http://salledepresse.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Salle de presse


Recherche


presse@uqam.ca



Communiqués de presse

Le 11 février 2015Nathalie Bigras, Liesette Brunson et Lise Lemay, professeures à l’UQAM, déposeront le 11 février, au nom de « l’Équipe de recherche Qualité éducative des services de garde et petite enfance », un mémoire devant la Commission des finances publiques. La présentation de ce mémoire intitulé « Qualité, universalité et accessibilité, éclairages de la recherche et recommandations pour les politiques » aura lieu à Québec à l’occasion des Consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n° 28, Loi concernant principalement la mise en œuvre de certaines dispositions du discours sur le budget du 4 juin 2014 et visant le retour à l’équilibre budgétaire en 2015-2016

Le projet de loi 28, une atteinte à l’universalité et à la qualité des services de garde du Québec

« L’Équipe de recherche Qualité éducative des services de garde et petite enfance » de l’UQAM (l’
Équipe) demande au gouvernement du Québec le retrait de la réforme des tarifs des services de garde prévue au projet de loi n° 28, soit l’augmentation et la modulation des tarifs en fonction du revenu familial. « Cette loi s’attaque directement à l’universalité des services de garde par leur commercialisation, affectant l’accessibilité, l’équité et la qualité des services, ainsi que le développement des enfants, en particulier les plus vulnérables » affirment les chercheurs spécialisés en petite enfance formant cette équipe de recherche.

Pour l’Équipe, l’augmentation et la modulation des tarifs aura pour ultime effet l’exclusion de la classe moyenne et des familles les plus vulnérables des services de garde de qualité. Les auteurs du mémoire estiment que la réforme augmentera le fardeau économique des familles qui comptent de jeunes enfants et les forcera à se tourner vers les services les moins coûteux. Pour eux, la structure de crédits d’impôts, entre autres choses, favorisera indûment la fréquentation des garderies à vocation commerciale, là où la recherche démontre pourtant que la qualité est, de façon générale, nettement plus faible.

La directrice scientifique de l’Équipe, Nathalie Bigras résume l’idée centrale du mémoire en disant que « par-dessus tout, c’est le principe de l’universalité du réseau des Centres de la petite enfance (CPE) qui est remis en question ».

L’Équipe écrit que « la modulation des tarifs en fonction des revenus des familles réduira l’accès des enfants aux CPE, notamment ceux issus de familles vulnérables, ce qui viendra directement affecter leur développement et aura un impact tout aussi direct sur les coûts supplémentaires que l’État devra assumer tout au long de leur parcours scolaire ».

La professeure Bigras ajoute que « même en période de rigueur budgétaire et de coupes, il est possible pour l’État de choisir volontairement d’investir dans les enfants et leur avenir. Pour cela, il faut que le gouvernement reconnaisse la valeur indéniable à court et à long terme d’un investissement dans l’éducation dès la petite enfance »
.

L’Équipe souhaite aussi aller plus loin

En plus de réclamer le retrait du projet de loi, les membres de « l’Équipe Qualité éducative des services de garde et petite enfance » demandent au gouvernement de relancer, comme prévu dans le plan de développement de 2012, la création de places dans les CPE. Ils prônent aussi l’instauration d’un suivi continu de la qualité dans tous les services de garde régis par l’État, ainsi qu’un moratoire sur le développement de nouvelles places dans les services de garde à vocation commerciale, d’ici la parution des résultats, attendus cette année, de « Grandir en Qualité », l’Enquête québécoise sur la qualité des services de garde éducatifs 2014.

Ils invitent également le gouvernement à créer un groupe de travail non partisan, composé d’experts chargés de proposer des recommandations « afin que la société québécoise bénéficie d’un réseau de services éducatifs à la petite enfance universel, accessible, équitable et de haute qualité ».

Les auteurs du mémoire vont jusqu’à recommander d’offrir, gratuitement, des places en CPE à tous les enfants du Québec, « puisque les services de garde éducatifs à la petite enfance sans but lucratif doivent être considérés comme un droit au même titre que les écoles publiques ».


À propos des signataires

« L’Équipe Qualité éducative des services de garde et petite enfance » est composée de neuf chercheurs en éducation, psychologie, kinanthropologie, psychoéducation et économie, soit : Nathalie Bigras, Liesette Brunson, Geneviève Cadoret, Gilles Cantin, Annie Charron et Lise Lemay de l’UQAM; Caroline Bouchard de l’Université Laval; Gordon Cleveland de l’Université de Toronto et Sylvain Coutu de l’Université du Québec en Outaouais (UQO). Cette équipe de recherche a obtenu, à ce jour, 12 subventions de recherche, pour près d’un million de dollars, et a produit 64 publications au cours des trois dernières années. Ce groupe de recherche existe depuis 2009. Ses membres mènent des travaux en petite enfance et en éducation préscolaire qui visent à approfondir la compréhension de la qualité éducative des services de garde au Québec.

Dépôt du mémoire de l’Équipe de recherche Qualité éducative des services de garde et petite enfance
Salle Louis-Joseph-Papineau (RC.172)
Hôtel du Parlement, Québec
Mercredi 11 février 2015
16 h à 17 h


Possibilités d’entrevues sur place

Les principales recommandations de ce mémoire ont été reprises dans une lettre relayée aux chercheurs québécois concernés par le sujet.

Le mémoire est en ligne sur le site de l’équipe de recherche:
www.qualitepetiteenfance.uqam.ca 

-30-

Demandes d’entrevues auprès de la soussignée et auprès de la professeure
Nathalie Bigras, Département de didactique
Faculté des sciences de l’éducation de l’UQAM
CELL : 514 974-3166
Courriel : bigras.nathalie@uqam.ca

Source: 
Rose-Aline LeBlanc, conseillère en relations de presse
Division des relations avec la presse et événements spéciaux
Service des communications
Tél. : 514 987-3000, poste 2248
leblanc.rose-aline@uqam.ca

twitter.com/RoseAlineLeBlan

Retour en haut de page