http://salledepresse.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Salle de presse


Recherche


presse@uqam.ca



Salle de presse - Résultats
  • All
  • (13)
La Galerie de l’UQAM célèbre une figure importante des arts visuels au Canada grâce à l’exposition «Hank Bull. Connexion»

Dates : du 23 octobre au 5 décembre 2015Vernissage et lancement du catalogue : le jeudi 22 octobre, 17 h 30

Visite commentée de l’exposition en compagnie de l’artiste : le jeudi 5 novembre, 17 h à 18 hPrésence de l’artiste dans les salles d’exposition pour rencontrer les visiteurs : les vendredi et samedi 6 et 7 novembre, durant les heures d’ouverture de la Galerie

Le 8 octobre 2015 – La Galerie de l’UQAM présente Connexion, une exposition majeure de l’artiste canadien Hank Bull. Méconnu du grand public malgré son importance fondamentale dans le développement des arts visuels au Canada, Hank Bull occupe une place centrale dans un réseau mondial d’artistes et d’institutions variées. L’exposition transforme les archives personnelles de l’artiste, couvrant une période de plus de cinquante ans, en une installation sculpturale. Ni une rétrospective ni une exposition d’archives, Hank Bull. Connexion cherche plutôt à faire sens des matériaux récoltés par l’artiste tout au long de sa carrière et à mettre en lumière une pratique artistique basée sur la collaboration.

Le vernissage aura lieu le jeudi 22 octobre, à 17 h 30, en présence de l’artiste et des commissaires Joni Low et Pan Wendt.

Hank Bull. Connexion est organisée et mise en circulation par le Musée d’art du Centre de la Confédération, Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard, avec l’appui du Conseil des arts du Canada.  

L’expositionDepuis les années 1970, l’artiste multimédia de Vancouver Hank Bull joue un rôle de liaison entre les artistes et les milieux artistiques à l’échelle internationale. D’abord inspirée par la musique expérimentale, l’art postal, Fluxus et les performances absurdes associées à Dada et à la pataphysique, une bonne part de sa pratique a été éphémère et dialogique, produite pour un public underground dans des contextes improvisés ou dirigés par l’artiste. La performance, la communication et la création de réseaux ont donc souvent éclipsé la production d’objets matériels. Pourtant, ceux-ci ont joué un rôle important dans la carrière de Bull, comme documents, outils de communication, accessoires et objets esthétiques en soi. Hank Bull. Connexion examine les traces matérielles d’une vie vécue en tant que forme d’art en exposant la collection variée de l’artiste comme une installation sculpturale.

Présentée en différents états d’ordre et de chaos, cette panoplie d’objets – accessoires de performance, photographies, vidéos, documents, technologie – met en évidence un réseau de relations avec des artistes et des milieux du monde entier. Elle incarne une pratique axée sur la collaboration qui fait constamment appel à la juxtaposition et à l’échange au-delà des frontières – qu’elles soient géographiques, temporelles, culturelles, politiques, disciplinaires ou psychiques. L’agencement d’objets créé par Bull, dans lequel un vase décoratif en céramique peut confortablement siéger à côté d’une pile de journaux politiques ou d’un accessoire de cinéma, reflète l’expérimentation de façons collectives de travailler, de vivre et d’être ensemble, qui se trouve au cœur de cette approche. Les liens entre des objets apparemment incongrus suscitent des associations inattendues tout en se prolongeant vers leur signification sociale élargie et leur histoire. Pour Bull, l’art est une manière d’être dans le monde, de réagir à la matière du social, d’improviser avec elle et de la sculpter. Connexion propose une notion élargie de l’artiste en tant qu’agent de liaison entre les gens.

L’artisteHank Bull est né à Calgary (Alberta) en 1949 et vit à Vancouver depuis une quarantaine d’années. Artiste multimédia et engagé, il a été un membre important du légendaire centre d’artistes Western Front Society depuis 1973. Il est aussi le fondateur et directeur exécutif du Centre A depuis 1999, un organisme dédié à la diffusion de l'art contemporain asiatique. Hank Bull est un pionnier dans l’utilisation des technologies de télécommunication et il s’est joint, entre 1978 et 1986, à un réseau mondial d'artistes qui ont produit des œuvres collectives utilisant la transmission à distance de vidéo et de texte. Lors de son voyage autour du monde avec l’artiste Kate Craig dans les années 1980, il a fait la rencontre de nombreux artistes au Japon, en Indonésie, en Inde, au Cameroun, en Yougoslavie et en France. Dans le sillage de cette expérience, il a fondé, avec Robert Filliou, l’association The Afro-Asiatic Combine (1983), dédiée à la recherche de l'influence de la pensée africaine et asiatique sur la culture occidentale. Son travail a été présenté au Museum of Modern Art (1991), de même qu’à la Biennale de Venise (1986), à la Documenta de Kassel (1987) et à Ars Electronica (1982, 1989). Membre actif de sa communauté, il a servi pendant cinq ans sur le Comité sectoriel pour les arts et la culture de la Commission canadienne de l'UNESCO et a été un contributeur régulier à Point des arts, une initiative de Son Excellence Michaëlle Jean, gouverneure générale. Ses œuvres se retrouvent dans les collections du Musée des beaux-arts du Canada, du Netherlands Media Art Institute, ainsi que dans de nombreuses collections privées.

Les commissairesJoni Low est une commissaire indépendante et auteure vivant à Vancouver. Parmi ses commissariats récents, notons Fountain: the source or origin of anything, un projet de Laiwan comprenant une murale photographique extérieure de grand format et une oeuvre web (The Wall: CBC Plaza, 2014), ainsi que Idle Wild de DRIL art collective (Café for Contemporary Art, 2012). Ses écrits ont été publiés dans de nombreux catalogues d'expositions, de même que dans les revues Canadian Art, C Magazine, Fillip, The Capilano Review et Yishu: Journal of Contemporary Chinese Art. Elle est membre de Other Sights for Artists’ Projects et de la Doryphore Independant Curators Society, et a travaillé au sein de nombreuses institutions dont la Vancouver Art Gallery, Long March Space Beijing et le Centre A, où elle a développé un centre de références spécialisé sur l'art asiatique contemporain.

Conservateur au Musée d’art du Centre de la Confédération à Charlottetown (CCAG), Île-du-Prince-Édouard, depuis 2010, Pan Wendt a également travaillé comme un commissaire indépendant, critique d’art, et a été conservateur adjoint au Confederation Centre Art Gallery de 2007 à 2010. Notons parmi ses projets les expositions suivantes : James Lee Byars: Letters from the World’s Most Famous Unknown Artist (Mass MoCA, 2004); Colleen Wolstenholme: A Divided Room (CCAG, 2008); Funkaesthetics (with Luis Jacob, Justina M. Barnicke Gallery, 2009); Free Parking (CCAG, 2011); Aganetha Dyck: Guest Workers (CCAG, 2011); Swintak et Don Miller: Artist-Run Bunker, Vol. 1 (CCAG, 2012); et Quotation (CCAG, 2013). Il est co-commissaire de l’exposition Art in the Open à Charlottetown depuis sa création en 2011. Il a enseigné à l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard, siégé à de nombreux jurys locaux et nationaux, et publié dans diverses revues d’art contemporain et catalogues d'art.

Le catalogueLe vernissage du 22 octobre sera aussi l’occasion de lancer la publication accompagnant l’exposition. Richement illustré, le catalogue est publié par le Musée d’art du Centre de la Confédération en collaboration avec la Burnaby Art Gallery. Construite comme le serait un cahier de notes de l’artiste, la publication poursuit le travail de l’exposition en créant des liens multiples entre les éléments disparates des archives rassemblées. La publication comprend aussi des textes de Hank Bull, des commissaires Joni Low et Pan Wendt ainsi que des contributions de Serge Guilbault, Alex Muir, Kevin Rice et Ellen van Eijnsbergen.

Activités gratuitesL’artiste offrira une visite commentée de l’exposition le jeudi 5 novembre, 17 h – 18 h

L’artiste sera présent dans l’espace d’exposition pour rencontrer le public les vendredi et samedi 6 et 7 novembre, durant les heures d’ouverture de la Galerie

Visites commentées de l’exposition :Offertes en tout temps. Réservations requises auprès de Philippe Dumaine, 514 987-3000, poste 3280, ou dumaine_allard.philippe@uqam.ca

Appuis 

         

Adresse et heures d'ouvertureLa Galerie de l'UQAMPavillon Judith-Jasmin, salle J-R1201400, rue Berri, angle Sainte-Catherine Est, MontréalMétro Berri-UQAMDu mardi au samedi, de midi à 18 hEntrée libre

Renseignements Tél. : 514 987-8421www.galerie.uqam.ca / Facebook / Twitter / Instagram

- 30 -

 

Source : Maude N. Béland, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 1707 beland.maude_n@uqam.catwitter.com/MaudeNBeland

jeudi 8 octobre 2015
The Galerie de l’UQAM celebrates an important figure of visual arts in Canada with the exhibition « Hank Bull: Connexion »

Dates: October 23 to December 5, 2015Opening and launch of the catalogue: Thursday, October 22, 5:30 pm

Guided tour of the exhibition with the artist: Thursday, November 5, 5 pm to 6 pmThe artist will be present in the gallery to meet the visitors: Friday and Saturday, November 6 and 7, during the opening hours of the gallery

October 8, 2015 – The Galerie de l’UQAM presents Connexion, a major exhibition of Canadian artist Hank Bull. Relatively unknown to the general public, despite his fundamental importance in the development of visual arts in Canada, Hank Bull takes a central role in a global network of artists and various institutions. The exhibition transforms the personal archives of the artist, covering a period of over fifty years, in a sculptural installation. Neither a retrospective nor an archive exhibition, Hank Bull: Connexion rather seeks to make sense of the materials gathered by the artist throughout his career and highlights an artistic practice based on collaboration .

The opening will take place on Thursday, October 22 at 5:30 pm, with the artist and curators Joni Low and Pan Wendt in attendance.

Hank Bull: Connexion is organized and circulated by the Confederation Centre Art Gallery, Charlottetown, Prince Edward Island, with the support of the Canada Council for the Arts.

The exhibitionSince the 1970s, Vancouver-based multimedia artist Hank Bull has acted as a connecting figure between artists and artistic communities internationally. Inspired initially by experimental music, mail art, Fluxus, and the absurdist performances associated with Dada and pataphysics, much of his practice has been ephemeral and dialogic, produced for underground audiences in artist-run and improvised contexts. Performance, communication, and the building of networks have thus often eclipsed the production of material things. Yet, material things have played an important role in his career — as documents, as vehicles of communication, as props, and as aesthetic objects in their own right. Hank Bull: Connexion considers the material traces of a life lived as art, exhibiting the varied collection of the artist as a sculptural installation.

Presented in varying states of order and chaos, this diverse array of things — performance props, photographs, videos, documents, technology — points to a network of relationships with artists and communities around the world. It embodies a collaborative practice that has consistently embraced juxtaposition and exchange across boundaries—whether geographic, temporal, cultural, political, disciplinary or psychic. Bull’s arrangement of objects, in which a decorative ceramic vase might sit comfortably next to a stack of political newspapers or a prop from a film, mirrors the experimentation with collective ways of working, living and being together, that is at the core of his approach. The connections between seemingly incongruous objects spark unexpected associations, while also extending outward to their wider social significance and histories. For Bull, art is a way of being in the world: of responding to, improvising with and sculpting the material of the social. Connexion proposes an expanded notion of the artist as a connector of people.

The artistHank Bull was born in Calgary, Alberta in 1949 and now lives in Vancouver. A multimedia artist as well as an arts administrator, he has been an important member of the legendary Western Front Society since 1973. He is also the founder and executive director of Centre A (Vancouver International Centre for Contemporary Asian Art) since 1999. Hank was an early adopter of telecommunications technologies and, between 1978 and 1986, joined a global network of artists who produced collective works using distance transmission of video and text. During an extended trip around the world with artist Kate Craig in the 80’s, he met numerous artists in Japan, Indonesia, India, Cameroon, Yugoslavia and France. In the wake of this experience, he co-founded, with Robert Filliou, The Afro-Asiatic Combine, “to research the influence of African and Asian thought on Western culture.” His work was presented at the Museum of Modern Art (1991) as well as at the Venice Biennale (1986), the Dokumenta in Kassel (1987) and Ars Electronica (1982, 1989). An active member of his community, he served for five years on the Sectoral Committee for Arts and Culture of the Canadian Commission for UNESCO and has been a regular contributor to Art Matters, an initiative of Her Excellency Michaëlle Jean, Governor General. His work is part of the collections of the National Gallery of Canada, the Netherlands Media Art Institute and many private collectors.

The curatorsJoni Low is an independent curator and writer living in Vancouver, British Columbia. Recent curatorial projects include Fountain: the source or origin of anything, a large-scale outdoor photographic mural and webwork by Laiwan (The Wall: CBC Plaza, 2014) and Idle Wild by DRIL art collective (Café for Contemporary Art, 2012). Her writing has appeared in numerous exhibition catalogues and in publications including Canadian Art, C Magazine, Fillip, The Capilano Review and Yishu: Journal of Contemporary Chinese Art. A member of Other Sights for Artists’ Projects and the Doryphore Independent Curators Society, she has held positions at the Vancouver Art Gallery, Long March Space Beijing, and Centre A, where she developed a specialized public library on contemporary Asian art. 

Pan Wendt is Curator at the Confederation Centre Art Gallery (CCAG) in Charlottetown, Prince Edward Island. He worked as a freelance curator and critic, and was Adjunct Curator at the Confederation Centre Art Gallery from 2007 to 2010. Exhibition credits include James Lee Byars: Letters from the World’s Most Famous Unknown Artist (Mass MoCA, 2004); Colleen Wolstenholme: A Divided Room (CCAG, 2008); Funkaesthetics (with Luis Jacob, Justina M. Barnicke Gallery, 2009); Free Parking (CCAG, 2011); Aganetha Dyck: Guest Workers (CCAG, 2011); Swintak and Don Miller: Artist-Run Bunker, Vol. 1 (CCAG, 2012); and Quotation (CCAG, 2013). He has been co-curator of Art in the Open in Charlottetown since its inception in 2011. He has taught at University of Prince Edward Island, served on numerous local and national juries, and published in various contemporary art journals and catalogues.

The catalogueThe opening of October 22 will also be the opportunity to launch the publication accompanying the exhibition.

The richly illustrated catalog is published by the Confederation Centre Art Gallery in collaboration with the Burnaby Art Gallery. Built in the image of a notebook of the artist, the publication continues the work of the exhibition in creating multiple links between disparate elements of collected archives. The publication also contains essays by Hank Bull, curators Joni Low and Pan Wendt and contributions by Serge Guilbault, Alex Muir, Kevin Rice and Ellen van Eijnsbergen .

Free activitiesThe artist will give a guided tour of the exhibition on Thursday, November 5, from 5 pm to 6 pm

The artist will be present in the exhibition space to meet the public on Friday and Saturday, November 6 and 7, during the opening hours of the gallery

Guided tours of the exhibition:Available at any time. Reservations required with Philippe Dumaine, 514-987-3000, ext. 3280, or dumaine_allard.philippe@uqam.ca

Support

     

Address and Opening Hours Galerie de l'UQAM Pavillon Judith-Jasmin, Room J-R120 1400 Berri, corner of Sainte-Catherine East, Montreal Berri-UQAM MetroTuesday to Saturday, noon to 6 pmFree admission

Information Phone: 514 987-8421www.galerie.uqam.ca  / Facebook / Twitter / Instagram

-30-

 

Source: Maude N. Béland, Press Relations Officer Press Relations and Special Events Division Communications Service Phone: 514 987-3000, ext. 1707beland.maude_n@uqam.ca twitter.com/MaudeNBeland

Joni Low is an independent curator and writer living in Vancouver, British Columbia. Recent curatorial projects include Fountain: the source or origin of anything, a large-scale outdoor photographic mural and webwork by Laiwan (The Wall: CBC Plaza, 2014) and Idle Wild by DRIL art collective (Café for Contemporary Art, 2012). Her writing has appeared in numerous exhibition catalogues and in publications including Canadian Art, C Magazine, Fillip, The Capilano Review and Yishu: Journal of Contemporary Chinese Art. A member of Other Sights for Artists’ Projects and the Doryphore Independent Curators Society, she has held positions at the Vancouver Art Gallery, Long March Space Beijing, and Centre A, where she developed a specialized public library on contemporary Asian art. 

jeudi 8 octobre 2015
L’exposition « TOUT n’est pas un sandwich » de Louis Bouvier à la Galerie de l’UQAM

Une réflexion iconoclaste sur le statut des objets

Dates : du 23 octobre au 5 décembreVernissage en présence de l’artiste : le jeudi 22 octobre 2015, à 17 h 30

Le 8 octobre 2015 – La Galerie de l’UQAM présente l’exposition TOUT n’est pas un sandwich de Louis Bouvier, finissant à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM. En mobilisant des références variées appartenant à différents univers et cultures, Bouvier manipule les objets et représentations qui nous entourent et les réorganise de manière à élaborer une microculture à l’intérieur de la galerie. Au sein d’une même œuvre, il combine sculptures, objets trouvés, images photographiques et dessins, venant délibérément brouiller la lecture que l’on peut faire de chacun de ces éléments.

L’expositionLouis Bouvier s’intéresse au potentiel discursif émergeant de rencontres improbables entre différents objets et images provenant d’époques et de cultures variées, déployant à la fois des références au « grand art » et à la culture populaire. Son travail se manifeste par un processus d’accumulation et de juxtaposition d’éléments hétéroclites et anachroniques – tels que des dessins de paysages, des images de sculpture gréco-romaine, des signes de gang de rue, des amphores et des canards en céramique, etc. – qui cohabitent et se confrontent. Ce faisant, l’artiste crée un réseau de sens entre des éléments incongrus qui ailleurs ne se côtoieraient pas. Ainsi, il réfléchit à la perméabilité des catégories sous lesquelles on classe les objets et les œuvres d’art, ainsi qu’aux rapports hiérarchiques qu’elles impliquent.  

Dans l’exposition, l’amoncellement des éléments et les dispositifs de présentation audacieux accentuent ce foisonnement étonnant d’idées et d’images. Le regard irrévérencieux de l’artiste porte alors à reconsidérer leur statut primaire. Cette nouvelle épaisseur de sens transforme notre lecture. L’exposition devient alors dépositaire d’un nouveau propos, cette fois légèrement décalé, rendant le réel poreux à de nouvelles idées.

À propos de l’artisteLouis Bouvier vit et travaille à Montréal, d’où il est originaire. Connu pour ses dessins photoréalistes de grand format, il intègre maintenant sculptures et objets trouvés à ses œuvres. Son travail a été exposé au Québec, aux États-Unis et en Europe.  À l’été 2014, il a participé à la manifestation d’art public Aires Libres à Montréal, dont le commissariat était assuré par Aseman Sabet. Il présentera en novembre 2015 une exposition solo à La Maison des artistes visuels francophones (Winnipeg). Louis Bouvier détient un baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’UQAM et y termine actuellement sa maîtrise.www.louisbouvier.com

Activités gratuitesVisites commentées de l’exposition :Offertes en tout temps. Réservations requises auprès de Philippe Dumaine, 514 987-3000, poste 3280, ou dumaine_allard.philippe@uqam.ca .

Adresse et heures d'ouverture La Galerie de l'UQAM Pavillon Judith-Jasmin, salle J-R120 1400, rue Berri, angle Sainte-Catherine Est, Montréal Métro Berri UQAM Du mardi au samedi, de midi à 18 hEntrée libre

Renseignements Tél. : 514 987-8421www.galerie.uqam.ca / Facebook / Twitter / Instagram

- 30 -

Entrevue Pour toute demande d’entrevue avec l’artiste, contactez Maude N. Béland au 514 987-3000, poste 1707, ou beland.maude_n@uqam.ca.

Source: 
Maude N. Béland, conseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et événements spéciauxService des communicationsTél. : 514 987-3000, poste 1707beland.maude_n@uqam.catwitter.com/MaudeNBeland

jeudi 8 octobre 2015
Innovation technologique : des chercheurs de l'UQAM créent une rondelle sonore pour les hockeyeurs ayant un handicap visuel

Des chercheurs de l’UQAM innovent en créant une rondelle sonore pour les hockeyeurs ayant un handicap visuel

Le 24 septembre 2015 - Des chercheurs de l'École de design et du Département d'informatique de l’UQAM, en collaboration avec l’équipe de hockey Les Hiboux, travaillent depuis plus d'un an à mettre au point une rondelle adaptée aux handicapés visuels.

Le choix s'est arrêté sur une rondelle noire, deux fois plus grosse qu'une rondelle ordinaire. Le prototype actuel, qui en est à sa troisième génération, est suffisamment robuste pour supporter les coups durant toute une partie. «Son design permet aussi un meilleur contrôle», mentionne le professeur de l’École de design, Steve Vezeau.  

«On a créé une rondelle intelligente», affirme Frédéric Nabki, professeur au Département d’informatique. Pour améliorer l'expérience de jeu, les chercheurs ont ajouté à la rondelle un accéléromètre intégré, ce qui permet de moduler le son selon la vitesse de la rondelle.

Le prototype final devrait être lancé d'ici 6 à 12 mois. Il est encore possible, jusqu'au 10 octobre, de faire un don à la campagne de sociofinancement pour la mise au point de la rondelle sonore.

Pour lire la suite sur Actualités UQAM

-30-

Source: 
Mélanie Helou, conseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et événements spéciauxService des communicationsTél. : 514 987-3000, poste 6832helou.melanie@uqam.ca

jeudi 24 septembre 2015
15e Gala Reconnaissance - l'UQAM fière d'honorer sept diplômés exceptionnels

Le 28 mai 2015 - Sept diplômés de l'UQAM ont reçu le mardi 26 mai, les Prix Reconnaissance UQAM 2015 lors d'une soirée organisée en leur honneur. Près de 400 invités, membres de la direction, doyens, professeurs, étudiants, employés de l’UQAM, ainsi que de nombreuses personnalités du milieu des affaires, de la culture, de la science, de l’éducation, du droit et des arts ont pu applaudir la réussite et l'engagement professionnel de diplômés exceptionnels qui contribuent au développement de leur secteur d'études, de leur sphère d'activités professionnelles ainsi qu’au rayonnement de l’UQAM.

La soirée, qui a eu lieu au Parquet de la Caisse de dépôt et placement du Québec, était animée, pour la première fois, par Marie-Soleil Michon, animatrice bien connue de radio et de télévision, elle-même diplômée de l’UQAM en communication. Sous la présidence d'honneur de Dominique Dionne, également diplômée en communication et vice-présidente, Relations institutionnelles et internationales de la Caisse de dépôt et placement du Québec, le Gala s'est tenu en présence de Robert Proulx, recteur de l'UQAM, de la présidente du conseil d’administration de l’UQAM, Lise Bissonnette et du diplômé Jean-Marc Eustache, président et chef de la direction de Transat et président du conseil d’administration de la Fondation de l’UQAM.

Des diplômés de tous horizons ont tenu à assister à cette soirée hommage, comme Jacques Primeau du Partenariat du Quartier des spectacles; Mark Weightman du Club de football des Alouettes de Montréal; Clément Demers du Quartier international de Montréal, Chantal Bouvier du Cercle des présidents du Québec et Natalie St-Pierre, fiscaliste, associée chez Richter, présidente du Conseil institutionnel de diplômés de l’UQAM et présidente du Conseil de diplômés de l’École des sciences de la gestion (ESG UQAM), pour ne nommer que ceux-là.

Plusieurs lauréats des Galas antérieurs étaient également de la fête. Parmi eux, mentionnons la présence de Donald Lizotte de Québécor Média; Dena Davida, cofondatrice de Tangente; de l’auteure Élise Turcotte; des artistes visuels Claude Gosselin, Madeleine Forcier et Anne-Marie Ninacs; de l’historienne et gestionnaire Marie Lavigne; de Catherine Audrain, fondatrice et directrice générale de La Traversée; de Marie-Lyne Brunet, directrice générale de l’organisme Je passe partout, Lise Bibaud directrice générale de l’Institut des troubles de l’apprentissage et Yolande Brunelle, trois femmes marquantes du monde de l’éducation au Québec.

Chaque année, l’UQAM décerne ainsi, à sept diplômés, ses Prix Reconnaissance. Cette année, pour la 15e édition du Gala, les personnes honorées sont : École des sciences de la gestion Jacques Aubé (B.A.A. Sciences comptables 1993) Vice-président exécutif et chef de l’exploitation chez evenko Pour son apport extraordinaire au dynamisme de l’industrie touristique et événementielle montréalaise, son audace en affaires et ses idées avant-gardistes et rassembleuses.

 

Faculté de communication Serge Lareault (B.A. Communication 1993) Président de l’International Network of Street Papers (INSP)Pour avoir fait de L’Itinéraire beaucoup plus qu’un journal de rue et pour avoir offert à Montréal une publication inspirante devenue un modèle ailleurs dans le monde.

 

Faculté de science politique et de droit Josée Legault (B.A. Histoire 1984, M.A. Science politique 1991) Politologue, journaliste et chroniqueure politique Pour sa maîtrise de l’art de la chronique politique, la qualité de sa plume, la richesse de ses analyses, sa contribution au débat d’idées et sa présence remarquée dans les médias sociaux.

Faculté des arts  Louis Hamelin (M.A. Études littéraires 1992) Écrivain et chroniqueur de littérature au journal Le DevoirPour sa vision du travail d’écrivain et de lecteur, ses engagements citoyens et littéraires, la puissance de son œuvre romanesque et sa place unique dans le paysage littéraire d’ici. 

Faculté des sciences Gail Ouellette (B.Sc. Chimie 1979, M.Sc. Biologie 1985) Présidente et directrice générale du Regroupement québécois des maladies orphelines Pour son cheminement qui l’a menée des laboratoires aux patients, son investissement dans l’univers des maladies rares et pour son exceptionnel engagement scientifique et personnel. 

 

Faculté des sciences de l'éducation Elourdes Pierre (B.Éd. Éducation préscolaire et enseignement primaire 1989) Consultante, formatrice et conférencière Pour ses réalisations en éducation, pour les recherches, les livres, les savoirs partagés et pour être devenue la « maman d’école » de nombreuses générations d’élèves du primaire.

Faculté des sciences humaines Ginette Galarneau (B.Sp. Communication 1978, M.A. Sociologie 1984) Présidente de l’Office de la protection du consommateur (OPC) Pour son engagement dans le service public et auprès des citoyens, son implication et ses préoccupations sociales et son impressionnant parcours au sein de la fonction publique québécoise.Bourses Reconnaissance UQAMGrâce aux profits réalisés lors du Gala du 26 mai, des bourses d'études Reconnaissance UQAM seront attribuées à des étudiants nouvellement inscrits à la maîtrise et qui ont préalablement complété avec succès un programme d'étude de 1er cycle à l'UQAM. Ces bourses confirment la volonté de l'UQAM de soutenir l'excellence et de favoriser l'accessibilité aux études.

Merci à nos partenaires Les Prix Reconnaissance UQAM sont remis par les six Facultés et par l'École des sciences de la gestion et décernés par les Conseils de diplômés facultaires. Cette soirée est le fruit de la collaboration de plusieurs partenaires, dont la Caisse de dépôt et placement du Québec et TD Assurances Meloche Monnex.

Pour en savoir plus au sujet des lauréates et lauréats 2015 - Lire la série d'articles dans le journal Actualités UQAM - Visiter le site Web du Gala Reconnaissance UQAM 2015 - Voir les extraits du Gala Reconnaissance UQAM 2015 dans UQAM.tv

-30-

Source: 
Rose-Aline LeBlanc, conseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et événements spéciauxService des communicationsTél. : 514 987-3000, poste 2248leblanc.rose-aline@uqam.catwitter.com/RoseAlineLeBlan

 

jeudi 28 mai 2015
Hugo Cyr nommé doyen de la Faculté de science politique et de droit de l’UQAM

27 mai 2015 – Lors de sa séance du 26 mai dernier, le Conseil d’administration de l’UQAM a nommé monsieur Hugo Cyr à titre de doyen de la Faculté de science politique et de droit de l’UQAM. Il entrera en fonction pour un premier mandat de cinq ans, le 1er juin 2015, succédant ainsi à monsieur Jean-Pierre Beaud.

Titulaire de deux baccalauréats (droit civil et Common Law) de l’Université McGill, d’une maîtrise de la Yale Law School et d’un doctorat en droit de l’Université de Montréal, Hugo Cyr est professeur au Département des sciences juridiques de l’UQAM depuis 2002 où, jusqu’à tout récemment, il dirigeait les programmes de cycles supérieurs en droit. Membre du Barreau du Québec, il est reconnu, entre autres, pour ses connaissances approfondies du droit constitutionnel, du droit public et de la théorie du droit. Publiés et cités dans de nombreuses revues scientifiques et spécialisées, ses travaux et ses recherches en font un expert fréquemment consulté par diverses instances juridiques, gouvernementales et médiatiques. Engagé dans sa communauté de pratiques et de recherches, M. Cyr est membre du Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ), de l’Association québécoise de droit constitutionnel.

Le parcours d’Hugo Cyr s’est enrichi, au fil des ans, d’expériences et d’interventions dans d’autres institutions québécoises, canadiennes et internationales. Ainsi, il a œuvré à titre de Schell Fellow à Yale, de chercheur invité à l’Académie européenne de théorie du droit à Bruxelles et de « Chercheur Boulton » à McGill, où il a aussi été professeur invité. Il a également agi comme auxiliaire juridique (« clerc ») auprès de l’Honorable juge Ian Binnie de la Cour suprême du Canada. Sa carrière de chercheur et d’enseignant lui a valu des distinctions, notamment de la Fondation du Barreau qui lui a décerné un prix dans la catégorie « Manuscrit d’article juridique » pour « Conceptual Metaphors for an Unfinished Constitution »,publié dans laRevue d’études constitutionnellesen novembre 2013. Son engagement à titre de professeur a aussi été reconnu par l’UQAM qui lui a octroyé, en 2011, le Prix d’excellence en enseignement pour son influence sur l’apprentissage des étudiantes et étudiants, et son apport exceptionnel à l’enseignement universitaire grâce à la qualité de sa formation, son esprit d’innovation et les retombées positives de sa pratique pédagogique.

« La Faculté de science politique et de droit est unique en son genre en Amérique du Nord. Fruit d’audace et de vision, le partenariat initial entre les deux départements qui la composent participe à la mission fondatrice d’accessibilité, d’engagement social et de pensée critique qui constituent l’identité même de l’UQAM. Dans le respect de cette tradition, nous devons maintenant relever les défis actuels tout en imaginant un avenir qui puisse mobiliser les membres de notre communauté facultaire, tant ses professeurs et professeurs, ses personnes chargées de cours, ses employées et employés de soutien, que ses étudiantes et étudiants. Le rapprochement des savoirs de nos deux disciplines nous permet de mieux accomplir notre mission pédagogique et sociale unique, explique Hugo Cyr. La Faculté est une institution dont nous pouvons être fières et fiers. La qualité de ses programmes et de son enseignement, ainsi que les retombées des recherches qu’on y mène, transcendent les murs de notre Faculté et de l’UQAM tout entière. Cela se reflète d’ailleurs par la reconnaissance que nous obtenons grâce aux nombreux prix et distinctions remportés par nos enseignant-e-s et étudiant-e-s tant ici qu’à l’international », ajoute le nouveau doyen.

Pour obtenir la photo de M. Hugo Cyr, cliquez ici

-30-

Source : Sophie Laberge

Conseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et événements spéciauxService des communicationsTél. : 514 987-3000, poste 5184laberge.sophie@uqam.ca

mercredi 27 mai 2015
Pierre Bélanger est nommé directeur général de la Fondation de l’UQAM

Le lundi 25 mai 2015 – Le président du Conseil d’administration de la Fondation de l’UQAM, M. Jean-Marc Eustache, et le recteur de l’UQAM, M. Robert Proulx, sont fiers d’annoncer la nomination de Pierre Bélanger à titre de directeur général de la Fondation dont le mandat débute dès aujourd’hui.

Conseiller principal au cabinet de relations publiques National depuis 2011, poste qu’il occupait jusqu’à tout récemment, M. Bélanger est membre du Barreau du Québec depuis plus de 25 ans. Il a exercé le droit commercial et civil pendant plus de 10 ans avant d’entamer une carrière politique. Élu député d’Anjou de 1992 à 1998, sa carrière de politicien l’a amené à occuper diverses fonctions, dont celles de vice-président de l’Assemblée nationale (1994-1996), de leader parlementaire du gouvernement, de ministre délégué à la Réforme électorale et parlementaire (1996-1997) et de ministre de la Sécurité publique (1997-1998).

Au terme de sa carrière politique, Pierre Bélanger a présidé pendant cinq ans la Commission des services juridiques du Québec (1999-2004), avant d’œuvrer dans le réseau de la santé et des services sociaux au sein de divers organismes à but non lucratif. Depuis 2012, il est impliqué à la Chambre de commerce de l’Est de Montréal en tant que vice-président–Communications. En 2013, il a été coprésident de la campagne électorale de l’actuel maire de Montréal.

Grâce à son cheminement professionnel et à son expérience politique, M. Bélanger possède une connaissance approfondie des organismes, tant du secteur privé que du secteur public. Au cours de son mandat chez National, il a eu à agir comme conseiller stratégique et conseiller en relations gouvernementales auprès de différentes institutions universitaires.

À titre de directeur général de la Fondation de l’UQAM, Pierre Bélanger mettra à profit son vaste réseau de contacts aux niveaux local, national et international de même que ses qualités de communicateur pour permettre à l’UQAM de mener sa prochaine campagne majeure de développement.

« C’est un honneur pour moi de me joindre à cette grande institution montréalaise qu’est l’UQAM. Les défis sont nombreux et je suis persuadé que l’Université et sa Fondation sauront les relever avec brio », a affirmé Pierre Bélanger. 

À propos de la Fondation de l’UQAMCréée en 1976, la Fondation de l'UQAM a comme mission de recueillir des dons afin de contribuer à la vitalité de la formation, de la recherche et de la création à l'UQAM et de favoriser l'accessibilité aux études universitaires par l'offre de bourses aux étudiants. À ce jour, la Fondation a recueilli près de 171 millions $, grâce à la générosité de ses donateurs et partenaires, pour soutenir les activités prioritaires de l'UQAM.

-30-

Source: 
Joanie Doucet, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications Tél. : 514 987-3000, poste 6832doucet.joanie@uqam.ca  Twitter.com/JDoucet11

lundi 25 mai 2015
Dévoilement des lauréats 2015 des Bourses Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain de l’Université du Québec à Montréal et de l’Université Concordia

Le 17 mars 2015 – La Fondation de la famille Claudine et Stephen Bronfman a décerné, hier à l’UQAM, les Bourses Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain 2015 d’une valeur de 60,500 $ chacune. Les lauréats sont Myriam Jacob-Allard de l’Université du Québec à Montréal, et Velibor Božović de l’Université Concordia, tous deux finissants à la maîtrise. L’événement a eu lieu à la Galerie de l’UQAM, dans le cadre de l’exposition La nuit politique de l’artiste Aude Moreau, diplômée de l’UQAM et récipiendaire de cette même bourse en 2011. La cérémonie était précédée d’une table ronde consacrée à l’importance du soutien aux artistes émergents réunissant plusieurs chefs de file du milieu.

La remise s’est déroulée en présence de Claudine et Stephen Bronfman, mécènes; de Robert Proulx, recteur de l’UQAM; d'Alan Shepard, recteur de l'Université Concordia; de Louise Poissant, doyenne de la Faculté des arts de l’UQAM; de Catherine Wild, doyenne de la Faculté des beaux-arts de l'Université Concordia et de Nancy Rosenfeld, directrice générale de la Fondation de la famille Claudine et Stephen Bronfman. 

Un soutien aux artistes émergents « C’est en s’impliquant dès le début dans la carrière des artistes que l’on fortifie la scène des arts montréalaise, veillant ainsi à ce que notre ville conserve son image de centre culturel majeur. La nature des arts et le rôle de nos établissements d’enseignement en tant que plaque tournante de la communauté artistique montréalaise font en sorte que même si notre appui aux artistes émergents est ciblé, il se répercutera invariablement sur la ville tout entière », mentionne Claudine et Stephen Bronfman.

Créées en 2010, les Bourses Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain sont d’une valeur de 60,500 $ chacune et d’une durée de deux ans. Elles sont remises annuellement à un nouveau diplômé de la maîtrise ou du doctorat de la Faculté des arts de l’UQAM et de la Faculté des beaux-arts de l’Université Concordia. Ces bourses offrent un accès précieux à un atelier, à du matériel et à la reconnaissance publique. Elles permettent en outre aux lauréats d’accroître leur pratique et leurs réseaux professionnels, d’enrichir leur expérience d’enseignement, d’organiser des expositions et d’approfondir leurs recherches.

Myriam Jacob-AllardOriginaire d’Abitibi-Témiscamingue, Myriam Jacob-Allard vit et travaille à Montréal. Elle est titulaire d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (2014) et d’un diplôme en arts visuels de l’Université Concordia (2009).

Dans son travail, Myriam Jacob-Allard privilégie une approche interdisciplinaire et travaille principalement avec la performance, la vidéo, le bricolage et l’installation. Sa proposition de projet consistait à revoir la culture de la musique country western en utilisant le karaoké et en s’inspirant d’une approche ethnographique. Elle réalisera des entrevues filmées afin d’effectuer des portraits vidéographiques incluant un répertoire de chansons. Le lien entre le country et le karaoké lui permettra de dépasser la dualité entre le local et l’universel, mais aussi entre la tradition et la modernité.

« Le jury a souligné que les choix formels de l’artiste sont affirmés et très rigoureux tout en assumant une facture ironique. Elle évoque le caractère local de la culture sans en dénaturer le contenu et propose une fausse naïveté au spectateur », mentionne Louise Poissant, doyenne de la Faculté des arts de l’UQAM. Le jury a considéré que cette Bourse coïncide avec un moment clé de la production de l’artiste qui démontre une grande force et maturité et qu’elle lui offrira une tribune pour lancer sa carrière tant localement qu’internationalement.

Auparavant, Myriam Jacob-Allard a présenté l’exposition Un coin du ciel à la Galerie de l’UQAM (2014); l’exposition Maman(s) à Skol (2014), à L’imagier (2015) et à l’Écart (2015); l’exposition-événement Country en trois temps (2009) au sous-sol de l’église St-Édouard; et a participé à différentes expositions collectives et festivals au Canada, en Europe et en Amérique du Sud. Elle présentera son travail prochainement à la Galerie Sans Nom (2015) à Moncton.myriamjacoballard.com

Velibor BožovićOriginaire de Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine, Velibor Božović est dans la vingtaine lorsque la ville devient zone de guerre et est assiégée pendant plus de mille jours dans les années 1990. En 1999, il déménage à Montréal où il travaille pendant huit ans en tant qu’ingénieur dans l’industrie de l’aérospatial, jusqu’à ce qu’il laisse tout tomber pour se consacrer entièrement à l’art.

« Le jury a remarqué que le travail du candidat démontrait une grande culture cinématographique. Ses créations, ancrées dans la réalité de son pays d’origine, la Yougoslavie, et son pays d’accueil, le Canada,  explorent l’imaginaire, l’errance et la mémoire avec une grande force évocatrice », précise Catherine Wild, doyenne de la Faculté des beaux-arts de Concordia. Le projet soumis par l’artiste consistera à étudier des « rues fantômes » de Montréal nommées en l’honneur de photographes canadiens reconnus, rues inscrites sur certaines cartes de Montréal, mais qui dans la réalité laissent place à un champ en friche. Il développera ainsi un corpus d’œuvres photographiques et vidéo des environs de ce « voisinage fantôme ».

Finissant à la maîtrise aux beaux-arts à Concordia, Velibor Božović a auparavant reçu la Bourse en photographie de la Fondation Roloff Beny en 2011, la Bourse de maîtrise en recherche du Fonds de recherche du Québec - Société et culture en 2012 et le « Concordia International Mobility Award » en 2014.

Son travail a été exposé aux États-Unis, à Cuba, au Canada, et en Bosnie-Herzégovine. Ses photographies ont été diffusées dans différents médias internationaux, tels The Paris Review, The New York Times, Descant, International Herald Tribune, Granta et Chicago Tribune.www.veliborbozovic.com

Lauréats antérieursJusqu’à présent, 12 jeunes artistes d’exception se sont vu remettre la Bourse. Les lauréats antérieurs sont :

2014 :Marie Dauverné (UQAM) et Brendan Flanagan (Concordia) 2013 : Nadia Seboussi (UQAM) et Kim Waldron (Concordia) 2012 : Sébastien Cliche (UQAM) et Julie Favreau (Concordia) 2011 : Aude Moreau (UQAM) et Pavitra Wickramasinghe (Concordia) 2010 : Steven Bates (Concordia) et Véronique Savard (UQAM)

- 30 -

Sources :

Maude N. Béland, conseillère en relations de presse Division des relations avec la presse et événements spéciaux Service des communications, UQAM Tél. : 514 987-3000, poste 1707 beland.maude_n@uqam.ca twitter.com/MaudeNBeland

Jasmine Stuart, conseillère en communicationsFaculté des beaux-artsUniversité ConcordiaTél. : 514 848-2424, poste 7763jasmine.stuart@concordia.ca

lundi 16 mars 2015
L’École supérieure de mode de l’ESG UQAM inaugure un nouveau pavillon pour ses 20 ans

Montréal, le 12 mars 2015 – L’Université du Québec à Montréal (UQAM) inaugurait officiellement hier, sous la présidence d’honneur de la designer et diplômée Mélissa Nepton (B.A. gestion et design de la mode, 2004), le nouveau pavillon de Mode qui accueille, depuis janvier 2015, les étudiants et les activités de l’École supérieure de mode. Ce déménagement représente une étape importante pour l'École supérieure de mode qui célèbre son 20e anniversaire cette année. Ce nouvel espace devient ainsi le lieu d’études et de création des 500 étudiants au baccalauréat en gestion et design de la mode, un programme unique au Québec.

« Toute la communauté de l’École supérieure de mode profitera de ce nouvel espace qui se trouve maintenant à deux pas du pavillon principal de l'École des sciences de la gestion (ESG) à laquelle elle est rattachée, et de la Faculté des arts, d'où proviennent plusieurs de ses professeurs », a indiqué Robert Proulx, recteur de l’UQAM. « La revitalisation de cet édifice permet de ramener les étudiantes et étudiants du baccalauréat en gestion et design de la mode au cœur de la vie universitaire, dans le Quartier latin », a-t-il ajouté. Grâce à une entente de longue durée, l’École occupera les lieux pour les 15 prochaines années au moins.

Doté d’immenses vitrines en façade de l’édifice, le pavillon de Mode participera à l’animation de la rue Sainte-Catherine en mettant en valeur les créations des étudiants, diplômés et professeurs de l’École, en plus d’exposer les ouvrages de référence de son Centre de documentation. Les vitrines présentent actuellement et jusqu’au début du mois de mai les créations de la diplômée, professeure et designer Ying Gao, reconnue internationalement pour ses créations intégrant technologie et interactivité.

Particularités architecturales du pavillon de ModeSitué au 280, rue Sainte-Catherine Est, ce nouvel édifice est le résultat de la fusion de deux bâtiments centenaires inoccupés depuis plusieurs années. Son propriétaire et maître d’œuvre du projet de revitalisation, Georges Coulombe, a conservé les aspects patrimoniaux les plus intéressants de ces bâtiments, en plus d’y ajouter un étage à la signature contemporaine.

Dans ce projet conçu par Julia Lianis, architecte MOAQ et chargée de projet principale chez Rayside | Labossière, la conservation du patrimoine dans la modernisation de l’espace était un élément-clé. Les bâtiments ont été entièrement dégarnis de manière à ne conserver que les murs d’origine périphériques et mitoyens. De plus, une corniche décorative repérée dans une illustration des bâtiments d’origine, publiée dans un article de La Presse datant de 1913, a été reconstruite.

Un troisième étage de facture contemporaine et à espace ouvert a été ajouté à l’édifice. La tuyauterie, les conduits d’air et les poutres structurales y ont délibérément été laissés à la vue afin de donner une allure industrielle et contemporaine. Les matériaux utilisés – brique, béton, acier et verre – contribuent aussi à cet effet. Le résultat offre un espace vivant, lumineux et inspirant pour les étudiants de l’ESM.

 

L’École supérieure de mode (ESM) de l’ESG UQAMFondée en 1995 grâce à un partenariat, à l’époque, entre l’Université du Québec à Montréal et le Groupe Collège LaSalle, l’ESM est la seule école à fournir un programme d’études universitaires en mode au Québec. Offert en collaboration avec la Faculté des arts, le baccalauréat en gestion et design de la mode a trois concentrations, soit le design et stylisme, la commercialisation et la gestion industrielle de la mode. En partenariat avec l’ESG UQAM, l’ESM a aussi développé une spécialisation en gestion de la mode au sein du programme de MBA pour cadres, destiné aux gestionnaires d'expérience. Reconnue internationalement, l’ESM contribue au rayonnement et au développement de la mode d’ici en formant des professionnels compétents et outillés pour enrichir un secteur en constante évolution.Site Web

-30-

 

Source: 
Maude N. Béland, conseillère en relations de presseDivision des relations avec la presse et événements spéciauxService des communicationsTél. : 514 987-3000, poste 1707beland.maude_n@uqam.catwitter.com/MaudeNBeland

 

jeudi 12 mars 2015
UQAM, Aeponyx, NSERC and Aligo Innovation: an ambitious technological collaboration in the telecommunications sector

March 9, 2015 – Michaël Ménard and Frédéric Nabki, professors in the Computer Science Department of the Faculty of Science at the Université du Québec à Montréal (UQAM), and their partner Aeponyx are launching a project that addresses the challenges posed by telecommunications network congestion. Caused by an increase in the number of users of the Internet and wireless telephony and in the amount of information they generate, this problem requires innovative, economical solutions.

Version française

The proliferation of intelligent mobile devices and the increase in services offered on the Internet, such as video on demand, are factors that contribute to the exponential growth of data on the optical networks supporting the Internet telecommunications infrastructure. The implementation of these new services has led to the creation of mega data centres, which can house thousands of computers to process, store and distribute large quantities of information. Connecting all these computers effectively to respond to the requests of the multitude of Web users is a strategic challenge that must be solved in order to ensure the growth of the digital economy.

The opto-mechanical circuits developed jointly by UQAM and Aeponyx (a company in the field of fibre-optical data transmission in the telecommunications sector) aim at fulfilling the growing needs of the Information and communications technology (ICT) industry, including the creation of novel infrastructures adapted to the expanding use of the Web.

The innovation in this research project lies in the miniaturization of telecommunications components, achieved by integrating silicon photonics – a technique to fabricate integrated optical devices – and microelectromechanical systems (MEMS).

According to Caroline Roger, Director of UQAM's partnership and innovation service, (SePSI), «In addition to featuring microelectronics, one of UQAM's strong suits, this project enables our team to collaborate with young professors, a dynamic new generation in our Faculty of Science, while contributing to the training of promising students».

The project is funded by Aeponyx to the tune of $1 million, and by the partnership program of the Natural Sciences and Engineering Research Council of Canada (NSERC), which is investing $568,000. During the negotiation stage of the research agreement, researchers at UQAM and Aeponyx benefited from the help of SePSI and Aligo Innovation, a company that develops and promotes UQAM's intellectual property assets.

A fruitful collaborationIn the fall of 2013, UQAM researchers and Aeponyx engineers began working together on the protection of intellectual property and the demonstration of proof of concepts, and have now arrived at a comprehensive three-year global agreement on research and technological development. In addition, Aligo Innovation granted Aeponyx an exclusive worldwide, unrestricted use licence in the telecommunications market, for the production and marketing of a technology entitled «Microfabrication Platform for Guided-wave Optics and Microelectromechanical Systems Integration».

Aeponyx President Philippe Babin sees this as «an important, innovative technological project, the result of an exemplary, government-supported collaboration between industry and the academic research community».

The technology was developed by professors Michaël Ménard and Frédéric Nabki, founders of the microtechnology and microsystems laboratory at UQAM (Micro²). Professor Ménard, a member of the Centre for Optics, Photonics and Lasers (COPL), is recognized internationally as an expert on silicon photonics. Professor Nabki is a specialist in microfabrication, MEMS and integrated circuits for high levels of miniaturization. The Micro2 is part of NanoQAM (Centre de recherche sur les nanomatériaux et l’énergie) and CoFaMic (Centre de recherche sur la conception et la fabrication de microsystèmes), an arm of ReSMiQ (Regroupement Stratégique en Microsystèmes du Québec). In addition to a thorough knowledge of microfabrication processes, the leaders of Micro² have extensive experience in the design and characterization of electronic, optical and mechanical systems on chip.

«We believe strongly in the potential of this technology developed by UQAM, given the evolution of the telecommunications market», states Richard Romagnino, Director of Business Development at Aligo Innovation.

Innovative advances and expected spin-offsSilicon photonics facilitates the miniaturization at the microscopic scale of optical structures in components that enable the processing and distribution of the flow of information across optical networks. MEMS enable the mechanical control of light diffusion in these optical microstructures. With the expected arrival of 5G, the combination of these two technologies, as proposed in this collaboration, is a significant innovation in the telecommunications field. It opens the door to a wide range of new, less expensive miniaturized components for optical networks, such as tuneable transceivers and optical switches, which can be used in the mega data centres currently under construction by industry giants such as Apple, Facebook and Amazon.

This project will enable the development of unique, innovative products that significantly reduce the implementation costs of optical networks, enhance their capabilities, and reduce their size. Ultimately, the benefits of this project will reduce the energy consumption of these networks, a key factor in greener networking. In short, the technological platform that will result from this collaboration has the potential to make Aeponyx the world leader in miniaturized optical components unique in their kind.

About SePSIThe mission of SePSI is to guide and support UQAM researchers through all the stages leading to a research partnership with the public or private sectors. SePSI assists partners interested in collaborating with UQAM researchers by targeting the appropriate expertise and establishing the initial contacts with potentially interested researchers.

About the Micro2 LaboratoryUQAM's Micro2 Laboratory is dedicated to research on integrated systems that will be found in the advanced technologies of the future in several sectors of the economy, such as information and communication technologies, life sciences, transportation, and nanotechnologies.

About AeponyxAeponyx is a provider of silicon photonics enabling telecommunications and data centre operators to fully virtualize their infrastructure. Founded in 2011, Aeponyx is positioned at the forefront of optical fibre data transmission technologies using a simple, cost-effective approach.

About the NSERCNSERC is the main federal agency offering support to the science and engineering research community in Canada. It supports nearly 30,000 post-secondary students and postdoctoral fellows in their advanced studies. NSERC promotes discovery by offering financial support to some 12,000 professors each year, and fosters innovation by working with more than 3,000 Canadian companies that participate and invest in postsecondary research projects.

About Aligo Innovation, L.P.Aligo Innovation commercializes intellectual property assets of the following institutions: l'Ecole de technologie supérieure (ETS), Bishop's University, Concordia University, Université de Sherbrooke, the Université du Québec à Montréal (UQAM), the Université du Québec à Rimouski (UQAR), the Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), the Université du Québec en Abitibi Témiscamingue (UQAT), the Université du Québec en Outaouais (UQO) and McGill University, as well as their affiliated hospitals and research centres.

-30-

Professors Ménard and Nabki, Philippe Babin, and Richard Romagnino are available for interviews.

Source and interview requests Rose-Aline LeBlancPress Relations OfficerPress Relations and Special Events Division UQAM Communications Service Phone: 514-987-3000, ext. 2248 leblanc.rose-aline@uqam.ca twitter.com/RoseAlineLeBlan

Information Aeponyx Inc.Philippe BabinPresidentAeponyx Inc.Phone: 514-360-7746pbabin@aeponyx.com

Aligo Innovation, L.P. Richard RomagninoDirector, Business DevelopmentAligo InnovationPhone: 514-840-1226rromagnino@Aligo.ca

 

lundi 9 mars 2015
Retour en haut de page