http://salledepresse.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Salle de presse


Recherche


presse@uqam.ca



Communiqués de presse

 

20181101 logo MBAM 1 20181031 logo fac art 1

 

Le 1er novembre 2018 – La recherche combinant art, santé et mieux-être est un domaine en pleine émergence au Québec, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) et l’Université du Québec à Montréal (UQAM) faisant figure de pionnier. Afin d’explorer la question, les deux institutions tiendront le premier symposium sur Art, santé et mieux-être le 9 novembre 2018. L’événement, qui réunira experts et sommités, présentera des recherches montréalaises et invitera à réfléchir ensemble à la contribution de l’art et de la culture à la santé, au rétablissement et au mieux-être des individus et des collectivités.

Le symposium Art, santé et mieux-être est coorganisé par Marilyn Lajeunesse, responsable des programmes éducatifs – Adultes et organismes communautaires au MBAM, et Mona Trudel, professeure à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM.

Au programme, mentionnons notamment la présentation des résultats préliminaires d’une recherche sur la contribution de l’art au rétablissement de personnes marginalisées en situation d’itinérance, réalisée par une équipe de chercheures de l’UQAM et de médecins du CHUM et de l’hôpital Notre-Dame; ainsi que des travaux de recherche sur l’impact de l’art thérapie chez des patients atteints de troubles alimentaires issus d’une collaboration entre le MBAM et l’Institut Douglas.

La directrice générale et conservatrice en chef du MBAM, Nathalie Bondil, et le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion, expliquent : « Quand on pense aux effets de l’art sur la santé, on réfère souvent uniquement à l’art-thérapie - une approche psychologique et sociale aidant un patient à s’exprimer par les arts. Pourtant, au-delà de cette pratique, les arts et les lieux culturels peuvent avoir une utilité médicale et un impact concret sur la santé, le processus de guérison et le mieux-être. Documentée par la recherche, la liste des bienfaits de ces actions transdisciplinaires ne cesse de grandir : soulagement de symptômes liés aux traitements; effets sur l’anxiété ; diminution de sédatifs pour les enfants ; amélioration de la mobilité… Plusieurs études québécoises et internationales appuient ces constats.
Ces questions de santé et de mieux-être nécessitent une approche audacieuse, multiple et holistique. Les arts sont une composante de cet écosystème de guérison. Le MBAM se singularise par ses partenariats co-créatifs avec le monde universitaire et hospitalier pour imaginer de nouvelles pratiques de guérison (troubles alimentaires, gériatriques, maladies mentales, Alzheimer, autisme, convalescence…) Premier musée avec un art-thérapeute à demeure, il collabore avec des médecins in situ pour des projets pilotes. Croiser les sciences et la santé avec le domaine des arts, favoriser un dialogue interdisciplinaire est notre objectif. Bienvenue à ce premier symposium Art, Santé et Mieux-Être!»

Pour la rectrice de l’UQAM, Magda Fusaro : « Ce symposium, en collaboration avec le MBAM, rejoint admirablement l’énoncé de valeur de l’UQAM quant à son ouverture envers la communauté et l’intervention de ses professeurs et chercheurs dans les milieux sociaux et communautaires. Dans le contexte social actuel, les travaux et les résultats qui y seront présentés s’attaquent au phénomène d’exclusion des personnes marginalisées et réitèrent l’idée que leur rétablissement, leur inclusion et leur réinsertion sociale exigent d’avoir recours à des partenariats et des collaborations étroites entre des champs disciplinaires que tout semble opposer, mais qui, arrimés les uns aux autres dans une vision de complémentarité, sont porteurs d’un potentiel exceptionnel pour dénouer des problématiques complexes qui ne pourraient être résolues sans une pluralité des approches.

Seront présents : Kim Archambault, psychoéducatrice et chercheuse associée, CHU Ste-Justine; Adriana de Oliveira, professeure, École des arts visuels et médiatiques, UQAM; Dr Olivier Farmer Psychiatre, chef du Service de psychiatrie urbaine, Hôpital Notre-Dame (CIUSSS Centre-Sud); Sylvie Fortin, professeure, Département de danse, UQAM; Dre Patricia Garel, psychiatre, CHU Sainte-Justine; Dr Didier Jutras-Aswad, chercheur et psychiatre, CHUM, professeur agrégé de clinique, Département de psychiatrie et d’addictologie, Université de Montréal; Carole Marceau, professeure, École supérieure de théâtre, UQAM; et Jérémie Paré-Julien, médiatrice muséale, MBAM.

Consultez la programmation complète ici.

Date : vendredi 9 novembre 2018, dès 9 h 30
Lieu : Auditorium Maxwell-Cummings du Musée des beaux-arts de Montréal, 1379, rue Sherbrooke Ouest, Montréal
Inscription : https://www.mbam.qc.ca/infolettre/html/2018/aout/symposium-art-sante/symposium-art-sante.html

Le MBAM, pionnier et acteur majeur dans le domaine du mieux-être par les arts
Depuis près de 20 ans avec le programme sociocommunautaire du Musée en partage, mais surtout depuis 2012 avec le Studio Art & Éducation Michel de la Chenelière, agrandi en 2016 avec l’Atelier international d’éducation et d’art-thérapie, le MBAM veut être un laboratoire sur l’action de l’art sur le mieux-être. Grâce à ses projets pilotes et à ses partenariats, le MBAM souhaite contribuer à la mesure scientifique des effets de l’art sur la santé.

Le MBAM participe actuellement à 10 études cliniques supervisées par son Comité Art et Santé Art et Santé, présidé par Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec. Créé en 2017, à l’initiative de Nathalie Bondil, ce comité se compose de 16 experts des milieux de la santé, de l’art-thérapie, de la recherche, des arts et de la philanthropie.

La Direction de l’éducation et du mieux-être (DEM) du Musée compte un art-thérapeute à temps complet (une première dans un musée) dans sa Ruche d’Art créé en 2017. Il met en place de nombreux programmes développés in situ en collaboration avec des médecins, des chercheurs universitaires des universités Concordia, McGill, UQAM et Université de Montréal, ainsi que des professionnels du milieu hospitalier. Récemment, le MBAM a lancé un projet-pilote, les prescriptions muséales, en collaboration avec l’Association des Médecins francophones du Canada.

L’UQAM, l’art et la santé
La contribution de l'art à la santé représente à l'UQAM un créneau d'intervention et une expertise uniques qui s'inscrivent dans la recherche du mieux-être individuel et collectif.

Les artistes et les chercheurs-créateurs mènent plusieurs projets sur le terrain auprès de populations variées, le plus souvent en collaboration avec le milieu médical ainsi qu'avec des professionnels et des scientifiques issus de différents domaines. Les recherches portent entre autres sur la place de l’art dans l’espace de la santé, l’accompagnement par l’art de personnes malades, la prévention des blessures reliées aux mauvaises postures en danse et en musique, le design de mobilier ergonomique, l’art et l’exercice physique, la musicothérapie ainsi que la représentation du corps normal et pathologique.

L’art et la culture sont des lieux privilégiés d’expérimentation de dispositifs, de matériaux, de postures et de méthodologies de recherche-création, de recherche-intervention et de recherche-action qui permettent de renouveler les approches et les pratiques et d’approfondir les savoirs autant sur l’art que sur la santé.

 

Remerciements
Le MBAM remercie son grand mécène, Michel de la Chenelière, qui encourage le développement de l’éducation et de l’art‐thérapie entre ses murs pour en faire un pôle majeur. Le programme Art‐thérapie et mieux‐être Rossy du Musée bénéficie du soutien essentiel de la Fondation de la famille Rossy. Le Musée remercie également Cynthia Shewan pour son appui au programme.

English version

– 30 –

Les journalistes souhaitant assister au symposium peuvent réserver leur place auprès des soussignées.
Places limitées.

Source et renseignements :


Julie Meunier
Division des relations avec la presse et événements spéciaux
Service des communications
Tél. : 514 987-3000, poste 1707
meunier.julie@uqam.ca

Musée des beaux-arts de Montréal
Maude N. Béland
Chargée des relations médias
T. 514-285-1600, poste 205
C. 514-886-8328
mbeland@mbamtl.org

À propos du Musée des beaux-arts de Montréal
Avec 1,3 million de visiteurs par année, le MBAM est l’un des musées les plus fréquentés au Canada. Il se classe au 8e rang des musées les plus visités en Amérique du Nord. Ses expositions temporaires aux scénographies originales croisent les disciplines artistiques (beaux-arts, musique, cinéma, mode, design) et sont exportées aux quatre coins du monde, tandis que sa riche collection encyclopédique, répartie dans cinq pavillons, comprend l’art international, les cultures du monde, l’art contemporain, les arts décoratifs et le design, ainsi que l’art québécois et canadien. Le Musée a connu une croissance exceptionnelle au cours des dernières années avec l’inauguration de deux nouveaux pavillons : le pavillon Claire et Marc Bourgie, en 2011, et le pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein, en 2016. Le complexe du MBAM est par ailleurs doté d’une salle de concert de 460 places, la salle Bourgie, ainsi que d'un auditorium et d'une salle de cinéma. Le MBAM est en outre l’un des plus importants éditeurs canadiens de livres d’art en français et en anglais diffusés à l’international. Enfin, le Musée abrite l’Atelier international d’éducation et d’art-thérapie Michel de la Chenelière, le plus grand complexe éducatif dans un musée d’art en Amérique du Nord, qui permet la mise en œuvre de projets innovants en éducation, en mieux-être et en art-thérapie. mbam.qc.ca

À propos de l’UQAM
Créative, ouverte et dynamique, l’Université du Québec à Montréal (UQAM) est une université de pointe dont le rayonnement est international. L’originalité et les caractéristiques propres de ses 300 programmes, ses activités de recherche ancrées dans les préoccupations sociales et ses innovations en création ont contribué à bâtir sa réputation. Située au cœur de Montréal, l’UQAM accueille plus de 42 000 étudiants.

Retour en haut de page