykel

Animation : Marie-Andrée Lamontagne

Commissariat des textes : Louise Déry

L’automne 2017 marque le retour de la série L’œil écoute de la Galerie de l’UQAM. Les événements L’œil écoute prennent la forme de lectures publiques de textes marquants, sélectionnés spécifiquement pour les dialogues qu’ils établissent avec les œuvres présentées à la Galerie.

Partenaires

Cette exposition a été organisée par la Thames Art Gallery (Chatham, Ontario) en collaboration avec la Galerie d’art d’Ottawa (Ottawa, Ontario), la Art Gallery of Guelph (Guelph, Ontario), la Kenderdine Art Gallery (Saskatoon, Saskatchewan), la Galerie de l’UQAM, la MSVU Art Gallery (Halifax, Nouvelle-Écosse) ainsi que le Musée régional de Rimouski (Rimouski, Québec), et rendue possible grâce à l’appui des programmes de Tournées ontariennes et de Tournées nationales et internationales du Conseil des arts de l’Ontario.

                 

                           

Adresse et heures d’ouverture Galerie de l’UQAM Pavillon Judith-Jasmin, salle J-R120 1400, rue Berri, angle Sainte-Catherine Est, Montréal Métro Berri UQAM

Mardi au samedi, de midi à 18 h Entrée libre Renseignements Tél. : 514 987-6150 www.galerie.uqam.ca  / Facebook / Twitter / Instagram

jeudi 12 octobre 2017
"Contrarieties & Counterpoints" - Galerie de l’UQAM opens an exhibition of recent works by Montréal painter Melanie Authier

Curator: Robert EnrightDates: October 24 – December 9, 2017Opening: Monday, October 23, 5:30 p.m. The artist and the curator will be present.

October 12, 2017 – Galerie de l’UQAM dives into the lively energy of painting with the solo exhibition Melanie Authier. Contrarieties & Counterpoints. Led by curator and art critic Robert Enright, the exhibition brings together recent works by the artist that Galerie de l’UQAM’s public was able to discover in the flagship exhibition The Painting Project (2013). With Contrarieties & Counterpoints, the artist shows paintings that are both dynamic and delicate, while revisiting the contradictory legacies of pictorial practice.

The exhibition is organized and circulated by Thames Art Gallery (Chatham, Ontario).

The exhibitionThe visually rich spaces in artist Melanie Authier’s paintings remind us that we are still negotiating a myriad of questions when we consider art after Modernism. For Authier, paintings are not simply discrete aesthetic objects. They exist within an expanded set of relations.

Authier’s paintings invoke language that is associated with Modernist Abstraction. Her approach has also been likened to Baroque, for the empathetic effects elicited by her technique. The intermingling of styles in each painting engenders a liminal quality that is at once intelligible yet elusive. In this exhibition of recent work on canvas and paper, we can appreciate the contrasting approaches to contemporary painting that are being deployed by the artist. With each work, Authier sets up a problem so that she can “produce a response to it that is unexpected.”

I believe my work references and, at times, wrestles with the after-burn of painting’s past, art history with a capital “A.” It also works to carve out a space for itself in current dialogues and continues to look at painting’s potential. So my preoccupying question is, “Where do we go from here?”- Melanie Authier

Gendered readings of painterly practices, for example, are part of the complex discourses that Authier is acutely aware she must negotiate. This artist also plays with competing histories of style—hard-edge and gestural abstraction—and subverts them as expertly as she manipulates acrylics or watercolors and inks upon her surface of choice. The challenges posed by freighted histories of painterly practice are ones that Authier addresses head on and with a flourish.

The artistMelanie Authier was born in 1980 in Montréal. She received a BFA from Concordia University, Montréal (2002) and an MFA from the University of Guelph (2006). Authier has exhibited across the country, notably in the exhibition Builders: Canadian Biennial at the National Gallery of Canada. She presented several solo exhibitions, including Grisailles at Rodman Hall Art Centre, Brock University (St. Catharines, 2013–14), Vault/Shield/Buttress/Basin at the Anna Leonowens Gallery (Halifax, 2013) and Jostling Pictorial Oppositions at Georgia Scherman Projects (Toronto, 2013). Her work was also part of many group shows such as The Tremendous Elusive: Emily Carr and the Canadian Imagery at Canada Gallery, Canada House (London, United Kingdom, 2016), Young Canadian Painters at Idea Exchange (Cambridge, 2014), The Painting Project. A Snapshot of Painting in Canada at Galerie de l’UQAM (Montréal, 2013), and Four Ottawa Painters at Carleton University Art Gallery (Ottawa, 2010–11). Authier is the also the recipient of numerous scholarships and distinctions, such as the Honourable Mention Prize for the 2007 RBC Painting Competition. Authier's artwork is part of several national and international collections, including the National Gallery of Canada, Canada House and Global Affairs Canada. She is represented by Georgia Scherman Projects, Toronto. She currently lives in Val-des-Monts (Québec).melanieauthier.com

The curatorRobert Enright is an award-winning writer, lecturer and curator. Since 2004 he has taught in the Graduate Program in the School of Fine Art and Music at the University of Guelph, where he is the University Research Professor in Art Theory and Criticism. He has over 35 years of experience as a cultural journalist in print, radio and television. For that entire period, he has been associated with the arts magazine Border Crossings, where he has published over 200 interviews with leading Canadian, American and European artists. In 2005 he was made a Member of the Order of Canada, and in 2012 he received the Queen Elizabeth II Diamond Jubilee Medal. In 2016 he was awarded an Honorary Doctorate from the University of Winnipeg.

Public activities

Guided tours of the exhibition for groupsAvailable anytime.Reservations required with Philippe Dumaine514 987-3000, ext 3280, or dumaine_allard.philippe@uqam.ca  Guided tour of the exhibition with artist Melanie Authier and art historian Julie BélislePart of the series L’art observeWednesday, November 15, 20175:30 pmFree admissionJoin artist Melanie Authier and art historian Julie Bélisle for a tour of Contrarieties & Counterpoints. This informal guided tour will allow you to better understand the amplitude of the artist’s pictorial practice. Authier and Bélisle will be able to build on their ongoing relationship, as Julie Bélisle was the curator of The Painting Project (2013), Galerie de l’UQAM’s major group exhibition of Canadian paintings which included Melanie Authier’s work. La peinture déplacéePart of the series L’œil écouteSaturday, November 25, 20174 p.m.Galerie de l’UQAMIn FrenchFree admissionTexts: Nicole Brossard, Paul-Émile Borduas, Anne Hébert, Agnes Martin, Monique Régimbald-ZeiberReaders: Christiane Pasquier, Marie EykelAnimation: Marie-Andrée LamontagneText curation: Louise DéryAutumn 2017 marks the return of Galerie de l’UQAM’s L’œil écoute series. The events from L’œil écoute take the form of public readings of outstanding texts, selected specifically for the dialogues they establish with the works presented at the Galerie.

Support provided byThis exhibition has been organized by the Thames Art Gallery (Chatham, Ontario) in partnership with the Ottawa Art Gallery (Ottawa, Ontario), Art Gallery of Guelph (Guelph, Ontario), Kenderdine Art Gallery (Saskatoon, Saskatchewan), Galerie de I’UQAM (Montréal, Québec), MSVU Art Gallery (Halifax, Nova Scotia), and the Musée régional de Rimouski (Rimouski, Quebec) with funding from the Ontario Arts Council’s Ontario, National and International Touring programs.

       

 

Address and opening hoursGalerie de l’UQAMJudith-Jasmin Pavilion, Room J-R1201400 Berri Street (corner of Sainte-Catherine East), MontréalBerri-UQAM metro

Tuesday to Saturday, 12 p.m. to 6 p.m.Free admission

InformationPhone: 514 987-6150www.galerie.uqam.ca / Facebook / Twitter / Instagram

- 30 -

High resolution images: click on photo for high resolution version and credit

Source: Maude N. Béland, Press Relations OfficerPress Relations and Special Events Division, Communications ServicePhone: 514-987-3000, ext. 1707beland.mauden@uqam.ca twitter.com/MaudeNBeland

 

jeudi 12 octobre 2017
Le magma des images : «Carolyne Scenna. Je suis la pire à ce que je fais le mieux et pour ce don je me sens bénie» à la Galerie de l’UQAM

Dates : 24 octobre – 9 décembre 2017Vernissage : lundi 23 octobre, 17 h 30

Le 12 octobre 2017 – La Galerie de l’UQAM présente Je suis la pire à ce que je fais le mieux et pour ce don je me sens bénie de Carolyne Scenna, finissante à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM. L’exposition inaugure une installation où l’artiste recompose et revisite de manière obsessive ses archives photographiques. Un espace délimité par des rideaux de velours blanc, des projections vidéo lo-fi et une maquette de volcan forment un parcours où les spectateurs sont invités, grâce à divers dispositifs de projection, à découvrir un assemblage d’images hybrides.

L’expositionLa locution « Je suis la pire à ce que je fais le mieux et pour ce don je me sens bénie » est tirée d’un couplet de la chanson du groupe Nirvana Smells Like Teen Spirit, succès emblématique du début des années 1990. À première vue, les paroles s’apparentent à une accumulation contradictoire d’images étranges et familières qui n’offre pas de sens évident. Devenue presque instantanément symbole mythique d’une génération, la chanson est aujourd’hui le reflet d’une réalité confuse : adolescence et notoriété y conversent et convergent de sorte qu’elles deviennent indistinctes. Pour Carolyne Scenna, ce magma émergeant de la récupération de productions culturelles par la culture de masse fait image. L’artiste s’approprie la métaphore adolescente pour son potentiel subversif et rejette au passage toute volonté de bien faire les choses.

L’exposition met en scène un mixtape visuel composé de fondus enchaînés, de photomontages en superposition et de leur mise en abîme dans l’espace. Animations réalisées grâce à de nombreuses captures d’écran d’ordinateur, les séquences projetées sur les différentes surfaces dans la galerie explorent la nature construite des situations et des environnements que l’artiste documente et accumule. Il se dégage de ce processus un détachement engagé du réel, une dématérialisation à partir de laquelle l’artiste met à l’épreuve la précarité inhérente à la fabrication d’images et leur prééminence dans la vie courante.

L’artisteCarolyne Scenna est une artiste multidisciplinaire originaire de Montréal. Travaillant avec la photographie, la vidéo lo-fi et l’installation, elle élabore une pratique de recomposition de l’image qui en explore les potentiels plastiques et polysémiques. Dans ses recherches, les procédés de matérialisation des images qu’elle met en place sont prétextes à une réflexion critique plus vaste sur l’engagement individuel dans la fabrication d’images à l’ère de la numérisation des données et de leur circulation accrue. N’ayant pas peur de l’ambiguïté, elle présente depuis 2011 un travail qui entremêle son nom à celui de son collectif (qu’elle souhaite garder sous silence) dans quelques centres d’artistes et galeries de Montréal (Parisian Laundry, Les territoires, Arprim, Clark, Art mûr) ainsi que dans le cadre d’événements (OFFTA, Festival du Jamais lu, Nuit Blanche à Montréal, Chromatic). Je suis la pire à ce que je fais le mieux et pour ce don je me sens bénie constitue sa toute première exposition solo.carolynescenna.com

Activités gratuitesVisites commentées de l’exposition pour les groupesOffertes sans frais, en tout temps.Réservations requises auprès de Philippe Dumaine, 514 987-3000, poste 3280, ou dumaine_allard.philippe@uqam.ca 

Présentation d’artiste : Carolyne ScennaDans le cadre de la série L’art observe21 novembre 2017, 12 h 45Galerie de l’UQAMEn françaisEntrée libre

Partenaires

  

 

Adresse et heures d’ouvertureGalerie de l’UQAMPavillon Judith-Jasmin, salle J-R1201400, rue Berri, angle Sainte-Catherine Est, MontréalMétro Berri-UQAM

Mardi au samedi, de midi à 18 hEntrée libre

RenseignementsTél. : 514 987-6150www.galerie.uqam.ca / Facebook / Twitter / Instagram

-30-

Photos haute résolution : cliquez sur les images pour accéder à leur version haute résolution et au crédit.

Source : Maude N. Béland, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 1707 beland.maude_n@uqam.ca twitter.com/MaudeNBeland

 

jeudi 12 octobre 2017
A Magma of Images: "Carolyne Scenna. I’m Worse at What I Do Best and for This Gift I Feel Blessed" at Galerie de l’UQAM

Dates: October 24 – December 9, 2017Opening: Monday, October 23, 5:30 p.m.

October 12, 2017 — Galerie de l’UQAM presents I’m Worse at What I Do Best and for This Gift I Feel Blessed by Carolyne Scenna, graduating master student in visual and media arts at UQAM. The exhibition presents an installation in which the artist obsessively recomposes and revisits her photographic archives. A space bounded by white velvet curtains, lo-fi video projections and a model of a volcano form a route where spectators are invited to discover an assemblage of hybrid images through various projection devices.

The exhibitionThe phrase “I’m the worst at what I do best and for this gift I feel blessed” is taken from Nirvana’s song Smells Like Teen Spirit, an iconic hit of the early 1990s. At first glance, the song’s lyrics form a contradictory accumulation of strange and familiar images that do not offer any obvious meaning. As an almost instantaneously mythical symbol of a generation, the song is now the reflection of a confused reality where adolescence and fame converse and converge until they become indistinct. For Carolyne Scenna, this “magma” emerging from the recuperation of cultural productions by mass culture forms an image. The artist appropriates the adolescent metaphor for its subversive potential, and rejects in passing any desire to do things right.

The exhibition features a visual mixtape composed of interlinked fades, overlapping photomontages and their mise en abyme in the gallery’s space. Animations realized from numerous computer screencasts are projected on different surfaces in the gallery in order to explore the constructed nature of situations and environments that the artist documents and accumulates. This process leads to a certain detachment from reality, a dematerialization that allows the artist to put the precarious nature of image making and its pre-eminence in everyday life to the test.

The artistCarolyne Scenna is a multidisciplinary artist from Montreal. Working with photography, lo-fi video and installation, she develops a practice of image re-composition that explores its plastic and polysemic potentials. The processes of image materialization she implements in her research are pretexts for broader critical reflections on individual commitment to image making in the era of data digitization and its increased circulation. Fearless of ambiguity, she has presented since 2011 works that blend her name with that of her collective (which she wants to keep quiet about) in a few artist-run centres and galleries in Montreal (Parisian Laundry, Les Territoires, Arprim, Clark, Art mûr) and during various events (OFFTA, Festival du Jamais lu, Nuit Blanche à Montréal, Chromatic). I’m Worse at What I Do Best and for This Gift I Feel Blessed is her very first solo exhibition.carolynescenna.com

Free activitiesGuided tours of the exhibition for groupsAvailable anytime.Reservations required with Philippe Dumaine514 987-3000, ext. 3280, or dumaine_allard.philippe@uqam.ca 

Artist Talk: Carolyne ScennaNovember 21, 2017, 12:45 p.m.Part of the series L’art observeGalerie de l’UQAMIn FrenchFree admission

Support provided by

   

 

Address and opening hoursGalerie de l’UQAMJudith-Jasmin Pavilion, Room J-R1201400 Berri Street (corner of Sainte-Catherine East), MontréalBerri-UQAM metro

Tuesday to Saturday, 12 p.m. to 6 p.m.Free admission

InformationPhone: 514 987-6150www.galerie.uqam.ca / Facebook / Twitter / Instagram

- 30 -

High resolution photos: click on images for high resolution version and credit.

Source: Maude N. Béland, Press Relations OfficerPress Relations and Special Events Division, Communications ServiceUniversité du Québec à MontréalPhone: 514-987-3000, ext. 1707beland.mauden@uqam.ca twitter.com/MaudeNBeland

 

jeudi 12 octobre 2017
Faire son chemin à l’UQAM! Portes ouvertes samedi 4 novembre 2017

Le 12 octobre 2017 - L’abondance d’informations sur le web et les médias sociaux peut parfois nous donner le tournis : rien de mieux que de valider son choix de carrière en personne! Les futurs étudiants universitaires ont ainsi rendez-vous à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) le samedi 4 novembre prochain, de 10 h à 16 h, à l’occasion des Portes ouvertes de l’UQAM. Il s’agit de l’occasion idéale pour obtenir de l’information personnalisée, découvrir le dynamisme du campus et rencontrer des enseignants, étudiants et divers membres du personnel qui répondront aux questions sur les 300 programmes d’études de 1er, 2e et 3e cycles, les activités de recherche, l'aide financière et le soutien aux études.

Les Portes ouvertes se tiendront au campus central de l'UQAM et des navettes gratuites seront disponibles pour se rendre au Complexe des sciences Pierre-Dansereau pour les étudiants intéressés par des programmes en sciences. De plus, les campus en région de l’UQAM à Laval et Longueuil ouvriront leurs portes aux futurs étudiants intéressés à y poursuivre leurs études.

Pour tous les détails sur la programmation, les conférences, les ateliers et les visites guidées, consultez www.etudier.uqam.ca/portes-ouvertes ou l’événement Facebook.

À ne pas manquer

Des visites guidées de nos laboratoires scientifiques de pointe, des studios de cinéma, de la salle des marchés, des ateliers de design de l'environnement et graphique, et plus encore; Des ateliers de préparation de productions médiatiques et de portfolios; De nombreuses conférences sur les programmes d’études; Des démonstrations robotiques au pavillon des Sciences biologiques; Des jeux vidéo géants, gracieuseté des étudiants de la maîtrise en communication – jeux vidéo et ludification; Un kiosque d’étudiants ambassadeurs qui échangeront avec les visiteurs.

Nouveaux programmesParmi les nouveaux programmes offerts à l’UQAM, mentionnons :

Programme court et concentration en communication internationale Baccalauréat en action culturelle Baccalauréat en systèmes informatiques et électroniques DESS en droit du travail et de la protection sociale DESS en droits humains Les campus de Longueuil et de Lanaudière offriront le baccalauréat en administration et le baccalauréat en sciences comptables à compter de l'hiver 2018.

RenseignementsBureau du recrutement de l’UQAM514 987-0007bureaudurecrutement@uqam.ca 

L'Université du Québec à MontréalCréative, ouverte et dynamique, l’Université du Québec à Montréal (UQAM) est une université de pointe dont le rayonnement est international. L’originalité et les caractéristiques propres de ses 300 programmes, ses activités de recherche ancrées dans les préoccupations sociales et ses innovations en création ont contribué à bâtir sa réputation. Située au cœur de Montréal, l’UQAM accueille plus de 42 000 étudiants.www.uqam.ca 

-30-

Source : Maude N. Béland, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 1707 beland.maude_n@uqam.ca twitter.com/MaudeNBeland

 

jeudi 12 octobre 2017
Des professeurs de l’UQAM participent à la 30e édition des Entretiens Jacques Cartier

Le 10 octobre 2017 – La 30e édition des Entretiens Jacques Cartier a lieu cette année au Québec, du 16 au 18 octobre, à Montréal, Laval, Québec et Sherbrooke. Pour cette édition anniversaire, les Entretiens rassembleront de nombreux invités, créateurs et scientifiques, de l’économie, de l’entrepreneuriat, des affaires, de la recherche et de la culture, d’ici et de France. Des professeurs de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) participeront à ces journées de réflexion, de discussions et de performances.

L’UQAM aux Entretiens Jacques Cartier 2017Les professeurs Sébastien Gambs (Département d'informatique), Josette Féral et Angela Konrad (École supérieure de théâtre), Corinne Gendron, (Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l'ESG UQAM), Valérie Lehmann (Département de management et technologie) et Florence Paulhiac Scherrer (Département d'études urbaines et touristiques de l'ESG UQAM) ont organisé des colloques dans le cadre de cette initiative conjointe des villes de Lyon et de Montréal.

Colloque Transparence et responsabilité des algorithmesOrganisé par l’UQAM et l’INSADate : Lundi 16 octobreLieu : Pavillon Sherbrooke (SH) de l’UQAMSalle polyvalente (SH-4800)200, rue Sherbrooke Ouest Montréal

Les algorithmes jouent un rôle de plus en plus fondamental dans tous les aspects de notre vie. Ils sont utilisés pour classer, prédire et comme outil d’aide à la décision (prise de décisions automatisées) dans de nombreux contextes tels que le commerce en ligne, la finance, la justice, la police, les ressources humaines ou encore la politique. Une des principales craintes soulevées par les algorithmes est le manque de transparence de leur fonctionnement. Le but de ce colloque est de discuter, en adoptant une approche multidisciplinaire, des questions soulevées par la transparence et la responsabilité des algorithmes.

Avec, entre autres, la participation de :Sébastien Gambs, professeur au Département d'informatique, UQAM ;Hugo Cyr, doyen de la Faculté de science politique et de droit de l’UQAM ;Nicolas Merveilles, professeur au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale et cotitulaire de la Chaire Internationale sur le Cycle de Vie (École Polytechnique de Montréal et ESG UQAM).

Colloque Innovations collectives: quels impacts sur les pratiques et les projets de demain?Organisé par l’UQAM et l’Université de Lyon (Sciences Po)Date : Lundi 16 octobreLieu : Pavillon Judith-Jasmin (J) de l’UQAM405, rue Sainte-Catherine Est, Montréal

En termes d'innovations sociales et économiques, on assiste aujourd’hui à l'émergence de nouvelles approches collaboratives de projets, particulièrement en cas d'enjeux sociétaux (urbanisation, santé, alimentation, éducation ...) mais aussi dans le cas de la mise en œuvre des projets avec financement participatif, des changements agiles ou lors du développement de produits du quotidien. Les gens d'affaires tout comme les chercheurs et les institutions publiques cherchent à rassembler leur énergie pour permettre la mise en œuvre de projets acceptés et utilisés. S’il est devenu essentiel de coconstruire un projet, il est désormais indispensable de l'utiliser et de le faire accepter en plus de le livrer. S'assurer de l'usage, d'une place publique, d'un centre de soins, d'un objet, n'est plus une option, mais une nécessité.

Avec, entre autres, la participation de :Valérie Lehmann, professeure au Département de management et technologie, ESG UQAM ;Martin Cloutier, professeur au Département de management et technologie, ESG UQAM ;Juan-Luis Klein, professeur au Département de géographie et directeur du CRISES UQAM;Laurent Renard, professeur au Département de management et technologie, ESG UQAM.

Colloque Mobilité et transports urbains face aux défis de la sobriétéOrganisé par l’UQAM et ENTPEDate : Lundi 16 octobreLieu : La Toundra Société du parc Jean-Drapeau, Pavillon du Canada1, circuit Gilles-Villeneuve, Montréal

Les grandes villes sont actuellement confrontées à la nécessité de mettre en œuvre une transition vers un développement urbain beaucoup plus économe des ressources (naturelles, financières, spatiales), tout en maintenant un certain niveau de bien-être, de qualité de vie et d’équité sociale au sein de leurs populations. Les acteurs des transports urbains engagent de profondes mutations. Les villes visent à intégrer de nouveaux services de mobilité, à inciter les populations à des choix modaux moins impactant et à intégrer les exigences d’une mobilité sobre, s’inscrivant dans le déploiement du développement urbain durable. Le programme de ce colloque comprend une visite du Parc Jean Drapeau (Le parc Jean-Drapeau en 2037 ?) et deux évènements complémentaires (une exposition documentaire sur l’histoire des transports et de l’aménagement du territoire métropolitain depuis la fondation de Montréal et de la ville de Boucherville et une séance d’affiches réalisées par des étudiants des universités québécoises et françaises).

Avec, entre autres, la participation de :Florence Paulhiac Scherrer, professeure au Département d’études urbaines et touristiques et titulaire de la Titulaire de la Chaire In.SITU Innovations en Stratégies Intégrées Transport-Urbanisme (ESG UQAM);Florence Junca-Adenot, professeure au Département d’études urbaines et touristiques et directrice de Forum Urba 2015 ;Priscilla Ananian, professeure au Département d’études urbaines et touristiques, Chaire In.SITU; Ugo Lachapelle, professeur au Département d’études urbaines et touristiques, Chaire In.SITU.

Colloque Les Changements d’échelle (prise 2) - les arts et la théorie confrontés au réelOrganisé par l’UQAM, l’ENS de Lyon, l’Usine C, Lira et CERILACDate : Lundi 16 et mardi 17 octobreLieu : Usine C1345, avenue Lalonde, Montréal

Notre relation au réel est soumise à l’usage de différentes échelles qui rendent compte de notre perception du monde environnant. Imposée par les lois de la perspective et les lois temporelles, notre saisie du monde passe par ces paramètres qui nous gouvernent, de façon consciente ou inconsciente. Le domaine des arts est le lieu par excellence où ces lois se trouvent remises en question tant du point de vue esthétique que politique. Face aux défis de la biologie, de la mécanique quantique, du numérique, de l’urbanisme et de la démographie, qui imposent à la perception des jeux d’échelle qui parfois la dépasse, comment les arts participent-ils à la réorganisation du réel ?

Avec, entre autres, la participation de :Josette Féral, professeure associée à l'École supérieure de théâtre de l'UQAM, Corinne Gendron, professeure au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale, ESG UQAM et Angela Konrad, professeure à l'École supérieure de théâtre de l'UQAM; Camille Courier de Méré, scénographe et doctorante en études et pratiques des arts, UQAM;Olivier Germain, professeur au Département de management et technologie, ESG UQAM;Anick La Bissonnière, scénographe et professeure à l’École supérieure de théâtre, UQAM;Antoine Laprise, marionnettiste et professeur au DESS en marionnette contemporaine à l’UQAM;Émilie Martz-Kuhn, professeure associée, École supérieure de théâtre, UQAM;Nicolas Reeves, artiste médiatique et professeur à l'École de design, UQAM ;François Richer, professeur au Département de psychologie, UQAM;Stéphanie Yates, professeure au Département de communication sociale et publique, UQAM.

Programmation complète et inscriptions en ligne

-30-

Source : Rose-Aline LeBlanc, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 2248 leblanc.rose-aline@uqam.ca twitter.com/RoseAlineLeBlan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mardi 10 octobre 2017
7e édition de la Semaine hispanophone à l'UQAM - 16 au 19 octobre 2017

Le 10 octobre 2017 - Du 16 au 19 octobre prochain, l’UQAM vibrera au rythme de la Semaine hispanophone! Pour cette septième édition, plusieurs activités gratuites seront offertes à tous : conférences, projection cinématographique, expositions thématiques, concours de photos et stands d'information sur les programmes et cours d'espagnol.

Organisée par l'École de langues, l'Institut d’études internationales de Montréal et le Service des relations internationales de l’UQAM, la Semaine hispanophone 2017 a pour thème « Langue, identité(s) et pluralisme ».

Conférences et activités à ne pas manquer 

Langue, identité(s) et pluralisme, conférence d’ouverture par les consuls généraux d’Argentine, de Colombie, d’Espagne et du Mexique.Lundi 16 octobre, à 17 h, local DS-1950 Cine debate en espagñol - projection du film Relatos salvajes du réalisateur argentin Damián SzifronMercredi 18 octobre, à 17 h 30, local A-M204 Métissage, musique et pratiques religieuses, conférence de clôture par le chercheur Enrique Pilco de l’Université de Montréal.Jeudi 19 octobre, à 12 h 30, local DS-1950

 

Consultez la programmation complète

-30-

Source : Maude N. Béland, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 1707 beland.maude_n@uqam.ca twitter.com/MaudeNBeland

mardi 10 octobre 2017
Retour en haut de page