http://salledepresse.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Salle de presse


Recherche


presse@uqam.ca



Communiqués de presse

Le 7 janvier 2011 — Depuis dix-sept ans, le magazine scientifique Québec Science divulgue le palmarès des dix découvertes scientifiques ayant marqué l'année précédente au Québec. Pour 2010, six chercheurs de la Faculté des sciences de l'Université du Québec à Montréal figurent dans ce prestigieux tableau d'honneur!

Manganèse dans l'eau potable : mauvais pour l'intellect des enfants
Dans le domaine environnemental le jury de Québec Science a retenu l'étude de l'équipe de chercheurs dirigée par Maryse Bouchard, professeure associée au CINBIOSE de l'UQAM et Donna Mergler, professeure émérite au Département des sciences biologiques. Cette étude montre que des enfants exposés à une concentration élevée de manganèse dans l'eau potable ont des performances inférieures à des tests d'habiletés intellectuelles que des enfants moins exposés. La publication de ces résultats, en septembre dernier, a suscité un vif intérêt tant de la part de la communauté scientifique que des médias du monde entier.

Biodiversité et productivité des forêts : un duo gagnant
En foresterie, l'étude menée par Christian Messier, professeur au Département des sciences biologiques et Alain Paquette, chargé de cours au même département fera sans-doute réfléchir tous ceux qui s'intéressent à une saine exploitation de nos forêts. En effet, les deux chercheurs se sont intéressés à la biodiversité et à la productivité des forêts. Leurs résultats sont très clairs: pour la première fois, il a été mis en évidence un effet globalement positif de la biodiversité sur la productivité des arbres en forêt naturelle. Qui plus est, cet effet de la biodiversité sur les forêts est beaucoup plus important au nord en forêt boréale qu'en forêt tempérée plus au sud.

Vers des piles solaires plus efficaces et moins coûteuses
L'énergie solaire coûte cher. C'est pourquoi, malgré un immense potentiel, elle est peu utilisée. Un des piles solaires les plus prometteuses a été conçue au début des années 90 par le professeur Michael Graetzel de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse. S'inspirant du principe de la photosynthèse, cette pile est théoriquement très intéressante. Malheureusement, deux problèmes, relatifs aux matériaux utilisés freinaient son développement. Grâce à deux technologies développées par l'équipe du professeur Benoît Marsan du Département de chimie de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) ces problèmes ont pu être résolus. L'avenir tant scientifique que commercial des piles solaires pourrait donc être transformé du tout au tout et c'est cette contribution que le jury de Québec Science a décidé de reconnaître en énergie/chimie.

Simulation régionale du climat : un inconvénient fâcheux devient une valeur ajoutée
En climatologie, le jury de Québec Science a retenu la découverte d'Oumarou Nikiema, étudiant à la maîtrise en sciences de l'atmosphère, qui a réussi à expliquer les processus responsables de la « variabilité interne » (VI) dans les simulations du Modèle régional de climat canadien (MRCC). Agissant tel un zoom photographique, ce simulateur du climat a été développé il y a une vingtaine d'année par l'équipe du professeur René Laprise du Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère et directeur du Centre ESCER. Constamment amélioré, il est utilisé partout à travers le monde. Les résultats d'Oumarou Nikiema constituent donc une percée scientifique d'importance en modélisation régionale du climat. En effet la VI avait été considérée jusqu'à présent comme un inconvénient fâcheux de l'approche; à partir de maintenant celle-ci pourra même être mise à profit pour augmenter la valeur ajoutée du MRCC. Mentionnons que les travaux du jeune chercheur ont été effectués sous la direction du professeur Laprise.

La Faculté des sciences de l'UQAM
La Faculté des sciences a pour mission de former du personnel hautement qualifié et de contribuer au développement du savoir (fondamental et appliqué) dans le domaine des sciences exactes et naturelles par des approches tant disciplinaires que multidisciplinaires. Elle offre à ses quelque 3 000 étudiants une cinquantaine de programmes d'études étroitement arrimés aux travaux de ses chercheurs. Cinq grands axes stratégiques définissent son activité de recherche soit l'amélioration des interventions thérapeutiques et préventives sur la santé, la compréhension du système terrestre, de l'environnement, de l'écologie, l'évaluation et la gestion des ressources naturelles, les mathématiques fondamentales et appliquées et la didactique et l'innovation dans les technologies de pointe, telles l'informatique, les nanomatériaux et la microélectronique.

-30-

Source: 
Maude N. Béland, conseillère en relations de presse
Division des relations avec la presse et événements spéciaux
Service des communications
Tél. : 514 987-3000, poste 1707
beland.maude_n@uqam.ca

twitter.com/MaudeNBeland

Retour en haut de page