http://salledepresse.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Salle de presse


Recherche


presse@uqam.ca



Communiqués de presse

Le 13 mars 2017 - Organisée par l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) en collaboration avec la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques et l’Observatoire de l’Eurasie du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM), la Journée de la Russie à l’UQAM réunira des spécialistes en études stratégiques et en économie politique qui discuteront de la place et du rôle de l’ex-superpuissance dans un monde en pleine transformation.

Date et heure 
Mercredi 15 mars 2017, de 9 h à 18 h

Lieu 
Salle des Boiseries (J-2810)
Pavillon Judith-Jasmin (J)
405, rue Ste-Catherine Est, UQAM
Métro Berri-UQAM

Inscription gratuire, mais obligatoire.

Programme

La problématique
Il y a 25 ans, le président russe Boris Eltsine lançait un programme radical de libéralisation et de privatisation de l’économie, une « thérapie de choc » devant permettre au nouvel État de rompre définitivement avec le socialisme et son modèle de planification centralisée. La Fédération de Russie remplaçait l’URSS au Conseil de sécurité de l’ONU, promettant de rejoindre ce que l’on nommait alors à Moscou « le monde civilisé ». Une nouvelle ère historique de coopération internationale semblait s’ouvrir.

Or, ceux qui rêvaient de voir s’estomper les antagonismes Est-Ouest allaient peu à peu déchanter. Gravement affaiblie par la décroissance spectaculaire des années 1990, la Russie sera tenue à l’écart de l’intégration européenne, acculée à la périphérie d’un système international largement dominé par les États-Unis. Les vagues successives d’élargissement de l’OTAN ont consacré une asymétrie géopolitique que la Russie, nostalgique de sa puissance perdue, allait tâcher de combattre.

Depuis l’invasion de la Géorgie en 2008, et surtout depuis l’annexion de la Crimée et le déclenchement d’un conflit sécessionniste en Ukraine en 2014, le spectre d’une nouvelle guerre froide est sur toutes les lèvres. Le théâtre syrien a pris les allures d’une guerre par procuration à travers laquelle le président Vladimir Poutine tente de renégocier les rapports de force. Victime des sanctions économiques imposées par les pays du G7 et durement touchée par la chute du prix des hydrocarbures, la Russie a-t-elle aujourd’hui les moyens de ses ambitions?

Renseignements 
Caroline Brodeur, coordonnatrice
Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)
ieim@uqam.ca
514 987-3667

Les organisateurs de la journée, les professeurs Yann Breault et Jacques Lévesque, sont disponibles pour accorder des entrevues.

-30-

Source : Anik Veilleux, conseillère en relations de presse
Division des relations avec la presse et événements spéciaux
Service des communications
Tél. : 514 987-3000, poste 5184
veilleux.anik@uqam.ca
twitter.com/AnikVeilleux

Retour en haut de page