http://salledepresse.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Salle de presse


Recherche


presse@uqam.ca



Communiqués de presse

Le 10 mai 2018 – C’est les 30 et 31 mai prochains qu’aura lieu, à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), le premier symposium canadien bilingue et pluridisciplinaire portant sur la violence sexuelle dans les milieux d'enseignement supérieur. Cet événement est organisé par l'équipe ayant réalisé l'Enquête Sexualité, Sécurité et Interactions en Milieu Universitaire (ESSIMU), dirigée par la professeure de l’UQAM, Manon Bergeron, en collaboration avec l'équipe du projet IMPACTS, menée par de la professeure de l’Université McGill, Shaheen Shariff. Cette rencontre inédite rassemblera des universités et des cégeps francophones et anglophones, ainsi que des partenaires du milieu. L’objectif du symposium est de mettre en lumière les plus récentes connaissances dans le domaine afin de favoriser une cohérence dans les interventions préventives en matière la violence sexuelle, et ce, pour l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur. L’événement vise également à réfléchir aux enjeux sur lesquels pourront porter de futures recherches.

Date : 30 et 31 mai 2018
Lieu : Pavillon Sherbrooke (SH), UQAM
200, rue Sherbrooke Ouest
Métro Place-des-Arts

Accréditation obligatoire auprès de la soussignée.

Le symposium
L’événement réunira quelque 200 personnes, dont des chercheurs provenant de six provinces canadiennes, des membres de la population étudiante, des regroupements collégiaux/universitaires, des directions d'établissement, des organismes à but non lucratif.

La programmation s'articulera autour des sept axes suivants :
1) la conceptualisation de la violence sexuelle;
2) les enjeux juridiques inhérents au traitement institutionnel des signalements et des plaintes;
3) l'implantation d'interventions préventives;
4) les besoins spécifiques des personnes s'identifiant à la diversité sexuelle et de genre; 5) la réponse institutionnelle au regard de leurs obligations légales, des politiques et de leur mission éducative;
6) le rôle des arts et de la culture populaire dans la (re)production et la contestation de la culture du viol;
7) les défis pour les médias d'information et les médias sociaux en matière de violence sexuelle.

Les contenus qui seront diffusés et sur lesquels prendront appui les échanges proviennent des recherches récentes réalisées au Canada, notamment l'enquête ESSIMU, les travaux menés dans le cadre du projet IMPACTS et l'implantation de programmes de prévention en Ontario.

Consultez le programme

À propos d’ESSIMU
Dès 2014, une équipe indépendante soutenue par le Réseau québécois en études féministes (RéQEF), le Service aux collectivités de l’UQAM et le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) a mis en chantier cette recherche sur les violences sexuelles en milieu universitaire, une première initiative du genre au Québec. Sous la direction de Manon Bergeron, professeure au Département de sexologie de l’UQAM, cette étude regroupe douze chercheures provenant de six universités québécoises francophones : UQAM, Université de Montréal, Université Laval, Université de Sherbrooke, Université du Québec en Outaouais et Université du Québec à Chicoutimi.

L’enquête ESSIMU a permis d’établir un portrait des violences sexuelles se déroulant en contexte universitaire au Québec. Au total, 9 284 personnes, étudiant ou travaillant dans six universités québécoises ont répondu au questionnaire en ligne. L’enquête a révélé que 36,9 % des personnes qui ont répondu ont rapporté au moins une forme de violence sexuelle en milieu d'enseignement supérieur commise par une autre personne affiliée à l’université depuis leur entrée à l’université; certains groupes sociaux sont davantage ciblés par les violences sexuelles, notamment les femmes (40,6 %) et les individus issus de minorités sexuelles (49,2 %) et de genre (55,7 %). Seulement 9,6 % des victimes ont dénoncé ou signalé l’événement aux instances de leur université.

Pour consulter l’enquête : http://essimu.quebec/wp/

À propos d’IMPACTS
Les travaux menés par les chercheurs dans le cadre du projet IMPACTS : Collaborations to Address Sexual Violence on Campus contribue de manière complémentaire au domaine de la violence sexuelle et de la culture du viol en milieu universitaire. Les recherches sont axées sur trois pôles : le rôle des universités (politiques, recours juridiques et éducation), l’influence des arts et de la culture populaire et l’influence des médias d’information et des médias sociaux. Sous la direction de la professeure Shaheen Shariff, IMPACTS est le premier projet de son genre à prévenir la violence sexuelle à l'aide d'une approche partenariale dans les domaines de l'éducation, du droit, des politiques, des arts, de la culture populaire, de l'information et des médias sociaux.

English Version

UQAM Mcgill

- 30 -

Sources :
Anik Veilleux
Division des relations avec la presse et événements spéciaux
Service des communications de l’UQAM
Tél. : 514-987-3000, poste 5184
veilleux.anik@uqam.ca

Cynthia Lee
Media relations
McGill University
514-398-6754
cynthia.lee@mcgill.ca

 

Retour en haut de page